•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des navires attaqués en mer Rouge, un destroyer américain abat des drones

Le destroyer U S S Carney sur le Bosphore, à Istanbul, en Turquie.

Le destroyer USS Carney a détecté dimanche un missile tiré à partir d'une zone du Yémen contrôlée par les Houthis. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / YORUK ISIK

Agence France-Presse

Un destroyer américain a abattu trois drones en portant assistance dimanche à des navires commerciaux en mer Rouge visés par des attaques depuis le Yémen, a fait savoir Washington, qui a dénoncé « une menace directe » pour la sécurité maritime.

Plus tôt, les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, avaient annoncé avoir mené une opération contre des navires israéliens dans le détroit de Bab el-Mandeb, une voie navigable stratégique reliant la mer Rouge au golfe d'Aden, en représailles à la guerre menée par l'armée israélienne contre le Hamas palestinien à Gaza.

Aujourd'hui, il y a eu quatre attaques contre trois navires commerciaux distincts opérant dans les eaux internationales du sud de la mer Rouge, a déclaré le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (CENTCOM) dans un communiqué.

Le destroyer [...] USS Carney a répondu aux appels de détresse des navires et leur a fourni de l'aide, abattant trois drones qui se dirigeaient vers le navire de guerre durant la journée, a-t-il précisé.

Le destroyer a détecté un missile, tiré depuis une zone du Yémen contrôlée par les Houthis, qui a fini sa course près d'un navire battant pavillon des Bahamas, le Unity Explorer. Le cargo a ensuite signalé des dégâts mineurs causés par un autre missile provenant d'une zone tenue par les rebelles.

Des rebelles houthis lors d'une parade au Yémen, le 2 décembre.

Les rebelles houthis font partie de ce qu'ils qualifient d'« axe de la résistance » contre Israël, avec des groupes soutenus par l'Iran, comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais.

Photo : Reuters / KHALED ABDULLAH

Proche-Orient, l’éternel conflit

Consulter le dossier complet

Un panache de fumée s'élève à la suite d'une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Gaza, le samedi 7 octobre 2023.

Le Number 9, un vraquier battant pavillon panaméen, a déclaré avoir été endommagé par un missile du Yémen, sans déplorer de victime. Le Sophie II, de même pavillon, a indiqué avoir aussi été touché, sans subir de dégâts importants.

Pour le CENTCOM, ces attaques représentent une menace directe envers le commerce international et la sécurité maritime.

Nous avons également toutes les raisons de croire que ces attaques, bien que lancées par les Houthis au Yémen, sont entièrement financées par l'Iran, a avancé le CENTCOM.

Les États-Unis vont envisager toutes les réponses appropriées en étroite coordination avec leurs alliés et partenaires internationaux.

Les rebelles en soutien aux résidents de la bande de Gaza

La revendication des rebelles houthis mentionne, elle, uniquement l'attaque de deux bateaux, le Unity Explorer et le Number 9, l'un visé avec un missile, l'autre avec un drone, indique le communiqué, après que les bâtiments ont rejeté les messages d'avertissement des Houthis.

Les rebelles continueront à cibler les navires israéliens jusqu'à ce que l'agression israélienne contre nos frères de la bande de Gaza cesse, ont-ils déclaré.

Des rebelles houthis lors d'une marche à Saana le 15 octobre 2023.

Les opérations militaires des rebelles houthis ont provoqué plusieurs incidents maritimes ces dernières semaines.

Photo : Getty Images / AFP/MOHAMMED HUWAIS

Plus tôt dimanche, la société de sécurité maritime Ambrey avait, elle, rapporté qu'un navire de marchandises britannique avait été touché par un tir de roquette en mer Rouge, à environ 34,5 km à l'ouest-nord-ouest de Mocha, au Yémen.

L'équipage se serait replié dans un espace sécurisé du bateau, a ajouté la société de sécurité maritime.

Selon Ambrey, la propriété et la gestion du navire attaqué étaient liées à Dan David Ungar, un citoyen britannique répertorié comme résident israélien dans le principal annuaire des entreprises du Royaume-Uni.

L'agence de sécurité maritime britannique UKMTO avait indiqué avoir reçu un rapport concernant l'activité d'un drone, y compris une potentielle explosion, à proximité de Bab el-Mandeb, en provenance du Yémen. Elle avait conseillé aux navires se trouvant dans la zone de faire preuve de prudence.

Tensions en mer Rouge

Ces incidents surviennent dans un contexte de tensions accrues en mer Rouge après que les rebelles houthis se sont emparés le 19 novembre du navire marchand Galaxy Leader avec ses 25 membres d'équipage.

Le Galaxy Leader appartient à une société britannique elle-même propriété d'un homme d'affaires israélien.

Le Galaxy Leader vogue sur l'eau.

Les rebelles houthis se sont emparés en novembre du navire britannique Galaxy Leader.

Photo : Getty Images / AFP

Les rebelles font partie de ce qu'ils qualifient d'axe de la résistance contre Israël, avec des groupes soutenus par l'Iran, comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais.

Ils ont lancé une série de drones et de missiles en direction d'Israël et de nombreux engins ont été interceptés par les défenses israéliennes ou des bateaux de guerre américains.

La multiplication des incidents maritimes a incité les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 (États-Unis, Royaume-Uni, France, Canada, Allemagne, Italie, Japon) à exhorter les rebelles à cesser de menacer la navigation internationale et à libérer le Galaxy Leader et son équipage, lors d'une réunion tenue la semaine dernière.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.