•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerçants disent non aux paiements par carte de crédit

Un terminal de paiement.

Certains commerces refusent le paiement par carte de crédit.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Radio-Canada

Les cartes de crédit seront bientôt chose du passé au Temaki Sushi Bar de Chicoutimi. Le chef propriétaire du restaurant a avisé ses clients sur les réseaux sociaux qu'ils devront payer en argent comptant ou avec une carte de débit à compter du 17 janvier.

Au début de la pandémie, la santé publique incitait les consommateurs à utiliser leurs cartes de paiement pour éviter les contacts et réduire la transmission des virus.

L'utilisation des cartes de crédit coûte cher cependant, particulièrement pour les petits commerçants, et c’est cette raison qui a poussé le Temaki Sushi Bar de Chicoutimi, situé sur la rue Racine, à appliquer cette nouvelle directive.

Une façade de restaurant en hiver.

Le restaurant Temaki Sushi Bar à Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Là, on est en 2023, et en 2022, j'ai fait un relevé, on a payé 25 000 dollars de frais de carte de crédit. Je pense que ce 25 000 dollars-là devrait servir au restaurant plutôt que de servir à une compagnie de carte de crédit, a lancé le chef propriétaire Michaël Tremblay.

Chaque transaction effectuée par carte de crédit entraîne des frais importants pour les commerçants. Ils varient environ de 1,5 % à 3,5 % de la valeur de la facture. En revanche, une transaction par débit ne coûte que quelques sous, et ce, peu importe le montant.

Ottawa a conclu une entente le printemps dernier avec Visa et Mastercard pour limiter les frais liés aux transactions par carte de crédit dans les PME, mais cette dernière entrera en vigueur seulement à l'automne 2024.

J'ai un choix à faire pour ma petite PME qui est aussi ouverte seulement 16 jours dans le mois. 25 000 dollars pour 16 jours par mois, là, ça commence à faire avec toutes les augmentations qu'on a, c'est la décision qui était à prendre, justifie Michaël Tremblay.

Même scénario à la fromagerie Médard

La fromagerie Médard de Saint-Gédéon a pris la même décision il y a quelques semaines. Seuls les touristes peuvent encore utiliser leurs cartes de crédit s’il s’agit de leur seule option pour acheter des produits sur place.

Le devant de la fromagerie et boulangerie Médard.

En raison des frais qui en découlent, la fromagerie et boulangerie Médard a abandonné le paiement par carte de crédit.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

On a décidé de les interdire, mais avec modération. C'est-à-dire que quand y a par exemple des clients qui sont étrangers, qui ont seulement leur carte de crédit, bien on les accepte. Mais nos clients réguliers, nos clients québécois qui ont une carte débit, on ne les accepte plus, a expliqué la copropriétaire de la fromagerie Médard, Justine Boivin-Côté.

Selon elle, les clients se montrent plutôt compréhensifs. Est-ce qu'on pourrait voir d'autres commerçants emboîter le pas? Professeur au Département des sciences économiques et administratives de l’Université du Québec à Chicoutimi, Damien Hallegatte ne s'attend pas à un mouvement de masse.

Certains types de commerces spécialisés, peut-être des petits commerces, vont être capables auprès de leur clientèle de leur faire valoir que les cartes de crédit, c'est un désavantage pour les deux. Mais ça paraît assez difficile d'imaginer que ce soit un mouvement très général parce que même si on accepte comme consommateur de ne plus utiliser sa carte de crédit, est-ce qu'on va voir une diminution des prix? Probablement pas, analyse-t-il.

D’après le reportage de Mireille Chayer

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.