•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trains de banlieue à Toronto : les inspecteurs ont une cible de 6000 amendes par mois

Un train GO en gare avec des passagers qui en descendent.

Les amendes de GO pour le non-paiement du titre de transport vont de 35 $ à 100 $. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Radio-Canada

Les usagers qui ne paient pas leur passage sont prévenus. L'agence provinciale Metrolinx, qui gère les trains et les autobus de banlieue GO dans la région de Toronto, demande à ses inspecteurs de remettre au moins 6000 contraventions par mois, selon des documents obtenus par CBC.

Les amendes imposées sont de 35 $ pour la première violation, 50 $ pour la deuxième et 100 $ pour la troisième.

Selon les documents obtenus par CBC, la cible est passée de 100 000 inspections et 5000 amendes en septembre à 120 000 inspections et 6000 amendes en octobre.

  • Les inspecteurs ont mené plus de 150 000 contrôles de paiement en septembre, remettant 5100 contraventions.
  • Ce nombre est passé à un peu plus de 117 300 inspections et 6187 amendes en octobre.

Ces sanctions totalisaient au moins 216 000 $ en octobre, si l'amende la plus basse a été imposée.

Jusqu'à 400 $ d'amende pour la CTT

À Toronto, les usagers du réseau de la Commission de transport (CTT) font face à des amendes pouvant atteindre 400 $ s'ils ne paient pas pour leur passage. Les inspecteurs de la CTT ont été accusés par le passé de cibler les plus démunis et les personnes racisées, ce qui a mené à de la formation, notamment.

Metrolinx se défend

Dans une déclaration écrite, Metrolinx ne précise pas si la cible mensuelle de 6000 amendes pour GO est un quota que les inspecteurs doivent respecter sous peine de sanction.

L'objectif [des amendes] est de protéger les intérêts des usagers qui paient leur titre de transport et de permettre à Metrolinx de fournir un niveau de service constant.

Une citation de Andrea Ernesaks, porte-parole de Metrolinx

Les inspections, dit-elle, ciblent à la fois les passagers des trains et des autobus de banlieue GO.

Metrolinx ajoute que ses inspecteurs ont reçu une formation sur le racisme.

Metrolinx disait en 2019 qu'elle perdait 15 millions de dollars par année en revenus à cause de la fraude tarifaire. L'agence provinciale n'a pas voulu rendre publiques ses données les plus récentes à ce sujet.

Selon les statistiques obtenues par CBC, la ligne de Kitchener est celle qui avait le pourcentage d'amende le plus élevé par inspection tarifaire en octobre, soit 9 %.

Investir dans un meilleur service

August Puranauth, du groupe d'usagers TTCriders, affirme que Metrolinx devrait d'abord investir dans l'amélioration du service.

La meilleure façon d'attirer à nouveau les usagers et d'avoir plus de revenus pour GO est d'avoir un service plus fiable et fréquent.

Une citation de August Puranauth, porte-parole de TTCriders

Il ajoute que la province devrait financer GO et la Commission de transport de Toronto (CTT) de façon « adéquate » pour éviter que ces réseaux doivent dépendre autant des droits de passage payés par les usagers.

Avec des renseignements fournis par Nicole Brockbank, de CBC News

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.