•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Northvolt : Québec accusé de mettre de la pression sur les fonctionnaires

C'est un « beau projet » qui doit se réaliser « le plus rapidement possible », a déclaré le ministre Charette.

Les deux ministres en mêlée de presse.

Les ministres de l'Économie et de l'Environnement, Pierre Fitzgibbon et Benoit Charette, le 16 novembre 2023.

Photo : Radio-Canada

L'opposition accuse le ministre de l'Environnement du Québec, Benoit Charette, d'avoir manqué à son devoir de réserve jeudi en vantant les mérites du projet de méga-usine de batteries de Northvolt et en souhaitant qu'il démarre le plus tôt possible. Au même moment, ses fonctionnaires sont toujours en train d'évaluer les répercussions environnementales du projet avant de l'autoriser.

Accompagné du ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Énergie, Pierre Fitzgibbon, le ministre Charette a affirmé au micro de Radio-Canada que cette entreprise suédoise ne bénéficie pas d'un traitement de faveur : Dans le cas de l'entreprise Northvolt comme de toute autre entreprise, il n'y a pas de passe-droit. La réglementation est respectée.

Tout indique que cette entreprise obtiendra très bientôt l'autorisation du ministère pour remblayer 130 000 mètres carrés de milieux humides, un délai record pour une demande faite en septembre, alors que l'attente est en moyenne de 15 mois.

Benoit Charette a aussi ajouté une phrase qui a fait réagir :

On va souhaiter la réalisation de ce beau projet-là le plus rapidement possible.

Une citation de Benoit Charette, ministre de l'Environnement du Québec

La filière batterie

Consulter le dossier complet

Un bras robotisé sur une chaîne de production de batteries électrique.

Chez Greenpeace Canada, le responsable de la campagne Climat-Énergie, Patrick Bonin, n'en revient pas. Le ministre devrait se garder un devoir de réserve. Il met de la pression indûment sur son personnel pour qu'il autorise ce projet-là alors qu'on ne connaît pas l'ensemble des impacts.

Il rappelle qu'un changement de règlement a déjà permis à Northvolt d'éviter le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Seule la phase de recyclage sera étudiée par le BAPE.

On a l'impression que c'est un processus d'évaluation parallèle qui est mis en place pour le plus gros projet manufacturier de l'histoire du Québec.

Une citation de Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada
Représentation de la future usine de Northvolt en Montérégie sur le terrain de cette entreprise.

Représentation de la future usine de Northvolt en Montérégie sur le terrain de cette entreprise.

Photo : Northvolt

Il est évident qu'il y a une fast track, a réagi le porte-parole de Québec solidaire en matière d'économie et d'énergie, Haroun Bouazzi. Le député affirme que des industriels craignent que leurs propres projets soient retardés par les priorités d'analyse accordées à Northvolt.

Mercredi, le Centre régional de l'environnement du Centre-du-Québec, qui inclut Bécancour, affirmait que des analystes du ministère étaient spécialement mobilisés sur la filière batteriepour accélérer [le traitement des] dossiers.

Il est évident que cette compagnie-là a des rapports préférentiels avec nos institutions, croit M. Bouazzi.

Le porte-parole du Parti québécois en matière d'environnement, Joël Arseneau, s'interroge lui aussi.

Est-ce que les fonctionnaires vont faire leur travail de façon rigoureuse s'il y a une certaine pression du ministre qui dit qu'il faut débloquer ce projet-là?

Une citation de Joël Arseneau, député du Parti québécois

De son côté, le Parti libéral du Québec pense que les dernières informations dans ce dossier militent pour que l'ensemble du projet soit soumis au BAPE.

Le gouvernement a contourné les règles afin d'exempter Northvolt et nous savons maintenant pourquoi, a déclaré la députée libérale Désirée McGraw, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement.

« Le faire bien et le faire vite »

Sur le site web de l'entreprise suédoise, on peut lire une citation de la responsable de l’environnement pour Northvolt, Emma Nehrenheim : Le véritable défi consiste à le faire bien et à le faire vite. (« The real challenge is to do it right and do it fast. »)

L'entreprise affirme qu'elle a fait des efforts considérables pour rencontrer les exigences. Le ministre Benoit Charette a d'ailleurs expliqué qu'un bon degré de préparation peut expliquer le fait qu'un promoteur obtienne une autorisation plus vite qu'un autre. Northvolt collabore bien, a-t-il ajouté.

Même la Caisse de dépôt et placement du Québec semble persuadée que le projet recevra le feu vert sous peu. Dans son communiqué publié jeudi pour annoncer un investissement de 200 millions de dollars dans Northvolt, elle évoque une mise en chantier qui devrait commencer vers la fin 2023.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.