•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève de la FAE : les services de tutorat plus populaires que jamais

Une salle de classe déserte.

Pendant la grève des enseignants syndiqués à la FAE, les parents font appel à des services pour aider leurs enfants.

Photo : Getty Images/iStock/DONGSEON KIM

Onze jours après le début de la grève générale illimitée des syndiqués de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), un nombre grandissant de parents font appel à des services de tutorat pour leurs enfants. Ils tentent ainsi d’atténuer les effets du débrayage sur l’apprentissage et sur la réussite des élèves.

Alors que les enseignants de la FAE poursuivent leur grève générale illimitée, des parents sont de plus en plus inquiets des répercussions de ce mouvement. Depuis que le débrayage a été déclenché, plusieurs d’entre eux font appel à des entreprises qui offrent des services de tutorat.

On a une augmentation de 50 % des demandes en [matière] de tutorat.

Une citation de Marilou Gravel, présidente de La 2e Classe, une entreprise de tutorat

Selon Mme Gravel, cette progression du nombre d’inscriptions témoigne bien de l’inquiétude qui habite certains parents à l'idée de voir leurs enfants à la maison plutôt que sur les bancs d’école. On a des parents qui veulent de l’accompagnement pour leurs enfants et du soutien au niveau des apprentissages.

La directrice de Tutorax, Audrey Cloutier, fait le même constat. Elle affirme que le nombre d'appels de parents à son entreprise ne cesse d'augmenter depuis que la grève de la FAE a commencé. On le ressent très fortement pour la région de Montréal. On a vraiment eu une hausse des demandes. Plusieurs parents essaient d'être proactifs pour être certains que leur enfant [subisse] le moins de répercussions possible, mentionne-t-elle.

Grèves dans le secteur public au Québec

Consulter le dossier complet

Des manifestants sont massés devant l'Assemblée nationale et brandissent pancartes et banderoles.

Au Québec, les services de tutorat peuvent coûter de 35 à 60 $ de l’heure.

Le président de Succès scolaire, Félix Morin, constate lui aussi que le nombre d'élèves inscrits aux services de tutorat de son entreprise a grimpé de 10 à 15 % depuis que les enseignants de la FAE ont quitté les classes pour les lignes de piquetage.

On a également certains parents qui nous demandent une prise en charge complète pratiquement toute la journée pour être capables de se libérer et, surtout, pour que l'enfant ne perde pas la main avec la routine qu'il a développée à l'école.

Une citation de Félix Morin, président de Succès scolaire

M. Morin affirme également que le nombre d’heures de tutorat réclamées par les parents pour aider les enfants a grimpé de 25 % au cours des dernières semaines. Un parent qui nous appelait avant pour une heure ou deux de suivi par semaine, maintenant, il nous demande rapidement deux ou trois heures par semaine, précise-t-il.

Rappel de la pandémie

Selon la directrice de Tutorax, les parents n’ont pas oublié ce qu’ils ont vécu pendant la pandémie, c'est-à-dire les effets qu’ont eus les fermetures de classes sur les élèves, en particulier sur ceux qui avaient des difficultés d’apprentissage.

Les élèves qui ont le plus de difficulté, on l’a vu pendant la COVID, c’est préoccupant pour eux, parce que les enseignants, quand ils vont reprendre les journées de classe, ils vont devoir continuer le programme scolaire, mais de manière plus accélérée. C’est ça qui est inquiétant pour les jeunes qui ont déjà des difficultés. Lorsqu’on vient augmenter le rythme dans de nouvelles notions, c’est difficile pour eux d’être capables de suivre le rythme, explique Audrey Cloutier.

Le président de Succès scolaire, Félix Morin, croit lui aussi que ce genre de congé forcé, comme celui survenu pendant la pandémie de COVID-19, peut avoir des conséquences pour les élèves en difficulté. Il estime cependant qu’il est encore trop tôt pour savoir si le conflit de travail actuel aura un effet sur la réussite de certains enfants.

En raison de la grève générale illimitée de la FAE, il y a environ 800 écoles fermées au Québec et près de 370 000 élèves des niveaux primaire et secondaire qui sont en congé forcé.

Les syndiqués de la FAE représentent 40 % des enseignants du Québec.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.