•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche durable : l’industrie du homard de la N.-É. fera l’objet d’une surveillance accrue

De nouvelles conditions lui sont imposées pour maintenir une certification de pêche durable.

Des casiers à homard empilés et entourés de cordages.

Des casiers à homard en janvier 2022 à Riverport, en Nouvelle-Écosse, dans le comté de Lunenburg.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Alors que la pêche au homard dans la zone 34 au sud de la Nouvelle-Écosse a ouvert samedi matin, l’industrie devra prouver qu'elle souhaite encore être considérée comme étant durable et écologiquement responsable.

Cette zone de pêche, la plus importante au pays, fera l'objet d'une plus grande surveillance de la part de la Marine Stewardship Council (MSC) à la suite de la découverte, en janvier dernier, de l'empêtrement de la baleine noire Argo, un mâle de 42 ans, dans le sud-est des États-Unis. Ce

La baleine s'était empêtrée dans des engins de pêche provenant de la Nouvelle-Écosse ce qui a fait ombrage aux efforts que tente de faire l’industrie pour protéger ces mammifères.

Le MSC a donc décidé en octobre de soumettre l’industrie de la pêche au homard à une surveillance accrue. Le groupe veut des preuves que l’industrie prend au sérieux la protection de la baleine noire de l’Atlantique Nord, qui est en voie de disparition.

Cela signifie que cette pêcherie devra démontrer, en coopération avec le MPO, qu’elle va renforcer sa stratégie pour limiter ses impacts sur les baleines noires, a expliqué en entrevue cette semaine Kurtis Hayne, directeur de programme au Canada pour le Marine Stewardship Council.

Un petit avion blanc au sol.

Un DHC-6 Twin Otter de Pêches et Océans Canada, posé à Moncton, au Nouveau-Brunswick, le 30 mai 2018.

Photo : La Presse canadienne / Kevin Bissett

Pour y arriver, le ministère des Pêches et des Océans (MPO) et le Conseil canadien du homard ont développé un plan pour cette saison. Il y aura notamment plus de surveillance aérienne afin d'identifier la présence de baleines et une plus grande cueillette de données dans la zone de pêche 33, dans le sud de la Nouvelle-Écosse.

Une certification de pêche durable à conserver

Créé à la fin des années 1990, le Marine Stewardship Council (MSC) est une organisation internationale non gouvernementale (ONG) et sans but lucratif qui encourage les pêcheurs et leur industrie à adopter des pratiques environnementales durables.

L’objectif de cette ONG est de trouver le juste équilibre entre la protection et l’exploitation économique des ressources marines dans le monde.

Un logo bleu et blanc représentant une silhouette de poisson et un crochet.

L'étiquette bleue de la certification de pêche durable du Marine Stewardship Council.

Photo : msc.org / Marine Stewardship Council

Le programme label bleu de l’organisation permet aux consommateurs de savoir, en repérant une étiquette sur l’emballage, que les produits de la mer qu’ils achètent ne contribuent pas à la surpêche ou à des dommages écologiques.

Un effort qui en vaut la peine, selon le conseil du homard

Le directeur général du Conseil canadien du homard, Geoff Irvine, croit que l’effort en vaut la peine.

L’écocertification donnée par le Marine Stewardship Council est reconnue par les consommateurs de produits de la mer dans des marchés à l’international, dit-il. Il croit donc qu’il est rentable d’investir temps et argent pour maintenir cette certification.

Geoff Irvine dehors devant un cours d'eau.

Geoff Irvine est directeur général du Conseil canadien du homard. (Photo d'archives)

Photo : CBC / Brett Ruskin

Nos exportateurs, transformateurs et expéditeurs [de homard vivant] nous disent qu’ils doivent vendre davantage dans certains marchés, particulièrement en Europe, a déclaré Geoff Irvine.

Des exigences strictes

Néanmoins, ce représentant de l’industrie s’inquiète qu’il soit difficile de remplir certaines conditions exigées par le Marine Stewardship Council. L’organisme veut par exemple que des données sur le nombre de captures soient recueillies indépendamment.

La surveillance des pêches par de tiers partis, indépendants des gouvernements, est plutôt rare dans l’industrie canadienne du homard. Les pêcheurs se sont montrés réticents à l’idée d’avoir des caméras vidéo sur leurs bateaux, ou de laisser des observateurs monter à bord avec eux.

La certification du Marine Stewardship Council est la référence absolue dans le domaine, dit Geoff Irvine.

Mais nous savons que nous ne serons peut-être pas capables d'adhérer aux demandes du MSC, donc nous étudions d'autres options.

Une citation de Geoff Irvine, directeur général du Conseil canadien du homard

Kurtis Hayne, le gestionnaire de MSC au Canada, a bon espoir que les pêcheries seront en mesure de répondre aux exigences de l’organisme. La surveillance indépendante peut se faire de toutes sortes de façons, et beaucoup plus efficacement maintenant que les technologies sont plus avancées, dit-il.

Les pêcheries ont jusqu’à 2028 pour se conformer aux critères et maintenir leur certification.

Un homme assis devant une webcam.

Kurtis Hayne, directeur de programme au Canada pour le Marine Stewardship Council, a bon espoir que les pêcheries seront en mesure de répondre au exigences de son organisme.

Photo : Radio-Canada / CBC

Dans un rapport publié le 29 novembre, le Marine Stewardship Council a fait savoir que 26 pêcheries au Canada ont été certifiées durables par l'organisme.

C'est 61 % des pêcheries canadiennes, et cela place le Canada dans le top 5 des pays qui se conforment à ce programme.

De plus, MSC affirme que l'adoption du programme a mené à 152 améliorations qui ont rendu les pêches plus durables au Canada depuis 2008.

Nous avons déterminé que les pêcheries qui sont certifiées s’améliorent continuellement, a dit Kurtis Hayne, en entrevue cette semaine.

D’après le reportage de Paul Withers, CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.