•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La jeunesse au centre des célébrations du jour des Franco-Ontariens à Thunder Bay

Une centaine de personnes, majoritairement des enfants, sont regroupés devant un podium.

Une centaine d'élèves de l'École publique de Thunder Bay, de l'École catholique Franco-Supérieur et de l'École secondaire catholique de La Vérendrye étaient présents lundi matin pour assister aux célébrations.

Photo : Radio-Canada / Céline Marti

En ce jour des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens, une atmosphère festive régnait devant l’hôtel de ville de Thunder Bay alors qu’une centaine d’élèves des écoles francophones de la ville y étaient réunis.

Une journée organisée par l’Association du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO) en partenariat avec les écoles, à l’instar de celles qui ont eu lieu dans l’ensemble du Nord-Ouest, explique Thomas Sevin, agent de liaison communautaire à l’AFNOO.

Jeunes, et moins jeunes, ont pu échanger, chanter et danser au son de musique francophone en attendant le début des célébrations.

Ken Boshcoff tient un drapeau franco-ontarien avec une élève et est entouré d'une trentaine de jeunes.

Le maire de la Ville de Thunder Bay, Ken Boshcoff, s'est réjouit de se retrouver entouré de tant de jeunes. Le sentiment était réciproque pour plusieurs élèves fiers de rencontrer leur maire.

Photo : Radio-Canada / Céline Marti

Le maire de la Ville de Thunder Bay, Ken Boshcoff, était sur place avant que ne commence la cérémonie pour accueillir et échanger, en français dans la mesure du possible, avec les francophones et francophiles venus pour l'occasion.

C’est [...] excitant, parce que c’est un grand nombre [d'élèves], de parents et [d’enseignants]. Et c’est un bon esprit ce matin! [...] C’est très bon!

Une citation de Ken Boshcoff, maire de la Ville de Thunder Bay

C’est la conseillère scolaire Angèle Desbiens qui a prononcé le discours de bienvenue, suivie de Charlotte et de Lola, membres du conseil étudiant de l’École secondaire catholique de La Vérendrye (ÉSCDLV).

Nous, jeunes francophones et francophiles, acceptons avec joie notre héritage et engageons-nous à promouvoir cet amour de notre langue et de notre culture dans la communauté.

Une citation de Extrait du discours de Charlotte Sarrazin et de Lola Penna
Une vingtaine de jeunes et d'adultes devant l'hôtel de ville de Thunder Bay.

Tous les élèves et tout le personnel de l'École publique de Thunder Bay étaient présents à ce premier lever du drapeau pour l'école qui a ouvert ses portes cet automne.

Photo : Radio-Canada / Céline Marti

M. Boshcoff a ensuite pris la parole pour proclamer le 25 septembre comme le jour des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes dans la ville de Thunder Bay.

Accompagné de Mmes Desbiens, de Charlotte et de Lola, le maire a ensuite procédé au traditionnel lever du drapeau alors que la chorale de l’ÉSCDLV interprétait les hymnes Notre Place et Mon beau drapeau.

Les jeunes s’expriment

Lorsque questionné sur l’importance du français pour lui, William, élève en 8e année à l’ÉSCDLV, évoque d’emblée l’importance d’être bilingue afin d’être bien outillé pour être en mesure de se trouver un emploi.

Pour des raisons de confidentialité, seuls les prénoms des élèves sont partagés.

D’autant plus qu’il s’agit d’une langue que peu de gens parlent dans la région, ajoute-t-il. Dans le futur, quand je voudrai un [emploi], si je parle l’anglais et le français, ça va me donner une [meilleure] chance, souligne l'élève.

Kathleen Murphy entourée de ses élèves.

L'enseignante de cinquième année à l'École catholique Franco-Supérieur, Kathleen Murphy, entourée de quelques-uns de ses élèves

Photo : Radio-Canada / Céline Marti

Lola, élève en 12e année à la même école, juge qu’il est important de connaître et de se rappeler de l’histoire des Franco-Ontariens et qu’il est primordial de garder notre langue dans nos écoles.

Être Franco-Ontarien c’est [de] continuer à parler français dans les écoles, avec les amis et de garder cette culture dans les écoles, avec les amis et la famille.

Une citation de Lola, élève de 12e année et membre du conseil étudiant à l’ÉSCDLV

Quant à Maddie, élève de 5e année à l’École catholique Franco-Supérieur, elle considère qu’il faut parler français pour être Franco-Ontarienne et respecter la francophonie.

Ses coups de cœur de la célébration? Être avec mes amis, être avec le maire et puis parler en français, s'exclame-t-elle avec enthousiasme.

Une dizaine de jeunes chantent.

Des élèves de douzième année chantent en choeur Notre Place et Mon beau drapeau.

Photo : Radio-Canada / Céline Marti

Bien qu’il souhaite laisser les participants en juger par eux-mêmes, Thomas Sevin, agent de liaison à l’AFNOO, qualifie tout de même la célébration de réussite.

Je pense que les enfants étaient contents, que la communauté était contente. Donc, mission accomplie! conclut-il.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.