•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les micros-trottoirs envahissent TikTok, pour le meilleur et pour le pire

Rémy Michel, souriant, tend son micro à un autre homme dans un centre commercial.

Rémy Michel est devenu une figure connue du Carrefour de l'Estrie.

Photo : Rémy Michel/TikTok

Combien payez-vous votre loyer? C’est un 10, mais il dort avec des bas. Combien lui donnes-tu? Qui est le premier ministre du Canada?… Les vox pop, ou micros-trottoirs, sortent depuis plusieurs années de leur enclave journalistique pour s’inviter sur les réseaux sociaux, au nom du divertissement. Mais à quel prix?

Sur TikTok, le mot-clic #microtrottoir comptait mercredi plus de 8,3 milliards de vues, et ce, seulement en français. Son pendant anglais, #streetinterview, en comptait pour sa part 11,3 milliards, et ces chiffres augmentent tout le temps, souligne Cynthia Noury, docteure en communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), qui a fait des micros-trottoirs le sujet de sa thèse.

Cynthia Noury sourit sur une place publique.

Cynthia Noury s'est penchée sur les bonnes pratiques à adopter lorsqu'on réalise un vox pop. Elle a publié des infographies à l'attention des créateurs et créatrices de contenu pour une pratique plus collaborative et responsable du micro-trottoir.

Photo : Nathalie St-Pierre

Ex-journaliste de métier, Cynthia Noury s’est parfois fait envoyer sur le terrain pour récolter des témoignages sur toutes sortes de sujets, mais elle était rarement satisfaite du montage définitif.

J’ai toujours trouvé qu’il y avait un écart entre la richesse des rencontres que je faisais sur le terrain [...] et le résultat final, qui durait seulement de 15 à 20 secondes.

Une citation de Cynthia Noury

Son constat : La voix du vox pop, ce n’est jamais la voix du public. C'est un narratif qui est construit pour répondre aux besoins du narrateur. Et ce qu'on trouve en la matière sur les réseaux sociaux n’y fait pas exception.

Une tendance indétrônable

Publicité, humour, contenus d’influence… Ce n’est pas étonnant que le micro-trottoir soit aussi populaire aujourd’hui, selon la spécialiste : le format est universel, peu coûteux, beaucoup de sujets s'y prêtent, c’est simple à produire et les gens sont nombreux à avoir envie de s’exprimer.

La tendance a même séduit l’humoriste Guy Nantel, qui depuis plus d’une décennie en est devenu une figure de proue au Québec.

Sa méthode, un montage des pires réponses du public à des questions de connaissances générales, a souvent été critiquée. Si bien que ses plus récentes vidéos adoptent une formule plus transparente : on y voit maintenant les gens signer une décharge et accepter de ne pas nécessairement bien paraître à l’écran.

Ça nous amène dans des zones grises. Car avec un journaliste ou un humoriste, l’objectif du vox pop n’est pas le même.

Une citation de Cynthia Noury

Dans un vox pop journalistique, il y a un cadre déontologique clair. Ça donne des balises pour mener les entrevues. Au pire, au bout, tu as [le protecteur du citoyen]. Sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup moins de balises, insiste-t-elle.

Des questions éthiques

Le créateur de contenu sherbrookois Rémy Michel, dont la chaîne TikTok @remzzz___ compte près de 70 000 personnes abonnées, a fait des micros-trottoirs sa signature depuis ses débuts en ligne, il y a un an et demi environ.

S’il a commencé à faire des vidéos dans le but très personnel d’améliorer ses habiletés communicationnelles, il a toujours souhaité que ses contenus soient constructifs. J’ai l’impression que la majorité des vox pop laissent souvent des images négatives des intervenants. Je trouve ça dommage que la personne soit rabaissée ainsi.

Il est même devenu une figure connue du centre commercial Carrefour de l’Estrie, son terrain de jeu principal pour ses vidéos, où il questionne, sur toutes sortes de sujets, les passants et passantes à qui il tend le micro.

@remzzz___ À regarder jusqu’à la fin 😂😂 #interview #voxpop #quebec #remz ♬ son original - Rémy

Mais cela n’a pas toujours été ainsi : il admet qu’au début, il filmait dans le centre commercial sans avoir les autorisations nécessaires.

À la base, on n’a pas le droit de filmer dans un centre commercial. J’ai eu de la chance de ne pas me faire prendre.

Une citation de Rémy Michel

La directrice du Carrefour nous a [repérés], on l’a rencontrée. Elle nous a dit qu’elle avait vu nos vidéos et aimait ce qu’on faisait. On a maintenant une entente avec l’équipe marketing. On a même fait une campagne pour eux au mois de décembre, raconte celui qui anime aussi le balado Les colocs.

Le vox pop est une pratique qui consiste à se représenter soi-même en tant que marque, en tant qu’influenceur. Et, en même temps qu’on va créer ce public-là, on va le marchandiser, explique Cynthia Noury.

L’influenceuse québécoise Aly Brassard, dont le compte TikTok est suivi par plus de 520 000 personnes, a fait une brève incursion dans l’univers du micro-trottoir cet été, lors d’un voyage à Paris.

@alybrassard J’essaye d’en trouver un meilleur demain? 🤔 #quebecvsfrance #paris #pourtoii ♬ son original - aly

Je voulais faire du contenu drôle, mais aussi voir la différence entre le Québec et la France sur les expressions en français, par exemple, mentionne la créatrice de contenu, aussi présente sur YouTube.

Sa méthode : filmer en continu pendant qu’elle essaie d’attraper quelques témoignages. C’est assez explicite, tu as la caméra dans ta face, et je te demande si tu acceptes de répondre à mes questions et que ce soit publié sur TikTok. Si je n’arrive pas à avoir le consentement au début, j’essaie de l’obtenir après, explique-t-elle, avant d’ajouter qu’elle ne vire pas folle avec ça non plus.

Dans un de mes TikTok, j’ai posé une question à une fille, et elle a fait le saut. Je n’ai même pas eu de conversation avec elle, elle ne parlait pas français. Mais c’était trop drôle et "random" pour ne pas le publier.

Une citation de Aly Brassard

Rémy Michel comme Aly Brassard sont unanimes : si une personne leur écrit pour demander le retrait d’une vidéo, ils n’hésitent pas une seconde à le faire.

Plus de transparence réclamée

Il y a quelques années, un influenceur avait fait fureur en tendant son micro à la sortie des bars, une pratique à proscrire, selon Cynthia Noury, mais pas pour Aly Brassard.

Je trouve ça drôle, ces vidéos. Mais ça pose une question très intéressante d’un point de vue éthique. La personne va-t-elle s’en souvenir? Est-elle d’accord avec le fait que ce soit publié?, se demande Aly Brassard, avant d’ajouter qu’elle demanderait le consentement une fois à jeun.

La question de la transparence se pose aussi pour les contenus publicitaires. Sous le mot-clic #streetinterview sur TikTok, la mention du mot ad (publicité en français) se faisait rare lors des recherches de Cynthia Noury.

Lorsque le contenu est commandité, Aly Brassard et Rémy Michel font preuve de transparence : Tu ne veux pas prendre le risque, tu fais signer des décharges aux gens, dit la tiktokeuse.

Toutefois, il est difficile pour les internautes de savoir si consentement éclairé il y a, d’après la docteure en communication. Souvent, si on finit par savoir comment le créateur de contenu procède, c’est parce qu’il y a eu une controverse.

J’aimerais qu’on trouve quelque part un petit commentaire ou quelque chose qui dit qu’il y a eu un formulaire de consentement, par exemple.

Une citation de Cynthia Noury

Si Cynthia Noury est critique quant à la façon dont les créateurs et créatrices de contenu s’emparent de ce format, elle est tout de même d’avis qu’il s’agit d’un travail nécessaire. C'est particulièrement important de s’intéresser aux vox pop, car ça parle de nous, et ça revendique de faire circuler la voix du public, et nous permet d’être justement plus critiques sur ce qu’on voit, dit-elle.

Ce qui est certain, c’est que le micro-trottoir n’est pas près de mourir, selon Cynthia Noury : il a su traverser les époques et trouvera le moyen de se renouveler encore longtemps.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.