•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa et Québec allongent 7,3 milliards $ pour accueillir la suédoise Northvolt

Six personnes tiennent une batterie pour une photo.

Northvolt a confirmé, jeudi, qu’elle avait choisi d’installer son usine en Montérégie, à Saint-Basile-le-Grand et à McMasterville. Les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault notamment étaient présents à l’annonce.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

En pleine opération de charme, les gouvernements Trudeau et Legault ont sorti le grand jeu jeudi en annonçant 7,3 milliards de dollars afin d'attirer l'entreprise suédoise Northvolt et son projet d'usine de batteries pour véhicules électriques.

L'usine devrait pouvoir manufacturer des cellules de batteries pour alimenter environ un million de véhicules par année. Les batteries fabriquées seront parmi les plus vertes au monde, assure Ottawa.

Cette usine que l'entreprise suédoise Northvolt veut bâtir en Montérégie devrait faire travailler quelque 3000 personnes. D'une superficie équivalente à 318 terrains de football américain, elle sera située entre les municipalités de Saint-Basile-le-Grand et de McMasterville.

Damer le pion à la Californie

La filière batterie

Consulter le dossier complet

Un bras robotisé sur une chaîne de production de batteries électrique.

S’il est vrai que l’opposition s’est montrée critique envers les deux ordres de gouvernement, Québec et Ottawa ont défendu leur investissement à même les fonds publics qui, à leurs yeux, complète la valeur de la chaîne intégrée de la filière batterie au Québec.

Le montage financier de la première phase du projet totalise 7 milliards de dollars. Environ 40 % de cette somme sera avancée par les gouvernements (2,7 milliards de dollars), sans compter les incitatifs à la production.

Selon le gouvernement fédéral, le projet de Northvolt permettra d'injecter jusqu'à 1,6 milliard de dollars dans le PIB chaque année lorsque les installations de l'entreprise auront atteint leur plein potentiel.

Une batterie de Northvolt est exposée à l'endroit où aura lieu une conférence de presse.

Northvolt a annoncé jeudi la construction d'une usine au Québec. L'entreprise suédoise se spécialise dans la fabrication de cellules de batteries lithium-ion.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il y a bien des [gouvernements], particulièrement aux États-Unis, qui sont prêts à mettre des milliards et des milliards sur la table pour attirer ces investissements-là, a rappelé le premier ministre fédéral, Justin Trudeau.

Il fallait qu'on soit là pour démontrer que, nous aussi, on est prêts à investir dans notre avenir.

Une citation de Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Du côté de Québec, le premier ministre François Legault s'est félicité de l'annonce du plus important investissement privé de l'histoire récente du Québec.

Répondant à l’opposition, il a cité l'exemple du projet de barrages de la Baie-James lancé par l'ancien premier ministre libéral Robert Bourassa.

Il y en a qui trouvaient ça fou. On s'est rendu compte que c'était un coup de génie.

Une citation de François Legault premier ministre du Québec

En entrevue à Zone économie, le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, a dit estimer qu'on vient de consolider la place du Québec dans l’industrie automobile de l’Amérique du Nord.

Soumis au BAPE?

Invité au 15-18, Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Énergie du Québec, a affirmé que le projet n’échappera pas au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Les mêmes règles vont être respectées, a assuré M. Fitzgibbon, qui a évoqué des consultations publiques la semaine prochaine.

Northvolt est un choix du Québec. Pourquoi? Parce que cette compagnie-là respecte tous les engagements et les valeurs des Québécois, entre autres le respect de l’environnement.

Une citation de Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Énergie du Québec

Des gens ont exprimé une crainte parce qu’ils n’en savaient pas assez sur le projet, alors la compagnie va aller devant les citoyens pour expliquer ce projet, a ajouté M. Fitzgibbon.

Une pétition de 700 noms a déjà été déposée au conseil municipal de McMasterville afin de bloquer ce projet. Les signataires craignent que l'usine n'entraîne du bruit et de la pollution.

Toutefois, les réticences ne viennent pas seulement des citoyens : la classe politique au Québec a également exprimé ses craintes.

Plusieurs personnes assises applaudissent.

Les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault ainsi que les ministres François-Philippe Champagne et Pierre Fitzgibbon étaient présents à cette conférence de presse de l'entreprise suédoise Northvolt.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le gouvernement Legault aurait dû concentrer son aide sur les PME du Québec, selon le porte-parole libéral en matière d'économie, Fred Beauchemin.

Au Parti québécois (PQ), Joël Arseneau s’est quant à lui questionné sur la pertinence de cet investissement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Il s'apprête à créer des milliers de jobs pour des travailleurs qu'on n'a pas, a-t-il commenté.

Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, croit pour sa part qu'il n'y a pas de garantie selon laquelle le projet sera rentable pour les contribuables québécois ou qu'il contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le ministre Fitzgibbon croit quant à lui que la compagnie saura convaincre les citoyens.

Avec les informations de La Presse canadienne

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.