•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison-Blanche « à court d’argent » pour aider l’Ukraine

Des chars Abrams en Pologne.

Plus de 60 milliards de dollars prévus pour l'Ukraine dorment dans les coffres américains, en raison de l'obstruction budgétaire des républicains. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / Kacper Pempel

Agence France-Presse

« Nous sommes à court d'argent et bientôt à court de temps » : selon la Maison-Blanche, l'aide militaire américaine à l'Ukraine pourrait être coupée net dans les prochaines semaines, faute d'accord budgétaire avec l'opposition républicaine.

Je veux être claire : si le Congrès n'agit pas, nous serons d'ici la fin de l'année à court de ressources pour livrer plus d'armes et d'équipements à l'Ukraine et pour fournir du matériel venant des stocks militaires américains, écrit la directrice du budget de la Maison-Blanche, Shalanda Young, dans un courrier adressé à Mike Johnson, patron de la Chambre des représentants, à majorité républicaine.

Lequel lui a renvoyé sèchement la balle sur le réseau social X (anciennement Twitter) : L'administration Biden est incapable de répondre aux inquiétudes légitimes [des conservateurs] de mon groupe parlementaire sur l'absence de stratégie claire pour l'Ukraine, sur une issue au conflit ou sur la manière de superviser l'emploi de l'argent des contribuables américains.

La lettre de Shalanda Young est publiée au moment où l'Ukraine a reconnu l'échec de sa contre-offensive estivale et alors que la Russie lance des assauts répétés, en particulier contre la ville d'Avdiïvka, dans l'est du pays.

Il n'y a pas de financement magique disponible pour faire face à l'urgence. Nous sommes à court d'argent et bientôt à court de temps, assène Shalanda Young dans son courrier.

Guerre en Ukraine

Consulter le dossier complet

Un véhicule blindé est en feu, un corps gît dans la rue.

60 milliards qui dorment dans les coffres

Le président démocrate Joe Biden avait demandé au Congrès, le 20 octobre, de voter une enveloppe exceptionnelle de plus de 100 milliards de dollars pour répondre aux urgences du moment, à savoir aider Israël et l'Ukraine, tenir tête à la Chine et répondre aux arrivées de migrants à la frontière sud.

Sur ce montant, plus de 60 milliards de dollars doivent aller à l'Ukraine, dont les États-Unis sont de loin le premier soutien depuis l'invasion par la Russie à la fin du mois de février 2022.

Couper l'arrivée d'armes et d'équipements américains briserait l'effort de guerre de l'Ukraine, mettrait en danger les avancées obtenues par l'Ukraine et augmenterait la probabilité de victoires russes, ajoute encore Shalanda Young.

Nos livraisons d'aide militaire ont déjà diminué, constate-t-elle.

Ce n'est pas un problème pour l'année prochaine. C'est maintenant qu'il faut aider l'Ukraine démocratique à se battre contre l'agression russe, conclut la directrice du budget.

La Maison-Blanche tient à assurer le financement de l'aide à l'Ukraine au moins jusqu'à la présidentielle de novembre 2024, qui pourrait bien opposer de nouveau Joe Biden à l'ancien président Donald Trump.

Le président russe Vladimir Poutine ne s'engagera pas vers la paix avant de voir le résultat de notre élection, confiait récemment un haut responsable de la diplomatie américaine.

Interminable impasse budgétaire

Les États-Unis se trouvent depuis des mois dans le plus grand flou budgétaire, en raison de turbulences parlementaires à n'en plus finir.

Le Congrès de la première puissance mondiale – composé du Sénat à majorité démocrate et de la Chambre des représentants à majorité républicaine – n'a toujours pas voté de budget pour l'année fiscale entamée le 1er octobre dernier.

L'État fédéral fonctionne pour l'instant grâce à une prolongation d'urgence qui expirera à la mi-janvier.

Lorsque Joe Biden avait demandé, très solennellement, son énorme enveloppe budgétaire, la Chambre des représentants se trouvait en plein chaos pour cause de dissensions au sein du Parti républicain.

Elle s'est depuis dotée d'un chef, Mike Johnson, ce qui a permis la reprise des débats budgétaires.

Lesquels s'annoncent donc ardus.

Le patron des députés conservateurs demande, en échange du soutien à une nouvelle enveloppe pour l'Ukraine, un net durcissement de la politique migratoire face aux arrivées de migrants à la frontière avec le Mexique.

Les élus républicains à la Chambre veulent que tout financement supplémentaire de notre sécurité nationale commence par notre propre frontière, a indiqué lundi Mike Johnson.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.