•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un don d’organe qui résonne encore

Judith Bélair-Kyle sur le plateau du «Téléjournal Mauricie–Centre-du-Québec».

La Trifluvienne Judith Bélair-Kyle témoigne de sa nouvelle vie depuis sa greffe de rein, le 1er décembre 2022.

Photo : Radio-Canada

Il y a environ un an, la Trifluvienne Judith Bélair-Kyle recevait un rein d'un donneur qu'elle avait trouvé sur les réseaux sociaux. Depuis sa greffe, elle a repris le travail à temps plein, s’entraîne trois fois par semaine et caresse différents projets, dont celui d’avoir un enfant.

C’est vraiment une nouvelle chance de revivre, affirme Judith Bélair-Kyle, qui est atteinte d’une maladie héréditaire. Des kystes se multipliaient sur son rein, diminuant la fonction rénale.Grâce à la greffe qu’elle a eue le 1er décembre 2022, sa vie a complètement changé.

Avant j'existais, maintenant je peux vivre.

Une citation de Judith Bélair-Kyle

Judtih Bélair-Kyle espère tomber enceinte au cours de la prochaine année. Son conjoint et elle sont en contact avec une gynéco-obstétricienne et une équipe spécialisée en grossesses difficiles.

Elle a déjà fait prélever ses ovules, mais des précautions s’imposent. Ce qu'on veut, c'est éviter de donner ces gènes-là à nos futurs enfants, explique Judith Bélair-Kyle.

Un don aux multiples impacts

C’est grâce à un cri du coeur lancé sur Facebook que Judith Bélair-Kyle a trouvé un rein. Frédéric Verville, un agriculteur de l'Estrie, s'est senti interpellé et a franchi en silence toutes les étapes lui permettant de donner son rein à Mme Bélair-Kyle.

Le donneur et elle se sont rencontrés dans la foulée de la production d’un documentaire de Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) et sont restés en contact depuis.

Frédéric Verville affirme ne pas avoir subi d’impact négatif sur sa santé depuis l’ablation de son rein. Il n'y a eu absolument aucun effet sur ma santé. J'ai repris ma vie d'avant après quelques semaines, dit-il.

Leur participation au documentaire a eu des répercussions. Les deux ont reçu plusieurs questions au sujet de ce processus. Leur histoire a mené à des gestes concrets.

Il y a même quelqu'un dans mon entourage qui a décidé d'entamer le processus [de don d’organe] avec une personne qu’elle connaissait qui attendait une greffe.

Une citation de Frédéric Verville

Tant mieux si on peut avoir encouragé des gens à aider d'autres personnes. Je pense que c'était aussi un peu l'objectif : faire connaître le processus, puis inspirer les gens s'ils se sentaient interpellés, affirme Frédéric Verville.

J'ai gagné un rein, mais aussi un ami, confie Judith. Elle et Frédéric s’écrivent régulièrement depuis un an.

Judith Bélair-Kyle a eu la surprise d’avoir des nouvelles de lui samedi, en direct du Téléjournal Mauricie–Centre-du-Québec.

D’après les entrevues réalisées par Julie Grenon au Téléjournal Mauricie–Centre-du-Québec

Le documentaire Un rein pour Judith sera rediffusé le dimanche 24 décembre sur ICI Télé à 13 h 30. Il est également offert sur Tou.tv.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Mauricie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Mauricie.