•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Northvolt met sur pause l’abattage d’arbres sur le site de sa future usine

Une clotûre sur un terrain enneigé.

Northvolt a dû suspendre les travaux d'abattage sur le terrain de sa future usine, à cheval entre Saint-Basile-le-Grand et McMasterville.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Northvolt dit avoir arrêté l'abattage d'arbres sur le site de sa future usine, en Montérégie, après le dépôt hier d'une demande d'injonction qui devait être entendue aujourd'hui, mais qui a été reportée à mardi.

Vendredi matin, le juge David R. Collier, de la Cour supérieure du Québec, a reporté à mardi l'audience sur la demande d'injonction du Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE) et de trois citoyennes, déposée jeudi, et qui demande la suspension immédiate des travaux du projet d'usine de batteries dans cette région.

Pendant ce temps, la multinationale suédoise ne peut pas procéder aux travaux d'abattage d'arbres dans les milieux humides et à 500 mètres de ceux-ci, sur le site de la future usine.

Dans une déclaration rendue publique vendredi, Northvolt dit prendre acte de la remise de l’audience qui a été accordée par la Cour supérieure du Québec.

Elle indique que dès qu’elle a été informée de la demande d’injonction, elle a pris la décision d’arrêter tous les travaux sur le site, par respect pour le processus judiciaire en cours.

Une injonction provisoire, c'est très court, ça dure normalement dix jours. Mais on demande aussi une injonction interlocutoire, parce qu'on veut vraiment s'assurer de pouvoir faire la lumière sur ce dossier.

Une citation de Marc Bishai, avocat au CQDE

La filière batterie

Consulter le dossier complet

Un bras robotisé sur une chaîne de production de batteries électrique.

Me Béliveau ainsi que les procureurs qui représentent le gouvernement du Québec dans ce dossier ont expliqué vendredi qu'ils avaient été mis au courant de la démarche judiciaire du CQDE jeudi après-midi.

Northvolt estime que ses projets respectent les normes parmi les plus élevées au monde et entend continuer de se soumettre aux réglementations environnementales en vigueur.

L'abattage d'arbres a débuté plus tôt cette semaine sur le site de la future usine à McMasterville et Saint-Basile-le-Grand. Le ministère de l'Environnement l’avait autorisé.

Une camionnette stationnée près d'arbres coupés sur un terrain boisé.

Les travaux d'abattage d'arbres, que Northvolt a commencés en début de semaine en Montérégie, devront demeurer sur pause jusqu'à mardi prochain.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Manque de transparence et risques pour l’environnement

Le CQDE justifie sa demande de suspension des travaux d’abattage par les risques que cela fait peser sur la biodiversité. Pas moins de 12 groupes environnementaux ont publié un communiqué mercredi dernier demandant une évaluation environnementale indépendante sur le site de la future usine de Northvolt.

Marc Bishai considère « qu'il y a beaucoup de questions en suspens » dans le projet de l'usine de Northvolt et qu'il y a un manque de transparence' de la part du gouvernement.

Il n’y a pas eu jusqu’à maintenant de participation significative du public. C’est la raison pour laquelle le Centre québécois du droit de l’environnement et plusieurs groupes demandent un BAPE depuis un certain temps. D’ici là, on veut que l’environnement soit protégé.

Une citation de Marc Bishai, avocat au CQDE

Exprimant leurs craintes, ces groupes ont indiqué que sans évaluation indépendante, le gouvernement deviendra prisonnier des concessions successives qu'il a faites jusqu'à maintenant.

Les juristes du CQDE font également valoir qu'il y a quelques mois, la destruction de milieux humides au même endroit avait été refusée dans le cadre d'un autre projet et que les experts du ministère évoquaient à l'époque l'importance de ces milieux pour la région et pour la biodiversité.

Le ministère de l'Environnement avait autorisé le début des travaux de construction de l'usine, sans que soit tenu un examen du BAPE.

Interpellé sur la question, Steven Guilbeault, ministre fédéral de l'Environnement et du Changement climatique, s’est refusé à tout commentaire sur une affaire devant les tribunaux.

Un gardien de sécurité sur un terrain boisé en hiver.

Un gardien de sécurité près du futur site de l'usine de Northvolt, à cheval entre McMasterville et Saint-Basile-le-Grand, en Montérégie.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Avec les informations de La Presse canadienne

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.