•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathan est porté disparu depuis 5 mois; les recherches se poursuivent

Un portrait de Nathan.

Nathan a une trisomie, mesure 147cm (4'10") et pèse 77kg (170 lbs).

Photo : offerte par Kathleen Matthews

Radio-Canada

Nathan, 37 ans, a été vu pour la dernière fois le 12 mai, aux alentours de 19 h, près de l’intersection de la rue Jane et de l’avenue Sheppard Ouest à Toronto. Les recherches se poursuivent pour le retrouver.

Victor Kwong, du Service de police de Toronto, a indiqué à CBC Toronto dans un communiqué par courrier électronique que l'unité des personnes disparues s'appuie largement sur les renseignements offerts par les résidents et ne dispose d'aucune mise à jour concernant l'enquête.

La situation est un fardeau mental pour toutes nos familles, a partagé Jason, le cousin de Nathan, ajoutant qu'eux, ainsi que des amis et des bénévoles, continuent leurs recherches.

Une page Facebook rassemble plus de 7000 membres qui participent à la recherche et soutiennent la famille de Nathan.

Nathan a une trisomie, mesure 147 cm (4' 10"), pèse 77 kg (170 lbs) et a été vu pour la dernière fois avec une barbe complète. Jason précise qu'il boite légèrement.

La famille pense que Nathan se dirigeait vers son ancienne résidence de Kitchener-Waterloo, où son père est décédé en décembre 2022.

Le Service de police de Toronto a désigné cet homme de 37 ans uniquement par son prénom, conformément à sa nouvelle politique sur les personnes disparues, élaborée et mise en œuvre à des fins de confidentialité.

Jason et sa famille demandent à toute personne au courant des allées et venues de Nathan d'aviser la police et rappellent qu'il est possible de le faire de manière anonyme via Échec au crime.

Or, Jason indique que lui et sa famille n'obtiennent pas beaucoup d'informations de la part des autorités elles-mêmes.

La police ne nous a tout simplement pas fourni de mise à jour, a souligné Jason, ajoutant que la dernière communication de la police de Toronto remonte à la mi-juillet.

La police de Toronto a décliné tout commentaire sur d'autres détails de l'enquête.

Une activiste des droits des familles de personnes disparues estime que cette absence de communication n'est pas inhabituelle.

Un cadre national

L'absence de communication était notre principal obstacle avec la police, a déclaré Maureen Trask. Son fils Daniel était âgé de 28 ans lorsqu'il a été porté disparu le 3 novembre 2011.

Un homme devant un lac.

Daniel Trask avait été porté disparu en 2011.

Photo : Service de police régional de Waterloo

Le corps de Daniel a été découvert par une équipe de recherche bénévole en 2015, après trois ans et demi de recherches.

Mme Trask explique qu’il n'existe pas de cadre national au Canada pour traiter les personnes disparues, les procédures variant considérablement entre les services de police.

La navigation dans les processus, les changements et les procédures était intimidante, a confié Mme Trask.

Cette expérience l'a incitée à rédiger un rapport en 2020 sur la nécessité pour le Canada de se doter d'un cadre national pour les personnes disparues, qu'elle définit comme une stratégie intergouvernementale et inter-agences avec des rôles et des responsabilités définis pour aborder efficacement le problème des personnes disparues.

CBC Toronto a sollicité un commentaire de Sécurité publique Canada, mais n'a pas reçu de réponse avant la publication.

Mme Trask estime qu'un cadre offrirait des procédures cohérentes dans tous les services de police pour répondre aux personnes disparues, rendre accessible des données importantes et même fournir des ressources pour éviter que des personnes ne disparaissent en premier lieu.

Chaque service de police est une entité en soi et il se peut qu'ils ne fassent pas les choses de la même manière que la juridiction voisine, a expliqué Mme Trask.

Le rapport décrit également les procédures recommandées pour signaler les personnes disparues, enquêter sur les disparitions, rechercher les personnes disparues et communiquer avec les médias lorsque quelqu'un disparaît.

Mme Trask estime qu'un cadre national aiderait également à soutenir les familles confrontées à la disparition d'un être cher, en fournissant des soutiens fiables en santé mentale et même des ressources financières aux familles occupées à rechercher leur proche.

Cela pourrait aider des familles comme celle de Nathan, indique-t-elle, qu'elle a contactée après sa disparition.

Pendant ce temps, Jason espère que de nouvelles informations feront bientôt surface.

Nous voulons une conclusion, selon Jason. C'est tout ce que la famille veut.

Avec les informations de Patrick Swadden

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.