•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto rejoint un réseau de grandes villes pour mieux lutter contre le sida

Olivia Chow, en train de parler au micro.

La mairesse Olivia Chow estime que la seule manière de mieux lutter contre le sida est de faire émerger des solutions venant d'organisations communautaires.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Radio-Canada

La Ville de Toronto a rejoint le réseau Fast Track Cities de l’International Association of Providers of AIDS Care (IAPAC) à l’occasion de la journée mondiale contre le sida vendredi 1er décembre.

Cette démarche collaborative a pour objectif d’éradiquer cette pandémie d'ici 2030. Le regroupement suivra les progrès de la Ville Reine grâce aux données recueillies sur les infections et décès.

L'initiative Fast Track Cities a été lancée en 2014 avec 26 villes initiales qui ont signé la déclaration de Paris. Aujourd’hui, nous sommes plus de 500 et Toronto rejoint ce grand réseau, se félicite José Zuniga, président-directeur général de l’IAPAC.

La mairesse Olivia Chow promet d’améliorer la prévention, le dépistage et le traitement. Les professionnels du secteur sont enthousiastes, mais attendent des actions pour mieux cibler les personnes à risques.

Le thème de cette année pour l’IAPAC est de laisser les communautés diriger. Pour Mme Chow, il s’agit de la seule manière de combattre le sida.

Comme la Ville de Toronto a étroitement travaillé avec les personnes en première ligne, avec les organisations communautaires qui ont produit un plan de défense contre le sida et nos chiffres sont plus bas que beaucoup de grandes villes à travers le monde.

Une citation de Olivia Chow, mairesse de Toronto

Les militants ont des attentes

Roxanne Ma, vice-présidente des programmes de sensibilisation nationale à la Fondation canadienne de recherche sur le sida, se dit très enthousiaste par cette annonce et son objectif.

Selon elle, 40 ans après la première infection au Canada, il demeure des manques dans le ciblage des publics. On ne voit pas les ressources allouées pour atteindre les communautés qui ont besoin d’aide, à savoir les femmes, les personnes racisées ou à faible revenu.

Un portrait de Rozanne Ma.

Rozanne Ma, de la Fondation canadienne de recherche sur le sida, insiste sur la nécessité de mieux cibler certaines populations.

Photo : Radio-Canada / Sarah Tomlinson

Elle espère que le programme permettra de combler ces manques. Une personne sur 10 n’est pas diagnostiquée, ajoute-t-elle.

Améliorer l'accès aux soins

Nikolas Théberge-Dristas, l’un des cofondateurs de Function, un lieu événementiel majoritairement noir et queer, pense aussi que la décision va dans la bonne direction. Selon lui, cela facilitera la prise de conscience et l’information de la population en général.

Je veux m’assurer que, quand on parle de ces sujets-là, que les gens autour de la table soient les populations les plus à risques, noires, autochtones, queer et trans, relève-t-il.

Nikolas Théberge-Dristas aux côtés de Legendary Tamar Miyake-Mugler.

Nikolas Théberge-Dristas (à gauche), aux côtés de Legendary Tamar Miyake-Mugler (nom de scène) une autre fondatrice de Function, aimerait voir des traitements gratuits au-delà de 25 ans.

Photo : Radio-Canada / Sarah Tomlinson

Le militant et organisateur d’événement de la cause aimerait que le programme Fast Track Cities se concrétise par une meilleure prise en charge de traitements.

Jusqu’à 25 ans, on peut avoir des PrEP, du Truvada (des traitements prescrits en prévention ou après infection du sida, NDLR) gratuitement, mais ensuite ce n’est pas couvert. Moi, j’aimerais m’assurer que les gens qui veulent aller chercher des services pour se protéger, que ce soit super facile d’accès.

Une citation de Nikolas Théberge-Dristas, cofondateur de Function

Santé publique Toronto a déterminé dans son profil sanitaire de la population de 2023 que les contaminations au sida sont revenues à des niveaux prépandémiques, contrairement aux dépistages, en déclin de 40 % entre 2019 et 2021.

Avec les informations de Sarah Tomlinson

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.