•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région de Cochrane encensée pour ses actions contre l’itinérance

Un panier d'épicerie d'un sans-abri devant le refuge Living Space à Timmins.

Le district de Cochrane, qui inclut Timmins, a reçu une note parfaite de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance en raison de ses actions.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le Conseil d'administration des services sociaux du district de Cochrane (CASSDC), dans le Nord de l’Ontario, a vu certains jalons importants de son parcours pour éradiquer l’itinérance chronique célébrée par un organisme canadien qui mène une campagne pour atteindre zéro itinérance chronique au pays.

L’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance, qui mène la campagne Bâtir pour zéro, a donné une note parfaite au CASSDC pour trois étapes importantes dans sa quête pour mettre fin à l’itinérance chronique.

Le CASSDC a terminé de mettre en place une liste nominale de ses personnes en situation d’itinérance, dressé une liste de ses vétérans et a mis en place des ressources d’accès au logement coordonnées.

Ces trois étapes ont reçu une note parfaite de la part de l’Alliance, qui a souligné par communiqué de presse que le leadership du CASSDC, fait partie d’un groupe de communautés innovantes qui ont développé un système coordonné, agile et fondé sur les données pour lutter contre l’itinérance.

La liste nominale rédigée par le CASSDC contient en ce moment 317 noms. Depuis le début de son élaboration en 2021, cette liste a en tout contenu les noms de 896 personnes.

Natalie Hallok, gestionnaire du système de soins au CASSDC, se réjouit de la reconnaissance, mais admet qu’il ne s’agit que d’une première étape.

Natalie Hallom assise à son bureau.

Natalie Hallok affirme que les organismes de la région ont collaboré pour arriver à construire la liste au cours des dernières années.

Photo : Radio-Canada

Nous avons la liste nominale complète, maintenant nous devons travailler pour développer une liste avancée avec plus de détails sur les besoins de ceux qui sont sur la liste, affirme-t-elle.

Mme Hallok indique toutefois que le processus Bâtir pour zéro a mené à une collaboration des organismes.

Il y a eu beaucoup de travail avec plusieurs fournisseurs de services partout dans le district, ce n’est pas seulement quelque chose qu’on a fait ici au CASSDC, affirme Mme Hallok.

Une première étape importante

Tim Aubry, chercheur au centre de recherche sur les services éducatifs et communautaires de l'Université d'Ottawa, croit que la mise en place d’une telle liste est une étape importante pour la suite des choses dans la région.

L'idée d'avoir une liste nominale, c'est quelque chose qu'on met à jour régulièrement. L’objectif c’est d’amener des soins et de l’aide spécifique, explique-t-il.

Un homme donne une entrevue dans le couloir de l'ancien hôtel de ville d'Ottawa.

Tim Aubry, chercheur au centre de recherche sur les services éducatifs et communautaires de l'Université d'Ottawa et professeur de psychologie.

Photo : Radio-Canada

M. Aubry ajoute que la mise en place d’une telle liste est un travail difficile qui a probablement été le fruit de beaucoup de travail avec beaucoup d’organismes.

Pour mettre en place cette tâche administrative, il faut vraiment la collaboration des organismes qui se penchent sur les problèmes d’itinérance, sinon ça ne marchera pas, on ne va pas être capable d’identifier tous ceux qui sont itinérants, indique-t-il.

Stephen Hwang, chercheur à l’hôpital St. Michael's de Toronto, rappelle que la mise en place d’une telle liste n’est que le début du travail à accomplir.

Une fois qu’on a la liste, c’est maintenant d’aller voir ces personnes et leur offrir des soins et des services pour leur permettre de quitter cette liste et d’avoir un logement, explique-t-il.

Un campement de sans-abri derrière une chaîne de restauration-rapide de Timmins.

La liste nominale va servir à offrir des services aux plus vulnérables, selon Stephen Hwang.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Il ne faut pas sous-estimer le travail qu’il reste à accomplir, dit-il.

Si la région de Cochrane a un avantage sur les plus grandes villes avec un nombre qu’il qualifie de gérable de sans-abri sur la liste, M. Hwang indique qu’il y a d’autres défis qui ne sont pas présents dans les plus grandes villes.

Lorsqu’on regarde la géographie de la région de Cochrane et qu’on comprend que la liste contient des gens qui sont dans des communautés qui sont très loin des autres, il faut alors sous-diviser la liste pour éviter qu’on jumelle une personne avec des services qui n’existent pas dans leur communauté.

Une citation de Stephen Hwang, chercheur à l’hôpital St-Michael de Toronto.

M. Hwang rappelle que beaucoup des gens qui sont sur la liste nominale ont des besoins médicaux importants, que ce soit au niveau physique ou mental, et qu’il est important de donner ces soins aux gens, mais qu’il est primordial de les aider à trouver des logements.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.