•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stade Rob Ford : c’est officiel, Toronto rend honneur à l’ex-maire

Rob Ford aux côtés de trois joueurs de football en uniforme.

Un stade de football de l'ouest de la ville portera le nom de feu Rob Ford, qui était entraîneur de football au niveau secondaire en plus d'être maire de Toronto. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Des conseillers municipaux de Toronto rendent honneur à une des personnalités politiques les plus controversées de l’histoire du pays.

Le stade de football du parc Centennial d'Etobicoke, à Toronto, sera rebaptisé et portera le nom de Rob Ford. L’ex-maire de Toronto, décédé en 2016, est surtout connu pour ses extravagances ainsi que pour ses problèmes de consommation d’alcool et de drogues.

Or, M. Ford était aussi un entraîneur de football au niveau secondaire.

Doug et Rob Ford.

Rob Ford était le petit frère de l’actuel premier ministre de l’Ontario, Doug Ford (à gauche). Cette photo a été prise en août 2013 alors que Rob était maire et Doug conseiller municipal de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Et même si la réputation de M. Ford est ternie au pays et à l’étranger, il a encore beaucoup d’admirateurs dans le bastion des Ford, à Etobicoke.

Rob Ford 1969-2016

Consulter le dossier complet

Rob Ford

Les conseillers municipaux de Toronto ont voté en faveur de la motion, 17 contre six, vendredi. La mairesse de Toronto, Olivia Chow, s’était déjà prononcée en faveur de la motion présentée par le conseiller Paul Ainslie.

Rendre honneur à M. Ford ne fait pas l'affaire de tous. Dianne Saxe, conseillère municipale, a qualifié la décision de méprisable et d'extrêmement controversée.

Malgré tout, les conseillers qui ont voté en faveur de la motion rappellent que M. Ford était un maire dédié. C'était un maire qui ne disait jamais non, il était là pour aider tout le monde, peu importe où l'on se trouvait, a déclaré le conseiller Vincent Crisanti durant la réunion.

Une carrière rock'n'roll

M. Ford avait fait les manchettes à l’étranger en 2013 lorsqu’un trafiquant de drogue avait contacté le site à potins américain Gawker et le Toronto Star dans le but de vendre une vidéo du maire de Toronto en train de fumer une pipée de crack. Quelques mois plus tard, il avait admis avoir consommé du crackdans une de [ses] stupeurs alcoolisées et avait présenté ses excuses.

Rob Ford sur un podium devant les médias.

Rob Ford avait présenté ses excuses aux Torontois le 5 novembre 2013.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Les comédiens de fin de soirée des grands réseaux américains avaient sauté sur cette nouvelle.

Stephen Colbert, à son émission sur Comedy Central, avait sarcastiquement défendu le maire de Toronto en fumant lui-même une pipe puis en déclarant : Qu’est-ce que les membres des médias ne comprennent pas dans les mots "stupeurs alcoolisées"?

Jay Leno, lui aussi, avait joué la carte de l’ironie : Pour être franc, il n’y a pas grand-chose à faire à Toronto, donc…

La vidéo de M. Ford fumant du crack dans une maison d'Etobicoke avait finalement été rendue publique en 2016, plus de 3 ans après avoir fait les manchettes aux quatre coins du monde.

Il ne s’agit pas de la seule controverse qui a marqué les esprits. Rob Ford a aussi fait face à des allégations d’inconduite sexuelle et de conflits d’intérêts. Il s’est excusé d’avoir tenu des propos racistes. Et sa sortie au festival culinaire Taste of Danforth, en août 2013, a elle aussi fait les manchettes.

Pas que des frasques

Fait à noter, la popularité de M. Ford n’a pas été ébranlée par ces scandales, si on en croit les résultats d’un sondage de novembre 2013. Son taux de satisfaction était alors de 44 % chez les Torontois.

C’est le conseiller municipal Paul Ainslie qui, mercredi, déposera la motion visant à rebaptiser le stade de football. Tous ceux qui ont siégé avec Rob Ford au conseil municipal savaient qu'il avait deux passions : représenter ses électeurs, non seulement dans toute la ville, mais en particulier dans sa communauté d'origine d'Etobicoke, et le football, peut-on lire dans la motion.

Vendredi, d'autres conseillers se sont prononcés en faveur de M. Ford en raison de son approche personnelle pour résoudre les problèmes des résidents en tant que maire.

Or, ce n’est pas la première fois que la Ville envisage d'honorer M. Ford en rebaptisant ce stade. Une motion similaire avait été rejetée en 2017, un peu plus d'un an après sa mort.

Des conseillers opposés

Les conseillers qui s'opposent au changement ne mâchent pas leurs mots en parlant de l'ex-maire.

Le conseiller Josh Matlow a déclaré, en fin de semaine dernière, que certaines personnes méritent davantage un tel honneur.

Le conseiller municipal Josh Matlow dans une mêlée de presse.

Josh Matlow est conseiller municipal du quartier 12, Toronto-St. Paul's. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Michael Wilson

Je peux penser à de nombreuses personnes qui n'ont pas été malhonnêtes, misogynes, homophobes, qui n'ont pas été prises en train de fumer du crack avec des membres de gangs, qui n'ont pas déshonoré notre ville et qui seraient plus méritantes, a-t-il déclaré. Je ne peux pas, en toute conscience, soutenir cette motion.

Mme Saxe, elle, qualifie feu Rob Ford de personnage le plus controversé de la ville.

Autre fait à noter, M. Ford avait été renvoyé de son poste d’entraîneur-chef de l’équipe de football de l’école secondaire catholique Don Bosco en mai 2013.

De son côté, Myer Siemiatycki, professeur émérite de science politique à l'Université métropolitaine de Toronto, affirme que les partisans du maire savent faire la part des choses. Je ne pense pas que les défauts de Rob Ford soient oubliés ou négligés dans cette affaire. [...] Un grand nombre de Torontois, en particulier à Etobicoke, ont soutenu et apprécié Rob Ford.

Avec des informations de Tyson Lautenschlager, de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.