•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

S’inspirer de l’Islande pour combattre l'abus d'alcool et de drogues chez les jeunes

Deux jeunes hommes et deux jeunes femmes qui semblent d'âge mineur sont assis sur une chaîne de trottoir avec des skateboards et des bouteilles de bière.

L'initiative est lancée auprès des jeunes de quatre régions du Nouveau-Brunswick. (Photo d'archives)

Photo : Getty Images / Kosamtu

Radio-Canada

Une nouvelle initiative, Planète Jeunesse, voit le jour dans la Péninsule acadienne pour lutter contre la consommation abusive de substances par les jeunes.

Cette approche est basée sur ce qu’on appelle le modèle de prévention islandais pour diminuer l’usage de drogues et d’alcool.

Devant les échecs de toutes sortes de méthodes de répression, l’Islande s’est lancé dans une tout autre direction, préférant agir sur l’environnement social des jeunes pour prévenir la consommation de substance.

Autrement dit, on veut s’attaquer aux problèmes qui contribuent à pousser les jeunes vers des abus de substance, par exemple l’isolement ou le stress.

Pour le faire, on facilite l’accès à des activités de loisir, culturelles, sportives, extrascolaires.

Une approche prometteuse

En Islande, des résultats spectaculaires ont été mesurés. Le nombre de jeunes de 15 et 16 ans qui ont rapporté s’être enivrés le mois précédent est passé de 42 % en 1998 à seulement 5 % en 2016. Sur la même période, le nombre de fumeurs de cigarettes de ce groupe d’âge est tombé de 23 % à 3 %.

Ces succès ne sont pas passés inaperçus : 16 pays, dont le Canada, mettent le modèle islandais à l’épreuve. Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement provincial s’engage à y consacrer 255 000 $ en 5 ans dans quatre régions. Les deux réseaux de santé — Vitalité et Horizon — y collaborent.

La Péninsule acadienne, le comté de Kent, Saint-Jean et Woodstock sont les régions choisies. De cette manière, on tenait à représenter les secteurs ruraux et urbains, francophones et anglophones.

Plusieurs occasions d'agir

Jeannie Duguay, infirmière en santé publique dans la Péninsule acadienne, explique que l’accent est mis sur quatre réalités de la vie des jeunes.

La famille, le temps libre, les pairs — qui sont les amis — puis aussi l'école. C'est vraiment sur ces 4 aspects qu'on veut travailler, a-t-elle expliqué à l’émission L’heure de pointe.

Avant de déployer l’initiative Planète Jeunesse, on a voulu faire un portrait de la situation en sondant 299 élèves de 10e année de quatre écoles de la Péninsule.

Parmi les choses que l’on a apprises, c’est que 27 % des jeunes de 10e année qui ont répondu ont dit avoir été saouls au moins une fois dans le mois avant le sondage.

Des mains de jeunes tenant des bières.

Selon un sondage, 27% des jeunes de 10e année ont dit avoir été enivrés par l'alcool dans le mois précédent. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Fait troublant, seulement 28 % des jeunes filles interrogées ont dit que leur santé mentale était bonne ou très bonne.

Si la consommation de tabac par les adolescents est en chute libre depuis des années, le vapotage a pris la relève. Dans le sondage, 23 % des jeunes interrogés ont dit fumer des cigarettes électroniques tous les jours.

Ce sondage donne des pistes à suivre, selon l’infirmière Jeannie Duguay. On vise vraiment à mettre des actions qui vont être durables, dit-elle. On regarde surtout les effets à long terme des interventions qui vont être mises en place.

La stratégie met à contribution des infirmières, des spécialistes en santé mentale, des policiers de la GRC et des intervenants du milieu scolaire.

C'est une cause qui nous touche vraiment à coeur, comme parents aussi, confie Jeannie Duguay. On se dit qu'on peut faire une différence si on s'allie tous ensemble.

Des jeunes interpellés par l'enjeu de la consommation

Plusieurs jeunes ont assisté mardi au dévoilement de l’initiative Planète Jeunesse.

Théo Simard, un élève de 11e année à la Polyvalente W.-A. Losier de Tracadie, a expliqué avoir suivi un camp de leadership cette année en Saskatchewan. On demandait aux jeunes de réfléchir à un enjeu dans leur communauté, et de travailler à améliorer la situation.

L'enjeu qu'on avait choisi, c'était les dangers de l'alcool et de la drogue au volant, a-t-il raconté. On trouvait que Planète Jeunesse cadrait un peu dans notre projet. Je voulais être présent pour représenter notre projet.

Le jeune homme est décidé à faire sa part pour le mieux-être de sa région.

Ça va faire du bien, croit-il. J'ai toujours trouvé qu'ici, dans la Péninsule acadienne, y'avait pas grand-chose au niveau de ça. C'est pour ça que nous autres, on a tendance à s'ennuyer.

C'est là que le monde — puis les jeunes en général — vont aller vers ces choses-là, qui sont moins bonnes. En ayant des projets, des nouvelles affaires de même, ça montre à la jeunesse future qu'on n'est pas une petite région où ce qu'on n’a rien. On est quand même inclus, dit-il. Ça va aider les jeunes pour l'avenir.

D'après le reportage de Kristina Cormier

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.