•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

870 millions pour le nouveau toit et le nouvel anneau technique du Stade olympique

Intérieur du Stade olympique.

Une vue de l'intérieur du Stade olympique à la suite des travaux qui y seront menés pour remplacer la toile et l'anneau technique.

Photo : Ministère du Tourisme / Gouvernement du Québec

Québec prévoit investir 870 millions de dollars pour remplacer la toiture et l'anneau technique du Stade olympique de Montréal qui a atteint sa durée de vie utile. Le gouvernement de François Legault opte pour une structure qui sera fixe et rigide.

L’annonce a été faite lundi matin à Montréal par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, qui était accompagnée pour l’occasion de sa collègue de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, Chantal Rouleau, et du PDG de la Société de développement et de mise en valeur du Parc olympique, Michel Labrecque.

La partie centrale du toit composée d'acier et d'élastomère, qu'on promet légère et durable, sera soutenue à 75 % par le mât du stade et à 25 % par les 38 consoles qui composent la structure existante du toit. Sa large bordure, en verre translucide, permettra de laisser entrer la lumière du jour.

L'anneau technique de béton sera quant à lui remplacé par un tube d'acier au revêtement courbé pour s'harmoniser avec l'architecture du stade, qui célèbre cette année le 48e anniversaire de son ouverture, en 1976, pour les Jeux olympiques de Montréal.

Ce projet de maintien d’actifs et d’infrastructures, c’est une aventure humaine. Ce n’est pas juste du béton.

Une citation de Michel Labrecque, PDG de la Société de développement et de mise en valeur du Parc olympique

La construction de la nouvelle structure, d'une durée de vie utile d'une cinquantaine d'années, devrait prendre environ quatre ans. Le toit devrait donc être complété en 2027, selon l'échéancier présenté. La réalisation des travaux, elle, sera réalisée grâce à la participation déterminante de sociétés québécoises d'envergure, notamment Pomerleau-Canam, a précisé la ministre Proulx.

Cet élément caractéristique deviendra la plus grande fenêtre sur le ciel à Montréal, permettant d’inonder l’enceinte de la lumière du jour ou d’offrir au public une vue sur la nuit étoilée et d’ainsi faire honneur à l’idée de son concepteur, M. Roger Taillibert, promet le ministère du Tourisme dans un communiqué.

Ces 870 millions, qui viennent s’ajouter aux investissements des dernières années pour dynamiser le secteur du Parc olympique, devraient rapporter 1,5 milliard de dollars de retombées économiques sur 10 ans, à raison de 150 millions de dollars par année, estime Québec. Les retombées actuelles du Stade sont d'environ 68 millions par an.

L'amphithéâtre accueille actuellement une vingtaine d’événements par année. D'ici 10 ans, l'objectif est d'en accueillir 60 à 75 par année et ainsi doubler le nombre de visiteurs payants en le portant à 2,1 millions par année.

Québec espère ajouter 20 millions de dollars supplémentaires de recettes fiscales chaque année dans ses coffres, si tout se déroule comme prévu.

Un hôtel doit aussi ouvrir ses portes d’ici quelques mois ou quelques années sur le site du cinéma Star Cité où des salles de cinéma demeureront en opération, a annoncé le PDG de la Société de développement et de mise en valeur du Parc olympique, Michel Labrecque.

Un remplacement urgent

Un homme observe de l'intérieur du stade la toile en kevlar qui est en train d'être retirée.

La première toile amovible du Stade olympique, composée de Kevlar, avait été installée en 1987. Elle avait été remplacée en 1998 par une toile fixe en raison de sa trop grande fragilité.

Photo : Reuters / Shaun Best

L’actuel toit composé d’une toile de fibre de verre et de téflon, qui compte plus de 20 000 déchirures subies au cours de ses nombreuses années de service, doit être remplacé à court terme, selon le gouvernement du Québec. Et lorsque la ministre nous dit à court terme, il est question ici de mois.

On fait face à un important processus de dégradation et de fin de vie utile de la toiture. Le statu quo n’est juste pas possible. Si rien n’est fait, d’ici un an ou deux au mieux, il faudra démanteler la toiture, hiverniser le Stade et mener à une fermeture définitive et complète.

Une citation de Caroline Proulx, ministre du Tourisme du Québec

L’actuelle toile fixe de près de 27 000 mètres carrés qui recouvre le Stade a été installée par la firme Birdair en 1998, en remplacement de l’ancienne toile amovible de kevlar installée en 1987 qui a dû être remplacée avant la fin de sa vie utile en raison de trop nombreuses déchirures. La toile de Birdair avait elle aussi subi d’importantes déchirures, notamment en 1999, peu de temps après son installation, lors du Salon de l’auto.

Pas question de démolir

Le Stade étant le seul amphithéâtre pouvant accueillir plus de 50 000 personnes au Québec, le gouvernement Legault écarte donc sa destruction qui aurait coûté plus de 2 milliards de dollars, selon les estimations préliminaires.

L'entrée intérieure du Stade olympique.

L'entrée intérieure du Stade olympique, qui a abrité une clinique de vaccination lors de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

La présence notamment du métro de Montréal qui passe sous la structure rendrait particulièrement difficile sa destruction qui devrait être effectuée pierre par pierre, selon l'expression employée par la ministre Proulx. Et cela sans compter les coûts de réhabilitation du terrain qui deviendrait un gigantesque trou à ciel ouvert.

Notre gouvernement souhaite que le Stade olympique redevienne un symbole positif pour la métropole et pour tout le Québec. Remplacer sa toiture, c’est assurer son exploitation à l’année et ainsi créer de nouvelles occasions pour la tenue de salons, de foires, de congrès, d’événements sportifs et de spectacles de grande envergure.

L'enceinte du Stade olympique est fermée depuis la mi-décembre pour permettre les travaux exploratoires en vue du remplacement du toit. La décision a notamment forcé le CF Montréal à déplacer au Stade Saputo son match d'ouverture, en avril.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.