•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 23ᵉ guignolée des médias bat son plein partout au Québec

Une canisse de La guignolée des médias

La 23e guignolée des médias se déroule jeudi partout au Québec.

Photo : Radio-Canada

La 23ᵉ guignolée des médias se tient jeudi au Québec. Bien que La guignolée des médias rappelle qu'il est possible de donner jusqu'au 31 décembre, elle affirme avoir recueilli 1,4 million de dollars depuis le 24 novembre dernier.

Les différents organismes et porte-parole de l'événement appellent les citoyens à la générosité au-delà de cette journée, alors que la demande n'a jamais été aussi forte dans les banques alimentaires.

C'est ce que constate Marina Orsini, qui en est à sa deuxième édition comme porte-parole de l'événement. Bien qu'elle se réjouisse de voir les différents médias s'unir pour cette cause, elle souligne que les banques alimentaires sont en voie de devenir un service, alors qu'elles constituaient un dernier recours auparavant.

On a la face bien étampée dans le mur de béton en ce moment. On ne veut jamais être trop dramatique, mais il faut être réaliste : les banques alimentaires reçoivent 2,6 millions de demandes chaque mois pour des denrées alimentaires en 2023. Ça me rend dingue de penser à ça, a-t-elle indiqué en entrevue à l'émission Tout un matin, diffusée sur les ondes d'ICI Première.

Les banques alimentaires existent depuis des décennies au Canada.

Les banques alimentaires existent depuis des décennies au Canada et n'ont jamais été aussi sollicitées, selon plusieurs organismes. (Photo d'archives)

Photo : iStock

Même son de cloche du côté de Chantal Vézina, directrice générale de Moisson Montréal, pour qui la demande pour les banques alimentaires n'a jamais été aussi forte.

Les besoins sont en constante augmentation depuis la pandémie. On pensait que ça allait se résorber, mais ce n'est plus seulement les gens dits vulnérables qui sont la clientèle de base des banques alimentaires pour demander de l’aide cette année, a-t-elle renchéri au sujet de la clientèle qui fait désormais des demandes pour des denrées.

Elle ajoute également que Moisson Montréal est à la recherche de denrées alimentaires de catégorie sèche, comme de la farine ou du sucre, rarement sur les tablettes de l'organisme, contrairement aux dons de fruits et légumes qui connaissent un essor cette année.

Une pancarte de La guignolée des médias.

Différentes personnalités médiatiques s'unissent pour amasser des dons à l'occasion de la 23e guignolée des médias.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Poliquin

Pour Philippe-Vincent Foisy, porte-parole de La guignolée des médias, chroniqueur de Salut, bonjour et analyste politique de TVA Nouvelles, la guignolée constitue un moment où les médias peuvent utiliser leur notoriété et leur portée pour insister sur l'importance de penser collectivement.

C’est à tout le monde de faire sa part. Le gouvernement ne peut pas tout faire, mais collectivement, si nous tirons tous un peu sur le filet social, les mailles vont être un peu plus serrées, et on va pouvoir rebondir et remettre des gens sur leurs pieds, a-t-il fait valoir en ondes à l'émission Tout un matin.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.