•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La note des bibliothèques du Québec en baisse à 64 %

Une femme de dos est dans une bibliothèque avec des enfants.

Près de 97 % des Québécois et Québécoises ont accès à une bibliothèque dans leur municipalité.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Pour la deuxième année consécutive, l'Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) a publié, lundi, son Portrait national des bibliothèques, un bulletin de notes des investissements réalisés par les municipalités dans ces services publics particulièrement prisés des usagers et usagères. Les bibliothèques du Québec obtiennent une note de 64 %, une baisse de deux points par rapport au précédent portrait.

Trop peu de ressources humaines

Ce rapport évalue cinq indicateurs, dont celui des ressources humaines. Ce dernier est passé de 65 % à 30 %. Cependant, l’ABPQ a affiné sa méthode pour calculer cet indicateur depuis la publication du précédent portrait, qui avait été réalisé à partir de données datant de 2019. Les chiffres de l’an dernier auraient dû ressembler à ceux de cette année, observe Eve Lagacé, directrice générale de l'ABPQ.

L'indicateur mesurant les heures d'ouverture a également chuté de 12 points pour atteindre 54 %. Ces résultats reflètent la pénurie de main-d'œuvre qui frappe les bibliothèques, car c'est souvent le manque de personnel qui a poussé des bibliothèques à réduire leurs heures d'ouverture l'an dernier.

A-t-on assez de gens formés? Non, dit Eve Lagacé. Selon le portrait, il manquait au personnel des bibliothèques du Québec, en 2022, environ 2500 personnes, dont 475 bibliothécaires, pour fournir des services d'excellent niveau aux citoyens et citoyennes.

Selon Eve Lagacé, les municipalités proposent pourtant des salaires attractifs et de bonnes conditions de travail. Le problème réside plutôt dans l'image obsolète et faussée souvent accolée à la profession de bibliothécaire.

C'est rare qu'un ado dise qu'il souhaite devenir bibliothécaire, constate-t-elle. Dans les séries, la bibliothécaire est souvent une madame au milieu de livres poussiéreux qui passe son temps à dire chut.

Il faut faire la promotion du travail en bibliothèque, car les gens ne savent pas nécessairement ce que l'on fait. C'est pourtant un travail passionnant au cœur de la communauté.

Une citation de Eve Lagacé, directrice générale de l'ABPQ

Davantage de nouveaux livres dans les bibliothèques

Autre indicateur à être évalué : le niveau d'acquisitions par les bibliothèques. Bonne nouvelle, sa note a grimpé de 13 points, passant de 71 % à 84 %. Cette hausse est attribuable à l'augmentation substantielle de l'aide au renouvellement du catalogue de livres, rendue possible grâce à une subvention du ministère de la Culture et des Communications.

Cela montre que, quand on investit suffisamment, les effets sur les bibliothèques sont bénéfiques, souligne Eve Lagacé.

Toutefois, il aurait fallu que les bibliothèques municipales achètent près de 590 000 ouvrages imprimés de plus pour que l'indicateur des acquisitions atteigne un niveau d'excellence.

Comme dans le portrait dévoilé l'an dernier, la région de Montréal décroche la meilleure note globale avec un taux de 94 %. Ce sont les municipalités situées dans des communautés majoritairement anglophones qui tirent la note montréalaise vers le haut. Historiquement, la communauté anglophone a toujours considéré qu'il était important d'investir dans les bibliothèques, indique Eve Lagacé.

Des craintes pour l'avenir

Le contexte économique étant difficile, l'ABPQ redoute que des compressions budgétaires nuisent aux investissements municipaux dans les bibliothèques, et donc à la note globale obtenue par celles-ci dans son prochain portrait.

On craint que cela ait des effets néfastes pour les citoyens, répond Eve Lagacé. Elle ajoute que des membres de l'ABPQ lui ont fait part de leurs préoccupations quant au maintien de l'offre de services au cours des prochains mois.

Pour les aider à faire face à une possible baisse de leur dotation budgétaire, l'ABPQ souhaite donc élaborer un plan de développement des bibliothèques publiques avec le soutien financier de Québec. Des discussions avec le ministère de la Culture et des Communications ont été entamées, et l'écho est positif pour le moment.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Radio-Canada et moi

Une infolettre qui vous ressemble, remplie de découvertes et de sujets choisis selon vos champs d’intérêt.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Radio-Canada et moi.