•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaza : des donateurs musulmans coupent les vivres aux libéraux de Trudeau

Deux hommes se saluent.

Justin Trudeau s'adresse à Mohamed Abokasem, membre du groupe de donateurs Network 100, en 2021.

Photo : (Photo soumise par Mohamed Abokasem)

Radio-Canada

Turbulences dans le ciel libéral. Rien ne va plus entre un groupe d’influents donateurs canadiens musulmans du Parti libéral du Canada (PLC) et le premier ministre Justin Trudeau, toujours réticent à appeler à un cessez-le-feu dans le conflit opposant Israël au Hamas à Gaza.

Dans une lettre officielle envoyée au président du parti, Sachit Mehra, le 27 novembre, le groupe – qui se nomme Network 100-GTA, London, Ottawa, Montréal et dit compter 400 membres – a déclaré avoir demandé à Justin Trudeau, à plusieurs reprises, d’appeler à un cessez-le-feu.

Le chef [Justin Trudeau] ne semble pas vouloir écouter, ni accorder une véritable valeur au droit international, ni se préoccuper réellement des enfants de Gaza. C'est le cœur brisé que nous devons quitter le Club Laurier, écrivent les membres de ce groupe dans une lettre adressée à Sachit Mehra, président du Parti libéral.

L'idée que cette situation sera oubliée dans deux ans est une stratégie extrêmement risquée et peu judicieuse pour le parti, mettent-ils en garde.

Sachit Mehra.

Sachit Mehra prononce un discours de victoire après avoir été élu président du Parti libéral lors de la dernière journée du congrès libéral à Ottawa, le 6 mai 2023.

Photo : La Presse canadienne

Proche-Orient, l’éternel conflit

Consulter le dossier complet

Un panache de fumée s'élève à la suite d'une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Gaza, le samedi 7 octobre 2023.

Le Club Laurier est composé principalement de professionnels musulmans canadiens, tels que des avocats et des médecins. Formé en décembre 2014, il a aidé Justin Trudeau à remporter sa première victoire électorale en 2015.

Il dit avoir versé des centaines de milliers de dollars au Parti libéral chaque année depuis décembre 2014. Un membre du groupe – dont CBC News a vérifié les relevés de dons auprès d'Élections Canada – a versé près de 19 000 $ aux libéraux depuis la fondation de ce club.

Le Club Laurier fait partie de l'échelon supérieur des donateurs du Parti libéral.

Le 14 novembre, Justin Trudeau a exprimé la critique la plus sévère à l'égard d'Israël depuis le début de la guerre contre le Hamas. Il a exhorté Israël à faire preuve de la plus grande retenue. Le monde est témoin de ce massacre de femmes, d'enfants, de bébés. Cela doit cesser, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Cette déclaration lui a valu d'être réprimandé sur les réseaux sociaux par le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou.

M. Trudeau a également déclaré à plusieurs reprises qu'Israël avait le droit de se défendre après l'attaque du Hamas qui a fait 1200 morts le 7 octobre.

Depuis lors, le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré qu'Israël avait tué plus de 17 000 personnes dans le cadre de sa riposte militaire. Il affirme que la plupart des personnes tuées étaient des enfants ou des adolescents. Des experts en santé publique ont déclaré à l'agence de presse Reuters que le Hamas tenait des chiffres exacts sur la population avant le conflit.

Les donateurs interpellent Trudeau

Des membres du Réseau de donateurs ont parlé à M. Trudeau ou à sa cheffe de cabinet, Katie Telford. D'autres membres du réseau ont participé à une réunion virtuelle avec le président du parti le 5 décembre.

Un organisateur de longue date du PLC et éminent musulman canadien a déclaré à CBC News qu'il avait dit à M. Mehra lors de la réunion que les libéraux ne devraient pas penser que notre communauté va pardonner et oublier.

L'organisateur a déclaré qu'il laisserait M. Mehra transmettre le message des donateurs au cabinet du premier ministre et qu'il donnerait à M. Trudeau jusqu'au mois de janvier pour répondre.

Cet organisateur, qui se décrit comme un membre fondateur du Réseau 100, a déclaré que le groupe pourrait être amené à envisager une escalade si M. Trudeau ne commence pas à demander un cessez-le-feu.

Soutenir des candidats d'autres partis?

Les prochaines étapes pourraient consister à dire à certains députés libéraux que le groupe apportera son soutien aux candidats du NPD ou du Parti vert dans certaines circonscriptions, étant donné que ces deux partis ont appelé à un cessez-le-feu, a déclaré l'organisateur.

CBC News a vérifié le nom de l'organisateur dans la base de données d'Élections Canada. À lui seul, il a versé plus de 20 000 $ aux libéraux depuis décembre 2014, date à laquelle le groupe a commencé ses activités.

Si chaque membre du groupe coupe les vivres aux libéraux, le parti pourrait se retrouver à court d'au moins 680 000 $ par année. Le parti a recueilli 14,5 millions de dollars l'an dernier, selon Élections Canada. L'organisateur qui a parlé à CBC a également déclaré que le groupe pourrait toujours soutenir les députés libéraux qui ont ouvertement appelé à un cessez-le-feu.

Ils ont également dit que le parti pourrait perdre plus que de l'argent. L'organisateur a déclaré que les communautés musulmanes ont fortement soutenu M. Trudeau en 2015 et que Network 100 a encouragé les gens à faire du porte-à-porte pour le parti.

L'organisateur a déclaré que beaucoup de choses pourraient changer pour les candidats libéraux dans les circonscriptions clés du sud de l'Ontario si 1000 anciens bénévoles de la campagne décident de rester chez eux. Un autre membre du Réseau 100, Mohamad Abokasem, a déclaré à CBC News qu'il avait perdu confiance en M. Trudeau et qu'un changement de position du premier ministre sur un cessez-le-feu ne serait pas de nature à apaiser les tensions.

Nous avons cru aux promesses faites par Justin Trudeau en 2014, a déclaré M. Abokasem, citant l'engagement déclaré de M. Trudeau en faveur des droits de l'homme et du renouvellement de la présence du Canada sur la scène internationale.

Nous ne lui demandons pas de prendre parti. Je ne veux pas qu'il soutienne les Palestiniens ou les Juifs. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit de nous en tant que peuple, il s'agit des victimes civiles.

Une citation de Mohamad Abokasem, membre du Réseau 100

Nous ne pouvons pas dormir la nuit en imaginant qu'au moment où vous dormez et vous levez, il y a au moins 50 Palestiniens qui sont tués sur le terrain, a-t-il ajouté, précisant que lui et sa famille avaient fui Gaza en tant que réfugiés lorsqu'il était enfant.

Temps difficile pour les libéraux

L'action du Network 100 intervient à un moment vulnérable pour les libéraux, qui ont perdu du terrain par rapport aux conservateurs fédéraux dans les sondages d'intentions de vote pendant plusieurs mois consécutifs. La plupart des sondages montrent actuellement que les conservateurs de Pierre Poilievre remporteraient les élections si elles avaient lieu maintenant.

Shachi Kurl, président de l'institut de sondage Angus Reid, a déclaré que les libéraux ne pouvaient pas se permettre de perdre le soutien massif des musulmans dans ce contexte.

La diaspora musulmane au Canada a tendance à pencher plus à gauche qu'à droite et à soutenir davantage le Parti libéral que le Parti conservateur. Mais là où le facteur X existe, c'est dans la possibilité pour le NPD de prendre ou de reprendre du soutien aux libéraux sur cette question au niveau électoral, explique-t-il.

Le Parti libéral n'a pas répondu aux questions spécifiques concernant ses relations avec les musulmans canadiens.

D'après le reportage de Raffy Boudjikanian, CBC News

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.