•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève : les cégeps inquiets pour la fin de session des étudiants

Cégep du Vieux Montréal.

Cégep du Vieux Montréal (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La semaine du 11 décembre, tous les syndicats en négociation avec le gouvernement seront en grève. Cela coïncide avec la fin du calendrier scolaire dans les cégeps et la période des examens, qui risquent d’être perturbés. Le parcours scolaire des étudiants pourrait également en être affecté, voire compromis.

En entrevue à Tout un matin, Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps, évoque un casse-tête.

Il y a deux sessions d’études au collégial, rappelle-t-il. Ce sont deux périodes séparées, chacune doit comporter 82 jours de classe. Quand on essaie de les placer entre la fin août et Noël […] avec les grèves qu’on a eues, les grèves annoncées et les grèves étudiantes de quelques journées à l’automne, on se retrouve vraiment coincé.

Que faire?

Grèves dans le secteur public au Québec

Consulter le dossier complet

Des manifestants sont massés devant l'Assemblée nationale et brandissent pancartes et banderoles.

Pour le directeur général de la Fédération des cégeps, on va devoir envisager soit de prolonger la session au-delà de Noël ou de trouver une alternative comme le recours à une mesure d’exception, qui pourrait permettre de raccourcir la session.

Selon le règlement du régime d’études collégiales, il est possible pour le cégep de demander au ministère de l’Éducation de réduire la durée du calendrier scolaire, mais ce n’est pas de gaieté de cœur que les gens iraient vers une réduction du temps de la session.

Il y a une réflexion qui doit être faite sur le calendrier scolaire cégep par cégep.

Une citation de Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps

L’autre possibilité serait une prolongation de la session au-delà de décembre, mais ce ne sera pas sans conséquence pour les étudiants qui sont en fin de formation. Cela pourrait signifier une entrée tardive à l’Université, des contraintes liées au permis d’études pour les étudiants internationaux et une prolongation du bail, avec tout ce que cela induirait comme tracas financiers, fait remarquer M. Tremblay.

De plus, prolonger la session jusqu’à janvier signifie aussi un report de la session censée commencer au début de l'année, fait remarquer M. Tremblay.

L’épreuve uniforme de français prévue le 13 décembre est obligatoire pour obtenir son Diplôme d'études collégiales. Cet examen pourrait lui aussi être compromis si la grève annoncée devait avoir lieu. Rien n’a été communiqué à ce sujet et il faudra envisager de reporter cette épreuve, conclut Bernard Tremblay.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.