•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition à Ottawa marque le retour en chambre du gouvernement Smith

L'Assemblée législative, de jour, prise en photo par un drone, en mai 2023.

L'Assemblée législative albertaine, à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Rick Bremness

Les députés sont de retour à l'Assemblée législative de l'Alberta, où le discours du Trône du gouvernement de Danielle Smith fait valoir son opposition continue à différentes exigences d’Ottawa à l'égard de la province.

Le traditionnel discours du trône lu par la lieutenante-gouverneure Salma Lakhani lundi après-midi. Ce discours annonce les projets du gouvernement Parti conservateur uni de l’Alberta (PCU) Danielle Smith.

Thèmes

Le gouvernement réaffirme ainsi son opposition au gouvernement fédéral lorsqu'il est question de ce que l'Alberta appelle ses droits provinciaux en matière de transition énergétique.

Le gouvernement de Danielle Smith affirme que si Ottawa poursuit sa lancée dans la voie actuelle, la province présentera différentes motions en vertu de la Loi sur la souveraineté de l'Alberta dans un Canada uni afin de protéger le développement de ses ressources naturelles et l’opération du réseau électrique appartenant à la province et ses habitants.

L'augmentation de la population de l'Alberta, qui devrait atteindre cinq millions d'habitants dans les deux prochaines années, est soulignée dans le discours, en particulier parce que la situation amplifie les effets ressentis de l'augmentation du coût de la vie.

En ce qui concerne sa stratégie en matière de logement, le gouvernement veut élargir le Programme de supplément au loyer et s’engage à soutenir 12 000 ménages à faible revenu supplémentaire. Il prévoit la construction de 25 000 nouveaux logements d'ici 2031.

Du point de vue de l’énergie, l'Alberta reproche au gouvernement fédéral d'imposer une transition trop rapide vers les énergies renouvelables, notamment en ce qui a trait à la production d’électricité.

En ce sens, la province s'engage à travailler en collaboration avec le secteur et les consommateurs dans les mois à venir sur un ensemble de réformes substantielles afin de garantir aux Albertains un réseau électrique qui leur donne accès à une énergie abordable et fiable.

Danielle Smith, la première ministre de l’Alberta.

Le gouvernement de Danielle Smith, la première ministre de l’Alberta, n'a pas mâché ses mots lorsqu'est venu le temps d’affirmer son opposition aux exigences d'Ottawa en matière de transition énergétique pour la province.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Pour assurer la sécurité publique à travers la province, dont à Edmonton et à Calgary, le gouvernement conservateur uni entend financer l'embauche de centaines de nouveaux agents de police.

Le gouvernement de Danielle Smith modifiera aussi la Loi sur l’indemnisation de la crise des opioïdes (Nouvelle fenêtre) afin de la mettre à jour. Interrogée au sujet de la Loi sur les interventions de compassion, une promesse électorale ne sera pas déposée cet automne. Pour lutter contre la crise des surdoses, le gouvernement a annoncé l'ajout de plus de 10 000 places dans les centres de traitement des dépendances financés par les fonds publics dans toute la province.

En matière de diversification économique, le gouvernement provincial met l'accent sur son secteur d'énergie, affirmant que la province est le quatrième plus grand producteur de pétrole et de gaz au monde et de loin, le plus respectueux de l'environnement.

Le gouvernement Smith affirme ne pas vouloir se contenter d’être le quatrième producteur mondial de pétrole et gaz, en ajoutant vouloir étudier une réforme du système d’approbation des projets de ressources naturelles.

Un premier projet de loi présenté

Le projet de loi sur la protection des contribuables albertains (Alberta Taxpayer Protection Amendment Act), présenté lundi par le PCU, vise à empêcher le gouvernement d'augmenter les taux des impôts sur le revenu des particuliers et des sociétés sans consulter au préalable les Albertains par le biais d'un référendum.

Nous construisons une économie forte et plus cette économie est forte, plus nous recevons de recettes fiscales, tout en maintenant les impôts à un faible niveau, a déclaré Danielle Smith.

Si elle est adoptée, la loi empêchera également le gouvernement de réduire les seuils des tranches de l'impôt sur le revenu des particuliers ou les montants de base du crédit d'impôt personnel, du crédit d'impôt pour les conjoints et de l'équivalent du crédit d'impôt pour les conjoints sans tenir un référendum.

Opposition

Rachel Notley, la cheffe de l'opposition officielle formée par le Nouveau Parti démocratique (NPD) albertain, affirme que le discours du Trône du PCU était parsemé d'engagements vagues qui omettent de traiter certains des principaux enjeux auxquels les Albertains font face.

Elle déclare que le Parti conservateur uni n'a pas abordé des questions importantes telles que la crise du logement ou le « délabrement du système de santé de l'Alberta ».

Quelles sont leurs priorités? En partie de créer une incertitude économique majeure en recourant à la Loi sur la souveraineté et à leur plan, qui n'a pas été mentionné aujourd'hui, de se retirer du Régime de pensions du Canada, ajoute Rachel Notley.

Vendredi, Rachel Notley a annoncé les priorités qu'aurait défendues un gouvernement néo-démocrate. Ses objectifs sont centrés sur un meilleur accès au système de santé, une hausse du financement des écoles publiques et le développement d’un système électrique diversifié.

Rachel Notley a affirmé qu’elle déposerait un projet de loi pour empêcher la nécessité de payer pour voir un médecin de famille et invite le Parti conservateur uni de l'Alberta à appuyer ce projet.

La Chambre est majoritairement composée des 48 députés du du PCU, suivi par les 38 députés du NPD. Finalement, le siège restant est occupé par la députée indépendante Jennifer Johnson.

D’abord candidate sous la bannière du Parti conservateur uni dans la circonscription Lacombe-Ponoka au centre de l'Alberta, Jennifer Johnson a été exclue du parti pour ses propos transphobes avant même d'avoir été élue.

Geneviève Tellier, politologue et professeure à l'Université d'Ottawa, s’est penchée sur la relation entre le fédéral et le gouvernement de l'Alberta, en particulier sur la question d’un potentiel retrait du Régime de pensions du Canada.

Elle soutient que le retrait de la province présente des risques importants pour les Albertains, ainsi que pour la première ministre, Danielle Smith.

À force de vouloir trop instrumentaliser l'argent des gens, est-ce qu'il y a un certain cynisme qui va s'installer? questionne cette dernière.

Geneviève Tellier entrevoit d'autres risques possibles, notamment une augmentation de l'inquiétude des Albertains.

Ce serait aussi de braquer le reste de la population par rapport à l'Alberta, précise-t-elle. Si [ce retrait] fait mal au reste des canadiens, est-ce que l'Alberta va en subir les contrecoups au sein de la fédération canadienne?

Si le calendrier parlementaire est respecté, cette session parlementaire se terminera le 7 décembre.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.