•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il faut prendre soin des jeunes » : les maisons des jeunes sont encore sous-financées

Des personnes assises autour d'une table.

C'est la semaine des maisons des jeunes au Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La semaine des maisons des jeunes du Québec débute ce lundi, sous le thème « engagé.es pour nos ados ». Pour une 26e année, le milieu se mobilise pour les 200 maisons des jeunes qui sont répandues un peu partout au Québec. Certaines maisons, comme celle de Coaticook, ne sont pas épargnées par la pénurie de main-d'œuvre ainsi que le manque de financement.

En Estrie, on retrouve des maisons des jeunes notamment à Sherbrooke, Magog, Lac-Mégantic, Val-des-Sources, Valcourt, Waterville, Farnham, Cowansville, Waterloo, Granby et Coaticook.

Selon un récent sondage mené par le Regroupement des maisons des jeunes du Québec (RMJQ), plus de 70 % des adolescents interrogés disent fréquenter l’établissement de leur communauté au moins une fois par semaine. Près du tiers des répondants affirme se rendre sur place chaque jour.

Plus de la moitié dit visiter une maison des jeunes pour discuter avec les animateurs en poste. Selon le sondage, près du tiers des adolescents dit avoir confié une histoire personnelle qu'ils n'avaient jamais partagée auparavant.

Le secteur souffre d’un sous-financement chronique , indique le Regroupement des maisons des jeunes du Québec, par communiqué.

La coordonnatrice de la maison des jeunes de Coaticook, Line Gendron, expose qu'il est difficile d'avoir une équipe stable au sein de l'établissement. Avec les animateurs qui gagnent en moyenne moins de 20 $ l'heure, je vous dirais que ça roule dans les équipes de travail. J'ai la chance d'avoir une équipe stable depuis presque un an. On s'entend que ce n'est pas énorme, mais on réussit quand même à créer un lien rapidement , indique-t-elle au micro de Par ici l'info.

C'est sûr que l'idéal ce serait de pouvoir offrir des conditions de travail un peu plus adéquates afin de maintenir nos employés à l'emploi le plus longtemps possible pour qu'on ne soit pas toujours en train de rebâtir ce lien significatif qui est le cœur même de notre mission.

Une citation de Line Gendron, coordonnatrice, maison des jeunes de Coaticook

Selon Mme Gendron, chaque maison des jeunes a un budget annuel qui tourne autour de 156 000 $, ce qu'elle juge insuffisant. Elle souhaite que les différents paliers de gouvernement, comme Québec ainsi que les municipalités, augmentent leur aide financière ou matérielle.

La coordonnatrice espère également que les maisons des jeunes soient reconnues comme un outil de prévention auprès des jeunes.

Essentielles pour le développement de certains adolescents

La coordonnatrice soutient que les intervenants qui sont sur place sont la matière première des maisons pour créer des liens. C'est un lien extrêmement important à l'adolescence d'avoir des adultes significatifs qui ne sont pas tes parents, mais qui sont quand même des adultes avec un jugement et certaines connaissances et surtout qui t'écoutent sans jugements et qui te réfèrent, te conseillent et t'amènent toi même à trouver tes solutions , met-elle de l'avant.

C'est un outil essentiel dans la prévention et dans le cheminement d'un adolescent qui est un petit peu à la recherche de son identité et qui essaie de s'éloigner de son nid familial. D'avoir des milieux sécuritaires où il y a des adultes qui les amènent à se trouver des passions, à s'impliquer dans la communauté à trouver un sens à leur vie, c'est extrêmement riche pour notre jeunesse d'aujourd'hui.

Une citation de Line Gendron, coordonnatrice, maison des jeunes de Coaticook

À Coaticook, la maison des jeunes fonctionne actuellement avec l'aide de deux intervenants à temps plein et de deux intervenants à temps partiel. Line Gendron estime que ce sont environ 250 jeunes qui fréquentent l'établissement par année.

Les activités qui y sont proposées pour les jeunes peuvent autant toucher les relations amoureuses, la santé mentale que la persévérance scolaire.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Estrie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Estrie.