•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes dénoncent le bilan de la CAQ en matière de transport collectif

Une personne attend le métro.

Le prolongement de la ligne bleue jusqu'à Anjou fait partie des projets des gouvernements du Québec depuis la fin des années 1980. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Le bilan du gouvernement du Québec en matière de transport collectif est « rempli de promesses brisées », selon plusieurs organisations qui se sont réunies au centre-ville de Montréal, lundi matin.

Depuis son premier mandat en 2018, le gouvernement Legault a un bilan catastrophique en matière de transport collectif, a dénoncé Christian Savard, directeur général de Vivre en ville, lors d'une conférence de presse.

Selon lui, en matière de développement de transport en commun, on fait face à un champ de ruines, et sur les grands projets de transport collectif structurant que M. [François] Legault avait promis, aucun n'est actuellement en voie de réalisation.

Le directeur général de Vivre en ville a ensuite énuméré les promesses brisées du gouvernement en matière de transport : Il y avait un tramway pour Gatineau, il y avait un tramway pour Québec, il y avait un projet structurant pour l'est de Montréal. Il y avait un éventuel REM ou métro vers Laval. Il y avait un éventuel REM vers Saint-Jean et Chambly et il y avait un réseau structurant pour Longueuil.

Mais, a ajouté Christian Savard, à l'heure où on se parle, aucun de ces projets n'est sur les rails. Ils ont soit été complètement abandonnés, soit mis en pause, soit à leur troisième étude, donc on n'avance pas du tout.

Accès transports viables, Équiterre, la Fondation David Suzuki, le Conseil régional de l'environnement de Montréal, Piétons Québec, Vélo Québec et Vivre en ville réclament davantage de financement pour que le transport collectif réponde aux besoins de la population.

Le rôle de la CDPQ remis en question

Les organisations se sont également inquiétées du rôle accru de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans le transport collectif.

En donnant des études de quatre ou cinq projets à la caisse, il y a une forme de déresponsabilisation du gouvernement. L'arrivée de CDPQ Infra aurait été censée faire en sorte qu'on fasse deux fois plus de projets et non pas qu'on en fasse un seul et puis qu'après, tout arrête, a indiqué Christian Savard, de l'organisation Vivre en ville.

Il faisait notamment référence au retrait récent de CDPQ Infra du projet de prolongement du Réseau express métropolitain (REM) sur la Rive-Sud.

La porte-parole d'Accès transports viables n'a pas été plus tendre que son collègue de Vivre en ville envers le gouvernement en indiquant que la seule chose qu'il s'est contenté de faire en transport collectif jusqu'ici, c'est de couper des rubans.

Selon Angèle Pineau-Lemieux, les seuls aboutissements aujourd'hui du gouvernement, ce sont ceux qui ont été entamés par ses prédécesseurs.

Elle a souligné que la région de Québec est la seule région métropolitaine de plus de 500 000 habitants au Canada à ne pas avoir de réseau structurant de transport en commun.

Rappelons enfin que le gouvernement s'était engagé à trouver des solutions aux problèmes de financement, notamment en concluant une entente de cinq ans et en organisant un chantier sur le financement, a indiqué Blaise Rémillard, responsable de la mobilité et de l'urbanisme au CRE Montréal.

Toutefois, a-t-il ajouté, les échéances initialement établies pour ces deux démarches sont passées depuis longtemps déjà.

Steven Guilbeault réitère son appui au tramway à Québec

Ces organismes étaient réunis au centre-ville de Montréal, en marge d'un événement organisé par Trajectoire Québec et auquel a participé le ministre de l'Environnement du Canada, Steven Guilbeault.

Celui-ci devait être présent à Montréal en tant qu'invité d'honneur du déjeuner-bénéfice organisé par Trajectoire Québec, mais un imprévu l'a contraint à participer à l'événement par vidéoconférence depuis Ottawa.

Un homme parle.

Le ministre canadien de l'Environnement, Steven Guilbeault

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Lors d'un échange d'une trentaine de minutes avec la présidente de l'agence de communication Copticom, Leïla Copti, le ministre a notamment réitéré son appui au projet de tramway à Québec, qui est en pause le temps que CDPQ Infra en fasse l'analyse.

C'est sûr qu'on se désole un peu de voir les tergiversations qu'il y a sur le projet du tramway à Québec, mais nous, on continue à croire en ce projet-là.

Une citation de Steven Guilbeault, ministre de l'Environnement du Canada

Un projet qui, selon Steven Guilbeault, a fait l'objet de suffisamment d'études.

La ville de Québec, a indiqué le ministre fédéral, a besoin d'un réseau structurant et elle est l'une des seules villes d'Amérique du Nord de cette taille qui n'a pas de réseau structurant de transport collectif digne de ce nom.

L'an dernier, lors du déjeuner-bénéfice annuel de Trajectoire Québec, la vice-première ministre et ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault, avait profité de l'événement pour annoncer la tenue de consultations sur le modèle de financement du transport collectif.

Cette année, la ministre Guilbault ne faisait pas partie de la liste des invités présents à l'événement.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.