•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 500 résidents des Hautes-Laurentides évacués de manière préventive

Le risque de rupture d'une digue a nécessité que des résidents de Chute-Saint-Philippe et de Lac-des-Écorces quittent d'urgence leur domicile dimanche soir.

Carte représentant les municipalités de Mont-Laurier, Chute-Saint-Philippe, Lac-des-Écorces, Kiamika, Mont-Tremblant, dans les Hautes-Laurentides.

L'inspection d'une digue par le ministère de l'Environnement du Québec a permis de déceler une faiblesse dans la stabilité de la digue Morier, entraînant l'évacuation d'urgence de résidents de Chute-Saint-Philippe et de Lac-des-Écorces, dans les Hautes-Laurentides.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Meloche-Holubowski

Radio-Canada

Le risque qu'une digue se rompe a forcé la Sécurité publique du Québec à ordonner dimanche l'évacuation préventive de riverains de la rivière Kiamika, ce qui touche les municipalités de Chute-Saint-Philippe et de Lac-des-Écorces, dans les Hautes-Laurentides.

En début de soirée, dimanche, les pompiers, les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) et des responsables du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides sont allés sonner à la porte de 563 personnes pour les obliger à évacuer sur-le-champ leur domicile.

À 11 h, lundi, la quasi-totalité des 350 résidences de Chute-Saint-Philippe et des 651 résidences de Lac-des-Écorces avait été évacuée, a déclaré le maire de Chute-Saint-Philippe, Normand St-Amour, sur ICI RDI.

Les secteurs à risque sont les riverains de la rivière Kiamika, qui sort du réservoir Kiamika, où il y a un barrage et une digue qui a des anomalies.

Une citation de Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe

On est partis en haut de la rivière, près de la digue en cause, et on a vraiment descendu les secteurs plus à risque vers ceux qui sont moins à risque, a dit M. St-Amour.

La population a dû prendre des effets personnels pour cinq jours et se rendre au centre sportif Jacques-Lesage de Mont-Laurier, au 801, rue Alix.

Les autorités invitent la population déplacée à se rendre au centre sportif, même dans le cas des gens qui ont trouvé refuge chez des proches. C'est nécessaire pour l'élaboration du registre des personnes évacuées, dit le maire St-Amour.

Ceux qui habitent le long de la rivière Kiamika n'ont pas à évacuer pour le moment, est-il écrit sur le site de la municipalité du même nom, mais ils sont invités à se préparer. Les experts de la sécurité publique estiment qu'au besoin, cette municipalité disposera d'un laps de temps suffisant (au minimum 8 heures) pour évacuer.

Regroupez vos effets personnels prioritaires (médicaments, téléphones et chargeurs, vêtements adéquats pour la température des prochains jours), et soyez prêts.

Une citation de Avis important de la municipalité de Kiamika aux riverains de la rivière Kiamika

Des écoles fermées

En pleine tempête de neige dimanche soir, le déneigement s'est d'abord fait dans les secteurs devant être évacués pour faciliter les choses, a expliqué le maire de Chute-Saint-Philippe.

À l'aréna de Mont-Laurier [Centre sportif Jacques-Lesage], la situation est évaluée au cas par cas. Les citoyens évacués sont pris en charge et sont relocalisés, soit dans leur entourage soit à l'hôtel. S'il y a des enfants, des personnes âgées, des personnes ayant besoin de soins de santé, des animaux; tout est pris en charge et c'est très bien fait, a-t-il assuré.

Les résidents qui veulent récupérer des effets personnels chez eux doivent en faire la demande à leur municipalité. Les situations seront évaluées individuellement.

Le Centre de services scolaire des Hautes-Laurentides a fermé les écoles Notre-Dame et Saint-François de Lac-des-Écorces, ainsi que l'école Henri-Bourassa de Chute-Saint-Philippe, lundi.

De plus, dans ces secteurs, les parcours d'autobus (pour les élèves du primaire et du secondaire) qui longent la rivière Kiamika ne sont pas effectués.

La digue Morier instable

Construite en 1954, la digue Morier a fait l'objet la semaine passée d'une inspection de routine de la part du ministère de l'Environnement, qui en a la responsabilité. La faiblesse qui a été décelée sur cette digue compromet sa stabilité et de l'érosion interne pourrait être à l'origine du problème, avance le ministère qui entamera, sous peu, des travaux d'urgence.

Mais le risque a paru suffisamment important pour nécessiter l'évacuation de la population dans les secteurs visés.

Puisqu’il n’est pas possible d’évaluer les risques actuellement, cette évacuation permet de prévenir une éventuelle situation d’urgence.

Une citation de Extrait d'un communiqué publié par la MRC d'Antoine-Labelle

Les analystes du ministère de l'Environnement sont mobilisés pour faire une expertise plus poussée et on espère avoir des réponses le plus rapidement possible, a expliqué le maire de Chute-Saint-Philippe.

Le barrage Kiamika a une hauteur de 16 mètres et une capacité de retenue de 382 millions de mètres cubes, soit l'équivalent de plus de 100 000 piscines olympiques.

Mais comme la population a été évacuée, la perspective que la digue cède donne lieu à un scénario modéré, affirme Normand St-Amour. Certes, des dommages aux bâtiments seraient alors à craindre, mais personne ne serait en danger et c'est le plus important, conclut-il.

Informations utiles :

Pour toutes questions concernant l'évacuation, Urgence Québec invite les citoyens à composer le 819 585-3397.

Pour tous les détails concernant l'alerte, visitez le site gouvernemental de la Sécurité publique (Nouvelle fenêtre) (lien externe).

Lors du point de presse donné lundi matin, la députée de Labelle, Chantal Jeannotte, a déclaré que personne n'[était] en danger, et que tout le monde [était] en sécurité.

La députée de la Coalition avenir Québec (CAQ) affirme que les résidents évacués seront admissibles à des indemnisations en vertu d'un programme gouvernemental.

Avec les informations de Nelly Alberola et de Marc Verreault

Avec les informations de La Presse canadienne

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.