•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Exploitation » des femmes : Christine Labrie n’entend pas se taire au Salon bleu

Une femme debout à l'Assemblée nationale.

Christine Labrie, députée solidaire de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

La députée solidaire Christine Labrie compte bien continuer de parler de l'exploitation des travailleuses du secteur public au Salon bleu, même si la présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, a ajouté les mots « exploiter les femmes » à la liste des propos non parlementaires.

La présidente peut prendre les décisions qu'elle veut, mais ça ne règle rien à la situation que nos écoles fonctionnent exclusivement parce qu'il y a des femmes qui travaillent de manière non rémunérée, a lancé Mme Labrie en mêlée de presse à l'Assemblée nationale, mardi.

La députée solidaire ne pense pas être victime de censure. Je vais continuer de dire qu'il y a des femmes qui se sentent exploitées quand elles travaillent dans les services publics, a-t-elle poursuivi.

La semaine dernière, Christine Labrie a provoqué de vives réactions au Salon bleu en affirmant que les trois quarts des personnes qui travaillent dans nos services publics, ce sont des femmes. Pourquoi la CAQ persiste à les exploiter? Elle s'est ensuite coltaillée avec la présidente de l'Assemblée nationale, qui lui a demandé à deux reprises de retirer ses propos.

Ce n'était pas un coup d'éclat, c'était une députée qui parlait avec son coeur de la condition des femmes au Québec.

Une citation de Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de Québec solidaire

Je comprends que la CAQ n'ait pas aimé entendre ça. [...] Si la CAQ trouve le mot "exploitation" exagéré, c'est son problème. Ce n'est pas acceptable comme situation et ce que ma collègue Christine Labrie a fait, c'est de nommer ce vécu-là, a-t-il ajouté.

Précisons que les mots jugés non parlementaires ne sont pas totalement interdits au Salon bleu.

La présidence a toute la latitude pour interpréter et qualifier les propos tenus par un.e député.e eu égard aux circonstances. Il n'y a pas de critères absolus. Le jugement de la présidence dépend de la nature des propos et du contexte dans lequel ils ont été prononcés, a indiqué la porte-parole de l'Assemblée, Béatrice Zacharie, par courriel vendredi.

Quant aux propos tenus par la députée de Sherbrooke, c'est l'affirmation voulant que le gouvernement exploite les femmes dont la présidence a exigé le retrait, a-t-elle ajouté.

L'Assemblée nationale interdit notamment à un élu d'imputer des motifs indignes à un collègue, d'utiliser un langage violent, d'adresser des menaces ou de tenir des propos séditieux.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.