•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison d’un militant séparatiste sikh touchée par un tir

Des militants pour la création du Khalistan.

Des militants pour la création du Khalistan manifestent devant le consulat indien à Toronto, le 25 septembre 2023.

Photo : Evan Mitsui/CBC / Evan Mitsui

Agence France-Presse

Un impact de balle a été retrouvé sur la maison d'un militant séparatiste sikh dans la région de Peel, en Ontario, a annoncé lundi la police locale, moins d'un an après l'assassinat au Canada d'un dirigeant sikh imputé par Ottawa aux renseignements indiens.

Le domicile en question appartient à Inderjit Singh Gosal, un proche de Gurpatwant Singh Pannun, un leader séparatiste sikh qui vit à New York et a récemment fait l'objet d'un projet d'assassinat déjoué par les autorités américaines.

Sa maison, actuellement en travaux, était inoccupée, et aucune victime n'est à déplorer, a indiqué la police de Peel. Ce sont des ouvriers du bâtiment qui ont prévenu la police après avoir découvert un impact de balle dans la vitre de la maison, a précisé à l'AFP Tyler Bell-Morena, porte-parole de la police.

L'impact a été découvert après que M. Gosal a annoncé la tenue d'un rassemblement pro-Khalistan le 17 février devant le consulat indien de Toronto.

Le sikhisme est une religion minoritaire originaire du nord de l'Inde et le mouvement séparatiste sikh aspire à la création du Khalistan, un État sikh indépendant dans le nord du pays.

Nous savons qui est cette personne et quels sont ses liens, mais il est encore trop tôt pour spéculer sur d'éventuelles connexions entre cet événement et de précédents épisodes de violence, a indiqué le responsable de la police.

Mais nous enquêtons bien sûr en ayant toutes ces pistes en tête, a-t-il ajouté.

Cette découverte ravive les craintes d'une campagne d'intimidation à l'égard de ces indépendantistes.

Montée de la violence

Début février, le domicile d'un autre militant sikh, Simranjeet Singh, a été l'objet de tirs. Deux adolescents ont été arrêtés pour avoir déchargé une arme à feu, mais la police n'a pas encore déterminé leur motif.

En septembre, le premier ministre Justin Trudeau avait publiquement incriminé les services de renseignements indiens dans le meurtre d'un leader séparatiste sikh canadien.

Hardeep Singh Nijjar avait été abattu en juin par deux hommes masqués sur le stationnement du temple sikh qu'il dirigeait, à Surrey, en Colombie-Britannique. Il avait succombé à ses blessures sur place.

Des accusations aussitôt qualifiées d'absurdes par New Delhi. Un mois plus tard, Ottawa a été contraint de rapatrier 41 diplomates basés en Inde après la menace de New Delhi de retirer leur immunité diplomatique.

La justice américaine a annoncé en novembre poursuivre un ressortissant indien, l'accusant d'avoir commandité, à l'instigation d'un agent de New Delhi, un projet d'assassinat de M. Pannun, avocat fondateur de l'organisation américaine Sikhs For Justice (SFJ).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.