•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entrepreneur québécois Daniel Langlois retrouvé mort dans les Caraïbes

Daniel Langlois.

L'homme d'affaires et mécène Daniel Langlois a été retrouvé mort en Dominique avec sa conjointe, Dominique Marchand. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Radio-Canada

L'homme d'affaires et philanthrope québécois Daniel Langlois et sa conjointe, Dominique Marchand, ont été retrouvés morts en Dominique, une petite île des Caraïbes, où ils géraient un hôtel de luxe.

Deux corps ont été découverts vendredi par la police à l'intérieur d'un véhicule calciné près de la ville de Gallion, en Dominique.

Selon le média local Dominica News Online et des sources locales contactées par Radio-Canada, le couple était porté disparu depuis quelques jours et la carcasse de la voiture correspond au véhicule qui appartenait à M. Langlois et à Mme Marchand.

Toujours selon des sources locales, trois personnes sont détenues par la police à des fins d'interrogatoire.

Une carcasse de voiture.

Les corps de M. Langlois et de Mme Marchand ont été découverts dans l'épave incendiée de leur véhicule.

Photo : Dominican News Online

La fondation Resilient Dominica, un organisme environnemental situé en Dominique qui était rattaché à la Fondation Daniel Langlois et dirigé par ce dernier, a brièvement réagi à l'annonce du décès par la voix de son gestionnaire de projets, Simon Walsh.

Nous avons perdu l'incroyable équipe formée par Daniel et Dominique, a-t-il mentionné par courriel. Je suis triste d'avoir à diffuser cette horrible nouvelle.

Toujours selon M. Walsh, une veillée à la chandelle, en kayak, est prévue pour que notre communauté puisse démontrer son amour en plus d'exprimer cette gigantesque perte ensemble.

Au nom de l'hôtel de luxe Coulibri Ridge Resort, que géraient M. Langlois et Mme Marchand, une porte-parole a évoqué par courriel une perte tragique.

Toute la communauté de l'île est en deuil, peut-on lire dans la déclaration.

Daniel Langlois récompensé.

Sur cette photo publiée au début du mois de novembre sur le compte Facebook du premier ministre de la Dominique, Roosevelt Skerrit, Daniel Langlois est récompensé pour son engagement environnemental dans ce pays des Caraïbes.

Photo : Page Facebook de Roosevelt Skerrit

Le 3 novembre dernier, lors des célébrations du jour de l’Indépendance, le gouvernement de la Dominique a décerné à Daniel Langlois le prix du service méritoire pour sa contribution au développement durable et aux projets de recherche, en particulier dans les secteurs de l'hôtellerie et des affaires.

C'est incompréhensible

Nous sommes très choqués, très attristés par le départ de Daniel et de sa conjointe, Dominique Marchand; c'est incompréhensible, a déclaré, en entrevue à RDI, Paolo Oliveira, qui a longtemps été associé avec M. Langlois, notamment dans le cadre du projet de cinéma ExCentris.

C'est une grande perte pour le Québec mais aussi pour le Canada, a ajouté M. Oliveira.

Ça a été quelqu'un de passionné, de généreux, de très attentif aux demandes du monde. C'est quelqu'un qui s'est énormément investi à plusieurs niveaux. Nous étions très choyés de l'avoir pendant toutes ces années.

On vient de perdre quelqu'un de colossal à tous les niveaux, a encore déclaré M. Oliveira.

Un précurseur dans le domaine technologique

Pionnier de l'animation par ordinateur, M. Langlois a fait ses armes avec Tony de Peltrie, un court métrage entièrement en 3D qu'il a coréalisé en 1985.

Ce succès lui a permis, l'année suivante, de fonder Softimage, une entreprise qui a très largement fait ses preuves dans le domaine des effets spéciaux au cinéma. L'homme d'affaires en a été le président et directeur technologique de 1986 à 1998. Ses logiciels d'animation 3D ont été utilisés dans des mégaproductions hollywoodiennes comme Jurassic Park et Titanic.

Daniel Langlois travaille dans un atelier.

Daniel Langlois travaille sur le film d'animation « Tony de Peltrie », en 1984.

Photo : Fondation Daniel Langlois

En 1994, il a vendu Softimage à Microsoft pour la somme de 200 millions de dollars. Cette somme a notamment servi à créer la fondation qui porte son nom, qui vise à contribuer à l'avancement des connaissances en art et en science, le tout dans un contexte technologique.

Au départ, la Fondation voulait permettre à des artistes, à des technologues et à des scientifiques de travailler ensemble, a rappelé en entrevue à RDI Jean Gagnon, qui a dirigé l'organisation entre 1998 et 2008.

Daniel Langlois, au cours des ans, a rajouté une dimension écologique.

En 1999, M. Langlois a aussi fondé, à Montréal, le complexe ExCentris, qui était l'un des lieux de rencontre des amateurs de films d'auteur avant sa fermeture, en 2016.

Il aura ouvert beaucoup de portes en culture, y compris l'ExCentris. Il a aidé à cristalliser beaucoup de choses à Montréal, comme Hexagram, un centre de recherche qui réunit l'Université Concordia et l'UQAM, a encore mentionné M. Gagnon.

On pourrait citer beaucoup d'exemples de projets qui ont été soutenus au fil des ans.

M. Langlois a reçu plusieurs prix au cours de sa carrière, dont l’Oscar scientifique et technique attribué par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, en 1997.

Il a également reçu des doctorats honorifiques des universités de Sherbrooke, McGill, Concordia, d'Ottawa et de l'UQAM pour sa contribution exceptionnelle dans les domaines de l'imagerie de synthèse, du développement de l'industrie des médias numériques, de la recherche artistique et de la défense du cinéma indépendant.

La ministre du Patrimoine canadien, Pascale St-Onge, lui a d'ailleurs rendu hommage sur le réseau social X (ex-Twitter) dimanche soir : Daniel Langlois, visionnaire des technologies numériques et du cinéma, nous a quitté [sic]. Sa compagnie Softimage a créé des images 3D pour des films comme [ceux de la série] "Star Wars", marquant des générations. L'héritage qu'il nous laisse reflète son esprit novateur. Mes pensées vont à ses proches, a-t-elle écrit.

Projets verts

Dans le cadre des travaux de sa fondation et de Resilient Dominica, M. Langlois et Mme Marchand géraient le complexe hôtelier le Coulibri Ridge, qui se veut autosuffisant en eau et en électricité ainsi que respectueux de l'environnement et de la communauté.

Le projet, lancé depuis l'arrivée du couple en Dominique, en 1997, aura nécessité près d'une vingtaine d'années de démarches et de travaux.

Une ferme située sur le terrain du complexe permet de cultiver une partie des aliments qui sont servis dans les deux restaurants de l'endroit.

Des panneaux solaires produisent l'intégralité de l'énergie consommée sur le site.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.