•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grèves dans le secteur public : la session des cégeps ne sera pas raccourcie

La session collégiale sera d’une durée normale de 82 jours, a confirmé la ministre Pascale Déry.

Madame Déry en mêlée de presse.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Pascale Déry, en mêlée de presse.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry a fermé la porte à l'idée d'une session collégiale de durée réduite, refusant ainsi la demande des fédérations qui représentent les directions de cégeps et les étudiants.

La session collégiale sera d’une durée normale de 82 jours malgré la semaine de grève des professeurs de cégep membres du Front commun prévue du 8 au 14 décembre.

Cela met un point final à la demande de la Fédération des cégeps, appuyée par la Fédération étudiante collégiale, d'envisager une réduction exceptionnelle de la durée de la session en vertu d’une mesure prévue au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC).

Dans le meilleur intérêt [sic] de la réussite des étudiants, le calendrier scolaire devra être respecté.

Une citation de Le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry

La ministre est consciente du fait que cela implique, pour certains cégeps, de devoir repousser la fin de la session à janvier 2024, assure-t-on à son cabinet. Mais le but, a indiqué la ministre Déry mardi en mêlée de presse, c’est que [les étudiants] traversent cette session-ci et entrent dans la prochaine préparés, avec les connaissances et les compétences [nécessaires].

Grèves dans le secteur public au Québec

Consulter le dossier complet

Des manifestants sont massés devant l'Assemblée nationale et brandissent pancartes et banderoles.

Les établissements collégiaux ont de la souplesse dans l’organisation du calendrier afin de prévoir les réaménagements nécessaires à l’atteinte de leurs objectifs pédagogiques selon leur réalité, écrit le cabinet de la ministre.

Des examens vont se tenir la fin de semaine, des cours vont se faire le soir. [Les cégeps] vont être capables de réorganiser leur calendrier, ça ne sera pas la première fois. Je leur fais confiance, renchérit Mme Déry.

Elle en a aussi profité pour rappeler qu’elle avait pris la décision de reporter l’épreuve uniforme de langue d’enseignement au 20 décembre.

Les étudiants en colère, la Fédération des cégeps accepte la décision

La présidente de la Fédération étudiante collégiale (FECQ), Laurence Mallette-Léonard, est très fâchée par la décision de la ministre puisque, dit-elle, plusieurs cégeps n’ont pas la flexibilité requise pour reprendre toutes les journées de cours et d’examens d’ici Noël.

Il est inacceptable que des étudiants soient forcés de reprendre des cours et des examens entre Noël et le jour de l’An ou bien en janvier 2024, écrit-elle.

Laurence Malette-Léonard souriante.

Laurence Mallette-Léonard est présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec depuis juillet 2023.

Photo : Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

Exceptionnellement, écourter la session est une mesure qui s’est déjà vue par le passé, et les circonstances actuelles justifient amplement son usage.

Une citation de Laurence Mallette-Léonard, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

Pour la FECQ, réduire la durée de la session était la meilleure avenue, et la situation actuelle reflète un manque d’écoute de la part du gouvernement.

De son côté, le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay, refuse de se dire déçu et de blâmer la ministre pour sa décision. Il est heureux de savoir à quoi s’en tenir et d’avoir reçu un message de soutien de la part du ministère.

Ce qui n’était pas clair, c’était quelle était la volonté de la ministre. Tant qu’on n’avait pas de précisions, c’était difficile de prévoir la fin de session. Maintenant, ça devient plus facile d’établir le calendrier.

M. Tremblay reconnaît que la situation n’est pas idéale et que cela prendra de la souplesse et de l’originalité pour réorganiser le calendrier tout en respectant la durée de 82 jours de la session.

Un homme qui porte un veston sourit pour la photo.

Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps

Photo : Photo fournie par la Fédération des cégeps

On était dans un contexte où il n’y avait pas de solution parfaite. [...] On accepte la décision de la ministre et on s’attend à son soutien pour la suite.

Une citation de Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps

Il a bon espoir qu’il y aura une collaboration et une ouverture au sujet des coûts supplémentaires que cette réorganisation aura impliqués.

Des fins de session possiblement reportées en janvier

Tant chez la ministre Déry que chez la Fédération des cégeps, on convient que cette décision forcera certains cégeps à compléter la session d’automne 2023 en janvier 2024.

Plusieurs établissements d'enseignement collégial ont indiqué à Radio-Canada qu'ils ont organisé des rencontres au cours de la dernière semaine afin d’élaborer diverses formules de réorganisation du calendrier.

Par exemple, la directrice générale du Collège Dawson, Diane Gauvin, confirme par écrit que deux scénarios sont déjà prêts en cas de résolution ou non du conflit de travail impliquant ses employés.

Si les journées de grève sont annulées, la session se terminera le 22 décembre. Autrement, si les cinq jours de grève entre le 8 et le 14 décembre ont lieu, la période d’examens se terminera le 6 février, ce qui reportera le début de la session d’hiver au début de février.

Du côté du Collège de Maisonneuve, qui a été touché non seulement par la grève du Front commun mais aussi par quelques journées de boycottage des étudiants au cours de la session, la décision a déjà été prise de prolonger la session d’automne à janvier 2024. La session d’hiver, qui devait commencer le 22 janvier, débutera plutôt le 5 février.

Comme pour d’autres cégeps, le calendrier de fin de session devra vraisemblablement être modifié de nouveau si la grève de la semaine prochaine se concrétise.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.