•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de Moncton écarte un changement de nom

Un homme est debout à un lutrin décoré du logo de l'Université de Moncton, sur lequel est posée une tablette électronique. Il regarde l'écran et parle dans un micro.

Denis Mallet, président du Conseil de l'Université, samedi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Trozzo

L’Université de Moncton ne va pas prolonger le débat entourant le changement de son nom.

Le président du Conseil de l’Université, Denis Mallet, l’a confirmé en conférence de presse, samedi après-midi.

Il a ajouté que l’Université dit vouloir se concentrer sur une stratégie et sur des outils pour contextualiser l’origine du nom.

Plusieurs dizaines de personnes dans une grande salle de conférence, autour d'une table rectangulaire.

Le Conseil de l'Université de Moncton s'est réuni dans la journée de samedi.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Trozzo

Selon lui, le conseil a délibéré longuement avant d’en arriver à cette décision.

Celle-ci, a-t-il dit, s’appuie notamment sur le fait que le nom de la plus grande université francophone des provinces de l’Atlantique ne fait pas référence à Robert Monckton, un administrateur colonial britannique qui a joué un rôle actif dans la déportation des Acadiens au 18e siècle.

Je pense qu’on s’entend tous [pour dire] que le nom de l’Université a été choisi en fonction d’un lieu géographique [...] et non pas du personnage Monckton.

Une citation de Denis Mallet, président du conseil de l'Université de Moncton

Pas de consensus

Le comité a aussi dit constater une absence de consensus au sein de la société acadienne à propos du changement de nom de l’Université de Moncton.

Il y a un comité de citoyens qui a fait signer une pétition, mais lorsqu’on regarde les autres personnes qui se sont ajoutées au cours du processus, on voit bien qu’il y avait moins d’intérêt en ce qui concerne la communauté universitaire. Du côté des étudiants, du corps professoral et des employés de l’Université, on a vu qu’il n’y avait pas un engouement pour le changement de nom, a ajouté Denis Mallet.

Le 1er décembre, l’historien Maurice Basque et la politologue Stéphanie Chouinard ont présenté leur rapport sur le changement de nom de l’Université de Moncton, une analyse qui a déterminé que le changement du nom de cette université pourrait coûter jusqu'à 4,6 millions de dollars.

Selon Denis Mallet, le coût associé au changement de nom n'a pas été déterminant dans la décision prise par le conseil de l'Université.

Les partisans d'un changement de nom déçus

Lise Ouellette, une des porte-paroles du comité citoyen qui militait pour un changement de nom, a eu une réaction de déception, de surprise aussi à l’annonce de la décision de l’université.

On voyait ce changement de nom comme un geste d'affirmation de l'université en faveur, évidemment, de la communauté francophone et acadienne, et un positionnement pour l'avenir. L'Université n'est pas allée dans cette direction, a-t-elle déclaré samedi soir au Téléjournal Acadie.

Elle réfute les arguments du Conseil de l’Université, qui insiste pour dire que l’université a été nommée d’après la ville où son campus principal se trouve, et non en honneur du personnage historique Robert Monckton.

Lise Ouellette debout dehors en train de parler, dans la neige.

Lise Ouellette en entrevue le 16 avril dernier à Edmundston.

Photo : Radio-Canada

J'entends des commentaires que c'est le nom géographique qui a mené au nom de [l’Université de] Moncton, réplique Lise Ouellette. Ce n'est pas ça. C'était pour atténuer des tensions linguistiques à l'époque.

Au moment de la fondation de l’université en 1963, la province n’était pas bilingue, évidemment la ville non plus , poursuit-elle. C'était la raison et le contexte le justifiait très bien, ne le justifie plus, maintenant. Et en fait, c'est une nuisance à l'affirmation de la communauté.

Peu d'intérêt chez les étudiants

Dans leur rapport, Maurice Basque et Stéphanie Chouinard soulignaient aussi que les étudiants avaient été peu consultés dans ce débat.

Denis Mallet debout à un lutrin décoré du logo de l'Université de Moncton. Il regarde droit devant.

Denis Mallet, président du Conseil de l'Université, samedi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Trozzo

Invité à dire comment le comité pouvait donc être sûr que la question du changement de nom de l’Université n’intéresse pas la communauté universitaire, Denis Mallet a indiqué que cette question n’a pas été soulevée lors des consultations sur la planification stratégique de l’Université de Moncton.

L'absence d'expression sur la scène publique, ça indique clairement que les personnes étudiantes avaient d'autres priorités, a déclaré samedi Étienne Bélanger, le président de la Fédération étudiante du campus universitaire de Moncton (FÉCUM).

D'habitude, les étudiants, quand ils ont quelque chose qui leur tient à coeur, on les entend, puis on les voit. On ne les a pas entendus et on ne les a pas vus, a constaté Abby Godin, la représentante étudiante au Conseil de l'Université.

Lise Ouellette a indiqué que le comité dont elle fait partie se réunira dans les prochains jours pour discuter et décider ce qu'il adviendra de la démarche.

Avec des informations de Louis-Philippe Trozzo et Mariève Bégin

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.