•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis bien saoule » : Martine Linteau, qui a tué deux motocyclistes, plaide coupable

Plan raproché d'une femme aux cheveux blonds, souriante

Martine Linteau.

Photo : Facebook

La conductrice qui a fauché deux motocyclistes dans Portneuf au mois de juillet affichait un taux d'alcoolémie qui frôlait le double de la limite permise au moment du drame.

Martine Linteau allait s'acheter une autre bouteille de vin lorsqu'elle a fauché la motocyclette de Samuel Lacoursière, 38 ans, qui est mort sur le coup.

Sa passagère, Audrey Michaud, qui avait 31 ans, a elle aussi succombé à ses blessures.

La violente collision est survenue sur la côte Joyeuse lorsque la résidente de Saint-Raymond n'a pas négocié une courbe pour éviter de heurter les motocyclistes qui arrivaient en sens inverse.

Des véhicules de services d'urgence sont près d'une moto accidentée couchée sur le sol.

La conductrice d'un véhicule est entrée en collision avec la moto.

Photo : Steve Jolicoeur

Une reconstitutionniste a évalué sa vitesse entre 100 et 106 km/h, alors que la limite permise dans cette zone est de 70 km/h.

À la vue de l'impact et de l'état des victimes, les témoins qui ont composé le 911 ont immédiatement avisé les autorités qu'il s'agissait d'une collision mortelle.

Un ambulancier est intervenu auprès de Martine Linteau, qui se trouvait toujours derrière le volant de son VUS, immobilisé sur un terrain.

Un véhicule accidenté.

Le véhicule accidenté de Martine Linteau à Saint-Raymond

Photo : Steve Jolicoeur

Quand l'ambulancier lui a demandé si elle allait bien, la femme de 61 ans a répondu : Oui, mais je suis saoule, selon les faits rapportés par la procureure de la poursuite, Me Valérie Bélizaire-Joseph.

À la suite de cette collision, survenue en après-midi, Martine Linteau a d'ailleurs répété : Je suis bien saoule, j'ai bu, je suis en alcoolémie.

Lors de son interrogatoire au palais de justice de Québec, elle a confirmé qu'elle avait bu une bouteille de vin avant les événements.

J'allais juste m'en chercher une autre, a-t-elle ajouté.

Valérie Bélizaire-Joseph.

Me Valérie Bélizaire-Joseph, procureure du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Photo : Radio-Canada

Elle a confié qu'elle avait un problème d'alcool depuis la mort de ses deux sœurs. Depuis cinq ans, a-t-elle poursuivi, elle consommait un litre de vin par jour à compter de 10 h le matin.

Martine Linteau avait tenté de mettre fin à sa dépendance lors de quatre thérapies, mais en vain.

Pas de freinage

Lors de sa rencontre avec les enquêteurs, elle a estimé qu'elle roulait à 60 km/h lorsqu'elle a heurté la motocyclette des victimes.

En plus de démontrer que la conductrice roulait beaucoup plus vite, l'enquête a permis d'établir qu'elle n'avait pas exercé la moindre pression sur la pédale de frein.

Des membres des familles des victimes s'étaient déplacés pour voir Martine Linteau reconnaître sa culpabilité. Certains d'entre eux vont témoigner lors des observations sur la peine, qui doivent avoir lieu au mois de mai prochain.

Martine Linteau, qui n'avait pas d'antécédents judiciaires, est détenue durant le processus judiciaire après le rejet de sa demande de remise en liberté pour suivre une thérapie. Elle est défendue par Me Julie Bégin.

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.