•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise de captation de CO2 envisage de construire une usine dans l’Est-du-Québec

Des cheminées.

L'entreprise Deep Sky se spécialise dans la captation et l'enfouissement du CO2. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / Peter Andrews

Une entreprise québécoise lorgne du côté de l'Est-du-Québec afin d'implanter une usine de captation de carbone océanique.

Deep Sky espère construire une dizaine d'usines au Québec d'ici 5 à 10 ans.

Cette entreprise montréalaise confirme que la Côte-Nord et Rimouski font partie des endroits visés pour l'implantation de ces usines, mais elle précise que pour l'instant, le projet demeure embryonnaire et qu'aucun site n'a été choisi.

Le cofondateur de l'entreprise, Frédéric Lalonde, n'était pas disponible pour nous accorder un entretien. Lors d'une entrevue sur nos ondes en août dernier, il expliquait toutefois que l'estuaire du Saint-Laurent est propice à la captation de carbone dans l'eau.

Notre côte, particulièrement la côte nord du Saint-Laurent, où la salinité est élevée passé Tadoussac, est idéale pour le retrait océanique [de carbone].

Une citation de Frédéric Lalonde, cofondateur de Deep Sky

Le CO2 est une molécule qui est soluble dans l’eau […] et l’océan est la surface qui est le plus en contact avec l’atmosphère, donc l’avantage qu’on a à faire ça d’un point de vue océanique, c’est qu’on a une concentration qui est plus élevée, donc on a besoin de déplacer moins de molécules d’eau que de molécules d'air pour avoir une tonne de CO2, a-t-il ajouté.

Le CO2 recueilli serait ensuite injecté dans de la roche ou enfoui dans des sites de stockage. On ignore cependant quelle forme exacte cela pourrait prendre dans la région.

Une usine de captage de carbone, entourée d'un parc avec un bassin d'eau.

L'entreprise Deep Sky souhaite tester et valider les technologies d'élimination du CO2 afin d'implanter des usines dans un horizon de 5 à 10 ans.

Photo : Deep Sky

Selon nos sources, des discussions ont déjà eu lieu entre Deep Sky et des acteurs rimouskois autour de ce projet.

L'intérêt de Deep Sky pour Rimouski pourrait avoir un lien avec la création d'une zone d'économie bleue, ce qui faciliterait potentiellement l'accès à des subventions gouvernementales.

L'entreprise a déjà touché un premier montant d'Investissement Québec et serait sur le point de conclure une ronde de financement de 75 millions de dollars. L'entreprise souhaite aussi se financer auprès des entreprises privées qui souhaiteraient acheter des crédits carbone.

Il ne faut absolument pas que le retrait atmosphérique devienne une raison de polluer, insiste toutefois M. Lalonde.

Bien qu'elle présente des avenues intéressantes, la captation de carbone n'est pas une panacée. Plusieurs scientifiques affirment qu'elle peut aider à faire face aux changements climatiques mais que la réduction à la source et la transition vers des énergies renouvelables demeurent primordiales.

Avec la collaboration de Michel-Félix Tremblay

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Bas Saint Laurent

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Bas Saint Laurent.