•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « bars sobres » apparaissent en Colombie-Britannique

L'intérieur du bar Beeves où plusieurs bouteilles et verres sont exposés.

Le bar Bevees, à Port Coquitlam, est l'un des récents bars sans alcool à avoir ouvert récemment en Colombie-Britannique.

Photo : Soumise par Racquel Foran

Radio-Canada

Dans l’Okanagan et dans le Grand Vancouver, des bars qui n’offrent que des options sans-alcools ont ouvert leurs portes, dans l’espoir de rendre ces lieux de vie nocturne plus inclusifs.

Les bars Bevees, à Port Coquitlam, et Sobar, à Kelowna, estiment être les premiers établissements de ce type en Colombie-Britannique. Ils promettent une atmosphère et une expérience sophistiquée à leurs clients, sans attente de consommation de boisson alcoolisée.

Ces bars sobres sont faits pour les personnes qui veulent profiter de leur dimanche matin autant que de leur samedi soir, explique Hanna Spinelli, la copropriétaire de Sobar, qui a ouvert vendredi dans le centre-ville de Kelowna.

Partout dans le monde, ces bars sobres gagnent du terrain, notamment à Toronto où la demande en bières, vins et spiritueux non alcoolisés a explosé ces dernières années. Des experts attribuent cette tendance par un changement d’attitude auprès des jeunes générations, alors que les impacts néfastes de l’alcool sur la santé sont de plus en plus prouvés.

Il semblerait que l’on soit à un point de bascule, où suffisamment de personnes se posent des questions sur leur relation, ou celle de la société avec l'alcool, soutient Adam Sherk, scientifique de l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances de l’Université de Victoria.

Avec un peu de chance, les bars sobres seront faits d’une bonne manière populaire et l’idée pourrait s’étendre.

Souci d’inclusivité

Racquel Foran estime pour sa part que le bar Bevees de Port Coquitlam, qu’elle a ouvert avec son mari, vise à offrir un espace sans pression pour ceux qui ne boivent pas d’alcool pour des raisons religieuses, culturelles, de dépendance ou autres.

Les bars ne sont pas inclusifs. [...] Nous voulions créer un espace qui était accueillant et ouvert à tous, affirme-t-elle.

L’ouverture du bar Sobar est opportune à cette période de l’année, croit pour sa part Hanna Spinelli.

Il y a beaucoup de soirées de Noël et d’attentes autour de l’alcool. Cela donne une occasion aux gens d’aller à un endroit où ils peuvent socialiser, inviter leurs amis. Ce serait un endroit où aller, où il n'aurait pas les répercussions qui viennent avec l’alcool.

Une citation de Hanna Spinelli, copropriétaire, Sobar

Cette tendance est également rendue possible par les nouvelles technologies qui se sont développées ces dernières années et qui ont amélioré le goût des bières et des vins sans alcool, renchérit Alex Viol, qui est également copropriétaire de Sobar. Le temps où ceux qui ne buvaient pas d’alcool devaient se restreindre aux sodas et aux jus dans les bars est loin derrière nous, selon lui.

À Beeves, les cocktails sont confectionnés à base d’hibiscus, de sodas parfumés à la rose importés du Royaume-Uni, de liqueurs à l’ananas épicé, ou encore de gin non alcoolisé infusé au raisin ou aux framboises, par exemple.

Jusqu’alors, tant à Kelowna qu’à Port Coquitlam, la réponse de la population à l’ouverture de ces établissements a été au comble du positif, s’accordent Alex Viol, Racquel Foran et Hanna Spinelli.

Avec des informations de Moira Newton

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.