•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes sur la consommation de drogues et d’alcool chez les jeunes à l’Î.-P.-É.

Deux jeunes hommes et deux jeunes femmes qui semblent d'âge mineur sont assis sur un trottoir avec des planches à roulettes et des bouteilles de bière.

Une majorité de jeunes qui boivent de l'alcool à l'Île-du-Prince-Édouard ne le font pas en groupe, mais seuls, ce qui inquiète la santé publique.

Photo : Getty Images / Kosamtu

Consommation d'alcool et de cannabis, anxiété et temps d'écran : une enquête dresse un tableau inquiétant concernant la santé des jeunes de l'Île-du-Prince-Édouard.

Le sondage a été mené durant l'année 2022-2023 auprès d'élèves de la 7e à la 12e année dans 18 écoles de la province, dont deux écoles francophones. Près de deux élèves sur trois y ont répondu. Le rapport explore différents aspects de la santé des élèves, allant de la pratique sportive à l'alimentation, en passant par le sommeil, l'alcool et l'anxiété.

Selon le document, offert aussi en français, plus d'un élève sur quatre a déclaré avoir bu de l'alcool dans les 30 jours précédant le sondage. Parmi ces élèves, plus du tiers l'avaient fait seuls.

Nous avons une culture qui encourage la consommation d'alcool. Nous n'avons pas de bonnes politiques limitant l'accès à l'alcool, lâche Laura Lee Noonan, responsable de la promotion de la santé au bureau de la santé publique de l'Île-du-Prince-Édouard. Nous devrons probablement faire un peu plus d'efforts pour limiter l'accès à l'alcool chez les jeunes et les aider à prendre de meilleures décisions, poursuit-elle.

Au total, 16 % des élèves ont répondu avoir fait du binge drinking dans le mois précédant l'enquête, et 13 % ont affirmé avoir été dans un véhicule conduit par une personne aux facultés affaiblies par l'alcool.

C'est préoccupant, mais on sait que c'est à l'adolescence que le cerveau est le plus porté à vouloir prendre des risques et à être plus rebelle, commente Bruce Joshua, directeur adjoint de la Commission scolaire de langue française.

Bruce Joshua donne une entrevue par Zoom.

Bruce Joshua est directeur général adjoint de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Capture d'écran Zoom

Le responsable affirme que les enseignants tentent de sensibiliser les jeunes au problème pour qu'ils comprennent qu'ils mettent leur vie à risque avec de tels comportements.

Seuls et déprimés

En ce qui concerne le cannabis, 13 % des élèves ont déclaré en avoir consommé dans les semaines précédant le sondage. Ce chiffre est plus élevé que pour la cigarette (8 %). La vapoteuse a attiré 18 % des jeunes sur la même période.

Comme pour l'alcool, une majorité des jeunes ayant consommé du cannabis ont déclaré l'avoir fait seuls. Plus de la moitié des élèves faisant usage d'une vapoteuse le font pour se détendre ou atténuer des symptômes de stress ou d'anxiété.

Cet aspect inquiète particulièrement Laura Lee Noonan. Si vous consommez ces substances seul, vous risquez d'augmenter votre consommation et de devenir dépendant.

Ce phénomène est l'un des autres enseignements du rapport : 30 % des élèves se sont sentis seuls dans la semaine précédant le sondage, et près d'un sur quatre s'est dit déprimé.

Je ne veux pas que la pandémie devienne une béquille pour tout, mais c'est sûr et certain que les élèves ont vécu des moments différents de ceux qu'on vécus à l'époque où on a grandi, croit Bruce Joshua.

Huit heures par jour devant un écran

Les élèves ont aussi un temps d'écran qui soulève des questions. Les directives nationales suggèrent de limiter l'usage des écrans à deux heures par jour, hors activité pédagogique.

En réalité, selon le rapport, les jeunes Prince-Édouardiens passent en moyenne 7,9 heures par jour devant un écran pour naviguer dans les médias sociaux ou jouer, par exemple.

Deux étudiants tiennent leur téléphone cellulaire.

Le Québec a décidé de bannir les téléphones cellulaires en classe dès la fin de 2023.

Photo : Radio-Canada

Pour chaque thème, le rapport suggère des actions à mener, comme créer des espaces sans écran à l'école. Alors que le Québec vise l'interdiction totale des cellulaires en classe à la fin de 2023, Bruce Joshua vante un équilibre à la CSLF pour amener les élèves à comprendre qu'il y a autre chose que ça dans la vie.

Côté moins sombre du tableau : les élèves de l'Île-du-Prince-Édouard dorment en moyenne 8,1 heures par nuit la semaine, ce qui correspond tout juste aux recommandations nationales (entre 8 et 10 heures par nuit).

La plupart des élèves (78 %) font une heure d'activité physique par jour, ce qui est aussi cohérent avec la directive nationale.

Laura Lee Noonan tient à ce que les résultats soient discutés, non seulement dans les écoles, mais aussi dans la communauté, pour que les parents puissent promouvoir des comportements sains à la maison.

Bruce Joshua espère quant à lui que plus d'écoles de la CSLF participeront à l'enquête l'an prochain.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.