•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un concept de piscine qui prend l’eau

Une entreprise de piscines au concept novateur prend ses clients pour des cobayes en installant des piscines de style lagon qui se détériorent rapidement.

La piscine du Camping plage Paris.

La piscine du Camping plage Paris a coûté près de 300 000 $.

Photo : Radio-Canada / Danny Gosselin

Un nouveau concept de piscine a fait son arrivée au Québec en 2018, la piscine lagon. Son apparence unique donne l’impression d’avoir une plage dans sa cour arrière. Mais le concept était-il au point avant d’être commercialisé? Des clients en doutent : leurs piscines se sont détériorées dès la première année avec l’apparition de gros trous dans le revêtement.

Pour Nicole Morin, copropriétaire du camping Plage Paris situé à Sainte-Sophie-de-Lévrard, la piscine est un élément clé, un atout majeur afin d’attirer les campeurs et rendre leur séjour agréable. ­On voulait avoir quelque chose d'un peu plus spécial, un peu plus tape-à-l'œil, dit-elle.

Elle entend alors parler de Projets Nova-Lagon, une entreprise en activité depuis 2018, située à Brigham, en Estrie. En visitant leur site Internet, elle découvre leur nouveau concept, la piscine lagon, construite sur mesure, à laquelle on peut notamment ajouter une chute ou des jets d’eau. Son installation consiste à superposer une toile géotextile, une membrane de caoutchouc, une couche de granules de pneus recyclés et une couche de finition de granules de caoutchouc recyclé (EPDM) de couleur.

Mme Morin est séduite. À la fin de l’été 2019, son immense lagon qui lui a coûté près de 300 000 $ est terminé et fait sa fierté. Mais dès son ouverture à l’été 2020, elle constate que les granules se détachent et se retrouvent dans l’eau. Elle contacte les dirigeants de Novalagon, qui se font rassurants. Il me dit : Non, non, non, ne t'inquiète pas, il faut juste les ramasser, puis ça va, à un moment donné, ça va arrêter. Mais non, malheureusement, ça n'a pas arrêté.

Par la suite, ce sont deux des quatre moteurs des pompes de la piscine qui cessent de fonctionner. Le système de filtration fuit de partout. Encore une fois, elle tente d’avoir de l’aide de Novalagon, sans succès. On appelle, on laisse des messages, des courriels. Oui, oui, c'est correct, on va être là, on va venir vous aider. Mais ils ne sont pas là, ils ne viennent pas nous aider.

À la fin de l’été, ce sont de gros morceaux de la couche de finition qui se détachent. Selon elle, l’eau s'infiltre à travers les granules et s’accumule, ce qui cause des fissures et des trous.

Moi, j'ai tellement pleuré ! Et cette piscine-là, je l'ai détestée, là. Donc, je paye en septembre 2019, 300 000 $. Puis, au mois d'août 2020, je l'haïs pour la brûler.

Une citation de Nicole Morin, cliente de Novalagon
Nicole Morin se bat pour sauver sa piscine.

Nicole Morin et la journaliste Katherine Tremblay.

Photo : Radio-Canada / Danny Gosselin

À Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de Montréal, Gaétan Cyr et Manon Carpentier font installer leur piscine à l’été 2020 au coût de 43 000 $, sans compter l'aménagement.

Comme Nicole Morin, de gros morceaux de la couche de finition de leur piscine se détachent. Or, dans leur cas, après deux ans, Novalagon vient refaire la couche de finition avec une nouvelle formule dite améliorée. En effet, le granule de caoutchouc est remplacé par du granule de quartz, c’est-à-dire du sable.

Mais pour le couple, c’est la déception, les granules de quartz se décollent eux aussi. Et en plus, leur piscine perd quotidiennement environ deux pouces d’eau.

Au printemps, Novalagon découpe les couches de revêtement au centre de leur piscine afin de colmater la fuite. Mais les employés empirent la situation. Ils ont fait d'autres trous, ils ont été obligés de les souder, et là, ils nous ont laissés avec ça comme ça. Là, c'est soudé, supposément que ça ne coule plus, mais ça coule encore, se désole Manon Carpentier. Novalagon n'a pas terminé la réparation, laissant un trou au fond de leur piscine.

Je pense qu'on sert d'expérience. C'est comme ça que je le vois. On dirait qu'il expérimente la piscine chez nous alors qu'il ne savait pas comment ça marche, déplore Gaétan Cyr.

Ils sont sans nouvelles de Novalagon, qui leur a dit qu’il allait devoir recommencer leur piscine une troisième fois.

On se sent pris en otage. Là, on ne sait pas quoi faire, c'est ça qui arrive.

Une citation de Manon Carpentier, propriétaire d’une piscine de Novalagon
Le couple doit endurer un trou au fond de leur piscine.

À l’été 2020, Manon Carpentier et Gaétan Cyr font installer une piscine Novalagon au coût de 43 000 $.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Gauvin Blanchet

Six autres propriétaires de piscines construites par Novalagon avec qui La facture a communiqué sont également déçus de la qualité de leur piscine et inquiets de sa dégradation rapide. Dans le cadre d’une poursuite impliquant Novalagon, on apprend que même la piscine modèle s’est complètement désagrégée au point de devenir un bassin rempli de vers de terre.

La facture a soumis des échantillons des piscines de Mme Morin et de Gaétan Cyr à Denis Rodrigue, professeur titulaire en génie chimique à l’Université Laval et expert en plastique. Donc, on voit que le matériel est très friable. Ici, c'est facile de retirer des particules en mettant des forces qui sont quand même très légères.

Il constate que la qualité est assez faible et qu’il y a beaucoup d'optimisation à faire sur le choix des matériaux et sur l'installation comme telle. Il poursuit en expliquant que tant pour les granules de caoutchouc que pour ceux de quartz, la porosité du matériau permet à l’eau de s’infiltrer.

Il y a un effet catastrophique avec le temps, de plus en plus d'eau entre, de plus en plus de fissures vont se créer et vous allez avoir une désagrégation totale du matériel assez rapidement.

Une citation de Denis Rodrigue, professeur titulaire en génie chimique à l’Université Laval
Denis Rodrigue a analysé visuellement des échantillons de piscines construites par Novalagon.

Denis Rodrigue, professeur titulaire en génie chimique à l’Université Laval et expert en plastique.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Gandin

Il explique que les écarts de température ont eux aussi un impact sur les matériaux qui ne réagissent pas tous de la même façon. Il y a toujours l'été et l'hiver, donc les différences de température font que les matériaux vont s'expendre ou se rétrécir, ce qui va créer probablement des fissures de ce type-là, souligne M. Rodrigue.

Il faut prévoir jusqu’à cinq ans de recherche et de développement avant de commercialiser un tel produit, selon le professeur Denis Rodrigue. On est allé peut-être trop rapidement. Puis les gens ont servi de cobayes.

Novalagon reconnaît avoir des problèmes

Novalagon a refusé d’accorder une entrevue à La facture, mais dans une déclaration, Paul Aubin, l’un des actionnaires et vice-président de Projets Nova-Lagon, écrit : Malheureusement pour nous, au cours des dernières années, nous avons constaté l’apparition de défauts, surtout esthétiques, qui généralement ne nuisent pas à l’intégrité des lagons et ne privent pas les clients d’utiliser leur piscine.

Il poursuit : Au cours de l’hiver 2022-23, nous avons travaillé avec des chimistes pour mettre au point des produits qui permettent à notre entreprise de corriger ces problèmes.

Novalagon n'a pas terminé sa réparation.

Le trou au fond de la piscine Novalagon de Manon Carpentier et Gaétan Cyr.

Photo : Radio-Canada / Gaétan Cyr

Ces travaux menés avec des chimistes ont donc été effectués cinq ans après la construction des premières piscines en 2018. Il a été impossible de savoir si Novalagon avait effectué de la recherche et du développement avant de commercialiser son concept de piscine lagon.

M. Paul Aubin de Novalagon mentionne qu’une lettre aurait été transmise à tous leurs clients leur expliquant la situation et les informant que Novalagon a l’intention de corriger les problèmes. Or, les clients devront être patients puisque la lettre mentionne que les améliorations seront effectuées au cours des prochaines saisons.

Nicole Morin, Gaétan Cyr et Manon Carpentier n'ont toutefois pas reçu ladite lettre.

Qui est derrière Novalagon?

Au moment où Nicole Morin signait son contrat en 2019 avec Novalagon, deux de ses actionnaires, soit Paul et Benoit Aubin, traversaient une crise. En effet, l’entreprise dont ils étaient actionnaires, soit Les Habitations Novadomus, faisait faillite.

Selon le bilan de la faillite, 136 créanciers garantis et non garantis ont été touchés, dont près d’une centaine de fournisseurs et de sous-traitants de Novadomus. Les actifs de Novadomus étaient de 1,3 million de dollars, alors que son passif était évalué à 3,9 millions de dollars. La perte des créanciers est estimée à 2,5 millions de dollars.

Benoit Aubin

Benoit Aubin est l'un des actionnaires de Novalagon.

Photo : Radio-Canada / facebook/benoit.rousseauaubin

De plus, Novadomus a laissé de nombreuses maisons incomplètes, mal construites, un cauchemar pour les clients. En effet, la Garantie de construction résidentielle (GCR) qui administre le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs au Québec confirme qu’elle a reconnu 53 dossiers de réclamations pour Les Habitations Novadomus.

Malfaçons, vices cachés, parachèvement de travaux, GCR estime à 1,6 million de dollars la facture des travaux qu’elle a dû prendre en charge dans ce dossier. Selon Jean-Sébastien Lapointe, conseiller principal en communications et affaires publiques, Novadomus fait partie du  Top 4  des dossiers de réclamation où GCR a dû débourser la plus importante somme via le fonds de garantie, et ce, depuis les débuts de GCR en 2015.

Du côté de la Régie du bâtiment du Québec, Sylvain Lamothe, conseiller en communication, confirme que Projets Nova-Lagon a fait l’objet d’une plainte et que l’entreprise ne détenait pas la licence nécessaire pour installer une piscine dans un camping puisqu'elle est considérée comme étant publique. Pour la RBQ, le dossier est toujours d’intérêt et les vérifications se poursuivent.

Le reportage de la journaliste Katherine Tremblay et de la réalisatrice Stéphanie Allaire est diffusé le mardi 14 novembre à l'émission La facture sur ICI TÉLÉ.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.