•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Impasse avec le secteur public : « Ce n’est pas Sonia le problème », lance Drainville

Bernard Drainville en mêlée de presse.

Le ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, a défendu sa collègue Sonia LeBel.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Au contraire de la porte-parole libérale en matière d'éducation, Marwah Rizqy, Bernard Drainville estime que la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, est toujours la bonne personne pour mener à bien les négociations avec le secteur public au Québec. En point de presse, mardi, le ministre de l'Éducation a tenu à défendre la compétence de sa collègue, dans la foulée de l'annonce de nouvelles journées de grève du Front commun syndical.

Plus tôt en journée, l'opposition officielle a réclamé que le dossier soit retiré des mains de Mme LeBel après que le Front commun eut indiqué qu'il tiendrait sept journées de grève supplémentaires du 8 au 14 décembre prochain. La Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ) a emboîté le pas en annonçant un débrayage du 11 au 14 décembre.

Déplorant le fait qu’après un an de négociations Sonia LeBel n'ait pas encore réussi à ficeler une entente pour le renouvellement des conventions collectives de plus de 500 000 employés de l’État, Mme Rizqy a suggéré que la présidente du Conseil du Trésor n’était peut-être pas la bonne personne pour y parvenir.

Rappelons que le gouvernement mène actuellement des négociations avec les syndicats membres du Front commun, soit la FTQ, la CSQ, la CSN, et l'APTS, ainsi qu'avec la FSE, la FAE, le SFPQ, le SPGQ, la FIQ, les policiers de la Sûreté du Québec et les juristes de l'État.

Sur 10 groupes, c'est zéro en 10, elle n'est pas capable de signer avec personne, a dénoncé Marwah Rizqy.

La seule chose qu'elle a été capable de signer, c'est l'entente avec les Kings de Los Angeles, a ironisé la députée libérale, qui ne voit qu’une implication directe du premier ministre François Legault pour dénouer l’impasse.

Si elle n'est pas capable de signer avec aucun des 10 groupes, est-ce qu'elle est encore la femme de la situation? a demandé la députée libérale.

Elle n'a toutefois pas exigé clairement la démission de la ministre.

J'ai appris, maintenant, après cinq ans en politique que, quand vous demandez la démission d'un ministre, vous ne la verrez jamais. Donc, je ne le demanderai pas.

Drainville aux barricades

Devant de tels propos, le ministre Drainville a fermement défendu le travail de sa collègue Sonia LeBel, questionné par les journalistes.

Évidemment! Sonia, c’est certainement la bonne personne. Elle a déjà mené une bonne négo. Elle est de bonne foi, elle veut améliorer les services aux citoyens… Ce n’est pas Sonia le problème.

Une citation de Bernard Drainville, ministre de l'Éducation du Québec

Sonia a fait quatre propositions totalisant 8 milliards de dollars. Et jusqu’à maintenant, on n’a pas eu une contre-offre sérieuse sur les enjeux majeurs de cette négociation-là, s’est défendu le ministre de l’Éducation.

Invitée par les journalistes à réagir à cette attaque du Parti libéral, Sonia LeBel n’a pas relevé le gant. J’ai un très grand respect pour Mme Rizqy, je n’embarquerai pas dans ce genre de commentaires là, s'est-elle contentée de répondre.

Moi, je continue avec le même objectif. Mon empressement est le même depuis le début. On veut trouver des ententes le plus rapidement possible. On garde l’objectif de la fin de l’année, a affirmé Mme LeBel. Et ça doit passer par la réorganisation du travail. C’est un objectif qui est important pour tout le monde, autant pour les services aux Québécois que pour les employés de la fonction publique.

On a déposé des choses extrêmement sérieuses et substantielles. Pourquoi est-ce qu’ils ne nous reviennent pas avec des propositions qui vont dans le sens de ce que nous voulons pour le citoyen? a demandé pour sa part Bernard Drainville.

On veut des services d’éducation et des services de santé plus efficaces. On veut donner de meilleurs services aux citoyens. Pourquoi les syndicats ne nous font-ils pas de propositions là-dessus?

Une citation de Bernard Drainville, ministre de l’Éducation

En ce qui a trait à la reprise des journées d’école perdues et aux examens manqués par les écoliers et les étudiants, Bernard Drainville s’est montré prudent. Attendons… J’ai encore espoir que nous en venions à une entente et après ça, on verra le nombre de journées qui auront été perdues et on prendra une décision en conséquence.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.