•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des arbres plantés pour limiter l’empreinte carbone ont été détruits par les feux de forêt

une forêt

Le sol, qui emmagasine une grosse partie du carbone, a été affecté par endroits. C’est donc dire qu’une partie du carbone a été relâché dans l’atmosphère.

Photo : Radio-Canada / Melissa Paradis

Radio-Canada

La mission de l'organisme Carbone boréal a été compromise cet été : les feux de forêt historiques ont ravagé deux de ses plantations destinées à compenser les émissions de gaz à effet de serre des entreprises et des particuliers. Des experts sont sur le terrain pour constater les dégâts et pour évaluer la quantité de carbone relâchée dans l'atmosphère.

Accroupis sur le sol au cœur d’une parcelle d’épinettes noires et de pins de dix hectares, des chercheurs constatent les dommages causés par les feux. Le professeur-chercheur sous octroi à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) Charles Marty et le professionnel de recherche Olivier Fradette se trouvent à une centaine de kilomètres au nord de Chibougamau, sur une plantation de Carbone boréal, un organisme rattaché à cet établissement d’enseignement.

Deux hommes regardent un prélèvement de sol.

Les chercheurs prélèveront des échantillons dans le sol au cours de leur séjour.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Là, on constate en arrivant sur le site que tous les arbres ne sont pas morts et que seule une petite fraction de la biomasse a été brûlée. On voit encore les troncs qui sont quasiment intacts. Ce sont surtout les aiguilles et les petites branches qui ont brûlé, explique Charles Marty.

Un arbre mort.

Cet arbre mort ne pourra plus emmagasiner le carbone.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

En revanche, ce qu’on constate, c’est que le sol organique, la couche superficielle du sol, a été quand même pas mal affecté, ajoute-t-il.

Cette terre joue un rôle non négligeable dans la protection du climat. Il faut savoir que dans les forêts boréales, environ 70 % ou 75 % de la quantité du carbone de l’écosystème est stocké dans le sol, met-il en lumière.

Donc, si le sol est affecté, ça a un impact quand même assez conséquent en matière d'émissions de CO2.

Une citation de Charles Marty, professeur-chercheur sous octroi à l'Université du Québec à Chicoutimi

Sans compter que les arbres qui ont été la proie des flammes étaient matures. Ici, c’est dommage, parce que c’était la plus vieille plantation de Carbone boréal qu’on avait. C’est une plantation qui avait plus de 20 ans. Donc, elle commençait déjà à avoir accumulé beaucoup de CO2, déplore Olivier Fradette.

Une forêt.

Sur cette portion de plantation, il est possible de voir clairement où le feu est passé.

Photo : Radio-Canada / Melissa Paradis

Sur le plan de la superficie, l'impact des feux de forêt sur les reboisements de Carbone boréal reste toutefois minime. Selon les données recueillies sur le terrain, 82 000 arbres ont été brûlés, ce qui représente 5 % de tous ceux que l'organisme a mis en terre. À ce jour, Carbone boréal en a planté deux millions pour contrebalancer les gaz à effet de serre des organisations et des individus qui souhaitent diminuer leur empreinte écologique.

Un drone téléguidé.

Des données seront également prélevées du haut des airs grâce à un drone.

Photo : Radio-Canada / Melissa Paradis

Étudier la régénération

L'équipe de chercheurs compte récolter des informations sur la régénération des secteurs touchés. Elle reviendra sur place au printemps prochain pour actualiser ses données et déterminera ensuite ce qui devra être replanté pour remplir son mandat.

S’il y a une perte due à un incendie de forêt, c’est important de venir remplacer ces arbres-là pour que la compensation soit vraiment réelle et qu’elle continue dans le temps.

Une citation de Olivier Fradette, professionnel de recherche à l'Université du Québec à Chicoutimi
Des plantes qui poussent en forêt.

Malgré les dégâts, la forêt commence déjà à se régénérer.

Photo : Radio-Canada / Melissa Paradis

Déjà, la forêt boréale reprend ses droits, rappelant au passage que les flammes font aussi partie du cycle de régénération de ces milieux naturels.

D’après le reportage de Mélissa Paradis

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.