•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibles coupes forestières à la Forêt récréative : la population sera consultée

Le panneau d'accueil de la Forêt récréative de Val-d'Or avec un petit dessin qui représente chacun des 10 sports ou activités qu'on peut y pratiquer.

Été comme hiver, la Forêt récréative de Val-d'Or est un endroit fort populaire auprès des amateurs de plein air.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Des travaux d'aménagement forestier pourraient être réalisés dans la Forêt récréative de Val-d'Or.

La MRC de La Vallée-de-l'Or sera accompagnée par des chercheurs de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) pour mener un processus d'acceptabilité sociale sur trois ans.

La forêt est vieillissante. Des travaux doivent être faits, mais on veut que les gens y prennent part sur ce qu’on va faire et comment on va le faire, mentionne Annie Desrochers, chercheuse à l’UQAT et titulaire de la Chaire industrielle CRSNG en sylviculture et production de bois.

On veut que la forêt reste belle, qu’elle reste en santé. On ne s’est pas donné d’obligation d’aller couper du bois ou de rentabilité. Ne rien faire peut aussi être une option, ajoute-elle.

Jérôme Deschênes et Annie Desrochers.

Jérôme Deschênes, directeur du Laboratoire de l'UQAT sur l'acceptabilité sociale de l'exploitation des ressources naturelles, et Annie Desrochers, titulaire de la Chaire industrielle CRSNG en sylviculture et production de bois, s'intéressent à la Forêt récréative de Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Les usagers de la Forêt récréative seront consultés au cours des prochains mois et cette nouvelle méthode de consultation servira de projet de recherche pour le Laboratoire sur l'acceptabilité sociale de l'exploitation des ressources naturelles de l'UQAT.

On sent évidemment que si on rentrait avec les méthodes traditionnelles, il y aurait probablement une certaine réception négative. On va s’assurer d’entendre tout le monde, de parler à tout le monde, d’avoir l’avis et de faire un plan d’aménagement qui va être en fonction de ces besoins, indique Jérôme Deschênes, directeur du Laboratoire.

La bonne façon de faire, selon la mairesse

La mairesse de Val-d’Or et préfète de la MRC de La Vallée-de-l’Or, Céline Brindamour, croit elle aussi qu’il est important de consulter les utilisateurs de ce qu’elle qualifie de joyau de Val-d’Or.

Si on ne fait pas la démarche, on se retrouve avec des gens mécontents, des gens qui n’ont peut-être pas compris la raison de la démarche. C’est pour ça qu’on s’est dit : pourquoi pas? On a des chercheurs juste ici dans la région qui vont nous amener des faits, explique-t-elle.

Le processus de consultations sur trois ans débutera avec l’élaboration d’un portrait de la situation au cours des prochains mois.

Avec les informations de Marc-André Landry et la collaboration d'Annie-Claude Luneau

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Abitibi

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Abitibi.