•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet minier La Loutre : une dernière rencontre publique pour clore l’année 2023

Des gens assis dans une salle assistent à une réunion.

Une réunion publique a eu lieu à Namur, mardi soir, sur le projet de mine de graphite de Lomiko Metals.

Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Radio-Canada

La Municipalité de Namur a tenu, mardi soir, une rencontre d’information pour faire le point sur le projet de mine de graphite La Loutre de l'entreprise Lomiko Metals.

Une cinquantaine de personnes ont fait le déplacement dans cette municipalité de la MRC de Papineau, en Outaouais.

C’est la première fois que Namur était le théâtre d’une réunion publique concernant ce projet, qui fait beaucoup parler. Certains citoyens farouchement opposés au projet ont tenu une quinzaine de réunions du genre au cours de l’année 2023 pour sensibiliser la population au projet de mine de graphite.

Chaque fois, notre présentation a eu un impact direct sur la mobilisation et sur l’intérêt des gens, souligne le porte-parole de la Coalition QLAIM et président du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation, Louis St-Hilaire.

Des tee-shirts sur lesquels on peut lire : "Protégeons nos lacs" et "Je choisis la nature".

Les claims miniers font l'objet d'une vive résistance en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Dans la salle se trouvaient différentes catégories de citoyens. Certains d'entre eux ont pu apprendre ce qu’est un claim minier et quel type de projet s’organise près de leur domicile.

Les gens ne connaissent pas le dossier, car nous ne sommes pas une région minière. Il faut faire de la pédagogie chaque fois, explique M. St-Hilaire.

D’autres étaient au courant de l’existence dudit projet, mais ont choisi de venir s’informer pour bien comprendre la nature de ce dernier. Finalement, certaines personnes ont fait part haut et fort de leurs inquiétudes quant aux risques d'un tel projet sur la qualité de l’eau et sur les lacs.

Il n’y a pas de grands lacs à Namur; ce sont donc les gens qui nous ont abordés quand ils ont constaté que la rivière qui passe au milieu de Namur provient directement du projet La Loutre. L’eau, c’est ça qui préoccupe les gens, a poursuivi M. St-Hilaire.

Louis St-Hilaire en entrevue virtuelle.

Louis St-Hilaire est porte-parole du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Continuer le travail

Citoyen de Lac-des-Plages et porte-parole du comité d'opposition au projet minier La Loutre, Claude Bouffard se dit toujours content d’informer les citoyens lors de telles rencontres. Il aimerait cependant que l’initiative ne vienne pas que des résidents.

C’est fâchant pour la population, fait-il remarquer. Il y a des retraités, ici, qui passent leurs journées à travailler sur des enjeux comme celui-ci. C’est beaucoup, de demander cela à une population, alors qu’on a des élus qui doivent prendre des décisions. C’est essoufflant pour les gens.

La journaliste Nelly Alberola devant une mine désafectée.

Notre journaliste Nelly Albérola vous explique ce qu’est un claim minier et ce que ça veut dire d’en avoir un sur son terrain.

Photo : Radio-Canada

Malgré tout, il se dit déterminé à continuer le travail.

Avant que la compagnie dépose une demande de projet, on a l’intention de prouver qu’on n’accepte pas le projet. Il faut que les régions soient consultées en amont.

Avec les informations de Nelly Albérola

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ottawa-Gatineau

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ottawa-Gatineau.