•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grèves dans les écoles : Québec soumet de nouvelles offres aux enseignants

François Legault en mêlée de presse.

Le premier ministre Legault espère une réponse positive de la partie syndicale pour mettre fin au débrayage.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le gouvernement Legault fait un pas de plus pour mettre fin aux débrayages dans le réseau scolaire. De nouvelles propositions ont été rédigées pour les enseignants. Ces offres doivent encore être étudiées, mais elles ravivent les espoirs des parents d'élèves touchés par les grèves, qui se multiplient depuis quelques semaines.

Une « proposition de règlement » a été présentée à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), lundi soir, et tout indique que la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) recevra la sienne dans les prochaines heures.

En grève générale illimitée depuis bientôt deux semaines, la FAE a confirmé par voie de communiqué mardi matin avoir rencontré la partie patronale très tard lundi soir et avoir reçu une proposition verbale d'entente de principe exploratoire [accompagnée] d'une annexe d'une page et demie.

Son comité exécutif, a-t-elle ajouté, a déjà commencé à analyser l'offre de règlement du gouvernement et convoquera sous peu l'instance syndicale pertinente pour discuter de la suite de la négociation, malgré l'absence d'un document écrit complet.

On espère [que la FAE] va être capable de nous revenir le plus rapidement possible, a déclaré Sonia LeBel, présidente du Conseil du Trésor, à son arrivée à l'Assemblée nationale mardi après-midi. Parce que chaque minute compte.

Grèves dans le secteur public au Québec

Consulter le dossier complet

Des manifestants sont massés devant l'Assemblée nationale et brandissent pancartes et banderoles.

Le premier ministre Legault a également dit espérer une réponse positive de la partie syndicale, mardi.

Depuis le début des négociations avec le secteur public, Québec a augmenté de façon importante [ses] offres salariales en échange de plus de souplesse pour être capables de donner de meilleurs services aux Québécois, a-t-il souligné en se rendant au Salon bleu.

Je ne pense pas qu'on demande beaucoup, a poursuivi M. Legault. Quand on dit [que] les choix des horaires devraient être faits au mois de mai plutôt qu'au mois d'août, [...] je pense qu'on peut s'entendre au niveau national pour que ce soit fait partout au Québec, a-t-il déclaré.

Une dizaine de syndiqués partageant un repas.

Des enseignants de la FAE en grève partageaient mardi matin des gaufres aux pommes de terre devant l'école primaire Baril, dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maissonneuve, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La FAE est entrée en grève générale illimitée le 23 novembre. Plus de 66 000 enseignants sont en arrêt de travail. Environ 800 écoles sont touchées à Montréal, à Laval, dans les Laurentides, en Outaouais, dans la Capitale-Nationale et dans la grande région de Granby. Quelque 368 000 élèves sont privés d'enseignement.

Plusieurs points sont en litige dans cette négociation, dont l'ouverture de classes spécialisées pour les enfants en difficulté. Québec veut aussi devancer au printemps l'affectation des enseignants aux classes afin d'éviter la période de pointe de la rentrée en août.

Depuis le déclenchement de sa grève générale illimitée, une instance de la FAE se réunit toutes les semaines pour évaluer la situation, à la lumière du progrès dans les négociations. Vendredi dernier, elle a annoncé son intention de poursuivre sa grève pendant une autre semaine au moins.

La proposition de règlement soumise lundi soir par le gouvernement Legault coïncide avec le début de la dernière semaine de travaux parlementaires avant les vacances des Fêtes.

Elle intervient en outre au lendemain d'un jugement de la Cour supérieure émis en réponse à une demande d'injonction provisoire du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) commandant à l'Alliance des professeures et professeurs, affiliée à la FAE, de permettre aux ouvriers de la construction d'accéder aux écoles.

Ces ordonnances ont par ailleurs convaincu le CSSDM de rouvrir ses installations à la communauté en dehors des heures de piquetage à compter de mardi soir.

Un ruban aux couleurs de la FAE apposée devant la porte d'entrée d'une école.

Dans certains milieux, des entraves physiques empêchaient l’accès aux écoles, même en dehors des activités de piquetage, expliquait le CSSM pour justifier sa décision de suspendre les activités et locations de salles le soir et la fin de semaine. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Comme le jugement nous donne la garantie que les accès et sorties seront désormais libres, nous pouvons assurer de nouveau la sécurité et l’entretien des établissements, a expliqué le Centre de services scolaire dans une déclaration écrite transmise à Radio-Canada en fin d'avant-midi.

Un effet domino?

Pendant ce temps, les pourparlers se poursuivent avec les neuf autres unités syndicales en négociation avec le gouvernement pour renouveler les conventions collectives des employés du secteur public.

Une rencontre est d'ailleurs prévue mardi soir entre les représentants de l'employeur et la FSE-CSQ, qui représente près de 100 000 enseignants. Sur Facebook, la présidente de la fédération, Josée Scalabrini, a dit à ses membres en mi-journée avoir été prévenue qu'une nouvelle lui serait présentée.

Le Front commun – dont fait partie la CSQ – a observé quatre jours de grève jusqu'ici : le 6 novembre d'abord, puis les 21, 22 et 23 novembre. Les membres débrayeront à nouveau du 8 au 14 décembre.

C'est donc dire qu'à moins d'un règlement, toutes les écoles primaires et secondaires du Québec seront fermées de vendredi à jeudi prochain, au grand dam de François Legault, qui avait appelé les syndiqués à mettre fin à leur grève, la semaine dernière.

Cette déclaration a mis le feu aux poudres, a déclaré mardi matin le porte-parole masculin de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, selon qui l'attitude de provocation du premier ministre tranche avec celle de Sonia LeBel, qui essaie d'éteindre le feu et de trouver un règlement.

Ce jeu de "bon cop, bad cop", il est complètement contre-productif. Ça nous éloigne d'un règlement. Ça nous éloigne d'une fin de la grève.

Une citation de Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole et chef parlementaire de QS

Les cégeps seront également touchés par les nouvelles journées de grève décrétées par le Front commun, si bien que la ministre de l'Enseignement supérieur, Pascale Déry, a dû se résigner à repousser d’une semaine la tenue des prochaines épreuves uniformes de français et d'anglais.

Mme Déry a néanmoins assuré à son arrivée à l'Assemblée nationale mardi que la session au collégial devrait pouvoir se terminer d'ici Noël.

Selon nos sources au Front commun, un règlement avec la FAE pourrait faire débouler l'ensemble des négociations.

Le président de la CSQ, Éric Gingras, a toutefois prévenu sur le réseau X mardi que les syndicats seront uniquement satisfaits si les conditions de travail ET le salaire sont à la hauteur de [leurs] attentes.

Selon les informations de Mathieu Gohier et de La Presse canadienne

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.