•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des gens d’affaires à Miramichi demandent une injonction contre un refuge pour sans-abri

Ils disent qu’ils vont subir des « torts irréparables » si le refuge ouvre sur le terrain vague choisi.

Un homme de dos qui marche dans un couloir extérieur enneigé. Il traîne des sacs sur son dos.

Le refuge est destiné à donner aux personnes sans-abri un lieu pour se protéger du froid cet hiver entre 8 h et 20 h. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / Brian Snyder

Radio-Canada

Des gens d’affaires de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, demandent au tribunal de leur accorder une injonction temporaire pour bloquer la création d'un refuge de nuit pour personnes sans-abri.

Dans leur requête, les plaignants visent la Ville de Miramichi et Miramichi Housing Solutions.

Ils ne veulent pas d’un refuge installé sur un terrain vague au 15, rue Jane, ou dans les environs du centre des affaires du centre-ville, selon les documents déposés en cour à Miramichi.

Selon Miramichi Housing Solutions, le refuge d’une quinzaine de lits comptera trois dortoirs modulaires et une remorque qui servira de bureau pour le personnel.

Il est destiné à donner aux personnes sans-abri un lieu pour se protéger du froid cet hiver entre 8 h et 20 h, chaque jour. Il n’est pas exclu qu’il soit ouvert 24 heures dans des cas exceptionnels de météo extrême. Le financement pour le refuge vient du ministère du Développement social du Nouveau-Brunswick.

L'extérieur du palais de justice de Miramichi. Il s'agit d'un édifice en briques.

Le palais de justice de Miramichi. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Nutan Parekh, la propriétaire de l'hôtel Travelodge situé au 1, rue Jane, est notamment citée dans les documents.

Elle dit que les gens se plaignent déjà que son hôtel est dans un quartier louche.

Elle affirme que l’hôtel appelle la police de 7 à 10 fois par semaine parce que des gens apparemment sans-abri flânent dans le lobby, essaient de manger au buffet déjeuner sans être clients, quêtent ou demandent d’utiliser le téléphone de la réception.

Ce dossier doit être examiné par la cour le 12 décembre.

D’après le reportage de Mia Urquhart, CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.