•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie d’Ozempic : la situation est « critique » au Québec

Un homme vêtu d'un sarrau de pharmacien tient dans ses mains deux boîtes d'Ozempic, qui affichent des informations sur le médicament et la photo d'un injecteur.

Un pharmacien montre deux boîtes d'Ozempic, fabriquées par l'entreprise pharmaceutique danoise Novo Nordisk, le 29 mars 2023, à la pharmacie Rock Canyon de Provo (Utah), aux États-Unis. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / George Frey

Face à une rupture de stock du médicament contre le diabète Ozempic, le Collège des médecins, l'Ordre des infirmières et l'Ordre des pharmaciens du Québec recommandent à tous les professionnels de la santé de limiter autant que possible la prescription de ce médicament et de se tourner vers d'autres options.

La situation, notamment au Québec, est critique, soulignent les trois ordres dans un avis conjoint envoyé aux professionnels de la santé vendredi.

De nombreuses ruptures de stock touchent ce médicament en Amérique du Nord depuis plusieurs mois et le fabricant ne prévoit pas d'approvisionnement plus soutenu avant la fin du mois de mars 2024.

Ozempic est un médicament pour personnes atteintes de diabète de type 2. Ses propriétés amaigrissantes l'ont toutefois rendu populaire auprès de personnes soucieuses de perdre du poids, une utilisation que ne cautionne pas Santé Canada.

Les trois ordres professionnels recommandent aux médecins, pharmaciens et infirmières de la province de limiter la distribution du médicament, d'éviter de prescrire l'Ozempic à de nouveaux patients et d'opter pour d'autres médicaments similaires pour une période d'au moins un mois. La priorité sera donnée aux patient(e)s prenant déjà le médicament, écrivent-ils dans le communiqué.

Gros plan sur le ventre d'un homme qui s'administre un médicament à l'aide d'un stylo injectable.

La version la plus populaire du médicament Ozempic s'injecte dans l'abdomen. (Photo d'archives)

Photo : getty images/istockphoto / imyskin

La pharmaceutique danoise Novo Nordisk commercialise ce médicament au Canada. Elle prévoit des délais intermittents dans la livraison du produit d'ici la fin du mois de mars 2024 en raison de contraintes d’approvisionnement à l’échelle mondiale et d’une demande accrue, écrit-elle par courriel. Novo Nordisk offre ses excuses aux patients touchés et invite ceux-ci à contacter leur professionnel de la santé.

Pas un produit de consommation

Il faut qu'on réduise au maximum les nouvelles ordonnances [d'Ozempic], tranche Patrick Boudreault, directeur de la qualité de l'exercice à l'Ordre des pharmaciens du Québec. Malheureusement, ce ne sera pas possible de l'offrir à tous.

Il se fait rassurant et estime que les pharmaciens sont déjà à pied d'œuvre afin de trouver des solutions de rechange pour leurs patients.

Toutefois, M. Boudreault ne cache pas son agacement face à la situation actuelle. Lorsqu'on a des patients qui ont des maladies chroniques et qu'on doit changer une thérapie médicamenteuse qui fonctionne, c'est toujours désagréable, autant pour le patient que pour le professionnel.

Il reproche au distributeur d'Ozempic d'avoir continué à publiciser son produit, malgré les ruptures de stock.

Il rappelle également qu'Ozempic est un médicament, et non pas un produit de consommation.

C'est pas le temps d'être inquiet [...] mais c'est pas le moment d'aller faire des réserves d'Ozempic actuellement. De toute manière, ça sera pas tellement possible.

Une citation de Patrick Boudreault, directeur de la qualité de l'exercice à l'Ordre des pharmaciens du Québec

Défis d'approvisionnement

Trouver des médicaments de rechange risque de demander beaucoup de travail supplémentaire pour les professionnels de la santé.

C'est une charge de travail importante et qui se complique en raison du volume de prescription d'Ozempic, note Benoit Morin, président de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires. On anticipe une instabilité de la chaîne d'approvisionnement.

Le médicament Ozempic.

Le médicament Ozempic est en forte demande partout dans le monde.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Beaumont-Drouin

La demande pour ce médicament homologué au Canada depuis 2018 a explosé au cours des dernières années.

Les dépenses liées à l'Ozempic dans les régimes publics d’assurance médicaments au pays sont passées de 265 millions de dollars en 2021 à 434 millions en 2022, selon l'Institut canadien d'information sur la santé.

Le médicament est devenu une véritable vedette des réseaux sociaux, de nombreux internautes se vantant d'utiliser l'Ozempic pour perdre du poids. Plusieurs assureurs privés ne remboursent plus ce médicament pour traiter l'obésité.

Benoit Morin rappelle que d'autres médicaments comme le Victoza peuvent être prescrits aux patients qui n'auront plus accès à l'Ozempic.

Avec la collaboration de Marie-Claire Giffard

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.