•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haïti : un hôpital universitaire attaqué par des hommes armés

Des policiers montrent des armes sur une table.

La police haïtienne présente des armes confisquées lors d'une opération antigangs à Port-au-Prince. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / RALPH TEDY EROL

Agence France-Presse

Des hommes lourdement armés ont attaqué sans faire de victimes un hôpital en Haïti dans la nuit de lundi à mardi, a indiqué l'un des responsables de l'établissement, nouvelle illustration de la violence généralisée que subit ce pays des Caraïbes.

Les assaillants ont investi de minuit à 5 h le périmètre de l'hôpital de Mirebalais, l'un des plus grands centres hospitaliers du pays, et ont tiré sur des installations, a déclaré par téléphone à l'AFP le Dr Réginald Ternier.

Ce matin, on a pu observer des impacts de balles sur les façades de plusieurs bâtiments de l'hôpital, situé à un peu plus de 50 km de la capitale Port-au-Prince, tandis que l'unité de soins intensifs pour les nouveau-nés est affectée, a-t-il raconté, précisant que des douilles de gros calibre avaient été retrouvées.

Aucun mort ou blessé par balle n'était à déplorer après l'attaque, mais le Dr Ternier évoque des traumatismes et des dégâts matériels.

Les patients, les résidents et les membres du personnel ont tous vécu l'attaque en pleine nuit. Ils sont sous le choc, a-t-il déploré, jugeant l'attaque incompréhensible.

Il est difficile pour nous de comprendre les mobiles d'une telle attaque. On reçoit les patients de tout acabit, indépendamment de leur rang social, de leur appartenance ou de leurs activités, a-t-il déclaré.

11 morts dans l’attaque d’un village

Avant l'assaut sur l'hôpital, des assaillants munis d'armes automatiques avaient mené une attaque vendredi sur Saut d'Eau, un village situé non loin de Mirebalais. En entrevue dimanche à la radio Magik 9, la mairesse de Saut d'Eau, Marie Andrée Ruth Thelus, a fait état d'au moins 11 morts, de dizaines de blessés et de plusieurs maisons incendiées.

Des Haïtiens participent à une manifestation demandant la fin de la violence des gangs, à Port-au-Prince, le 14 août 2023.

Des Haïtiens participent à une manifestation demandant la fin de la violence des gangs, à Port-au-Prince, le 14 août 2023.

Photo : Reuters / RALPH TEDY EROL

Lundi, Saut d'Eau a été la cible d'une nouvelle attaque sans que davantage de détails sur le nombre potentiel de victimes aient émergé.

Haïti, pays pauvre des Caraïbes, est ravagé par la violence des gangs qui font régner la terreur, avec plus de 2400 morts depuis le début de l'année, selon les chiffres de l'ONU.

Depuis près d'un an, le premier ministre haïtien Ariel Henry et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, réclament l'envoi d'une force internationale pour aider la police dépassée par cette violence.

Les États-Unis ont annoncé vendredi que plusieurs pays entendaient contribuer sous la houlette du Kenya à cette force, mais sa mise en place prendra sans doute quelques mois encore, sans parler de son déploiement effectif.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.