•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : la grève prend de l’ampleur chez Stellantis et General Motors

Des grévistes dans une manifestation.

Les grévistes de l'United Auto Workers réclament entre autres une augmentation de salaire de 36 % sur quatre ans.

Photo : Reuters / Michael Swensen

Agence France-Presse

La grève s'est étendue vendredi chez les constructeurs automobiles américains General Motors et Stellantis, faute d'avancée dans les négociations syndicales, contrairement à Ford où de « réels progrès » ont été effectués.

Depuis vendredi midi, les 38 centres de distribution de pièces détachées de GM et de Stellantis sont intégrés au mouvement social.

Comme nous l'avons dit depuis des semaines, nous n'allons pas attendre l'éternité pour obtenir des contrats équitables de la part des ''Big Three'' [les trois grands constructeurs américains, NDLR].

Une citation de Shawn Fain, président du syndicat United Auto Workers

Ces installations, situées dans 20 États des États-Unis, emploient autour de 5600 adhérents de l'UAW sur les 146 000 travaillant pour les trois géants de Détroit, au Michigan.

Le président de United Auto Workers, Shawn Fain, participe au défilé de la fête du Travail à Détroit, le lundi 4 septembre 2023.

Le président de United Auto Workers, Shawn Fain. (Photo d'archives)

Photo : Associated Press / Paul Sancya

Les trois usines en grève depuis le 15 septembre, lorsque les conventions collectives sont arrivées à échéance sans accord pour les prochaines, vont le rester, a précisé M. Fain.

Ces trois sites – un pour chacun des trois grands constructeurs – emploient quelque 12 700 adhérents de l'UAW.

C'est la première grève affectant les trois groupes en même temps.

Le président ira sur une ligne de piquetage

Par ailleurs, M. Fain a invité le président américain Joe Biden – qui a apporté son soutien aux grévistes à plusieurs reprises ces dernières semaines – à aller plus loin en rejoignant les piquets de grève.

Nous invitons et encourageons toute personne soutenant notre cause à nous rejoindre sur les piquets de grève, amis, familles et jusqu'au président des États-Unis.

Une citation de Shawn Fain, président du syndicat United Auto Workers

Le président Biden a annoncé en fin de journée qu'il se rendra mardi sur un piquet de grève.

Plus tôt, la porte-parole de la Maison-Blanche a affirmé que le président était reconnaissant [...] d'être inclus dans la famille et les amis de l'UAW.

Nous ferons tout notre possible pour aider d'une quelconque façon les parties qui le souhaitent, a-t-elle ajouté, rappelant que l'exécutif restait en contact régulier avec tous les protagonistes depuis plusieurs semaines.

M. Biden a notamment plaidé pour un partage juste des profits record.

Le président américain Joe Biden.

Les grévistes membres du syndicat United Auto Workers demandent davantage de soutien de la part du président américain, Joe Biden. (Photo d'archives)

Photo : Getty Images / BRENDAN SMIALOWSKI

À ce stade, l'impact économique a été limité, mais l'extension du mouvement chez Stellantis et GM risque, cette fois, d'avoir des répercussions plus importantes, car ces centres approvisionnent garages et concessionnaires en pièces détachées pour les véhicules déjà vendus, affectant donc directement le grand public.

Et ils génèrent des bénéfices importants, particulièrement pour Stellantis, a relevé M. Fain sur la chaîne CNBC, ajoutant que le syndicat envisageait de nombreuses actions possibles pour la suite.

C'est une décision agressive, qui frappe le cœur des opérations [des deux groupes] étant donné son effet par ricochets et la pression exercée, ont commenté les analystes de Wedbush, s'attendant à un accord avec Ford dans la semaine.

Des travailleurs en grève.

Des travailleurs de l'industrie automobile observent une grève aux États-Unis.

Photo : Associated Press / Paul Sancya

Du côté du personnel, plusieurs centaines d'employés affectés par le manque d'activité du fait des débrayages de la première semaine ont déjà été renvoyés temporairement, sans avoir droit aux indemnités de chômage.

Les grévistes perçoivent chacun 500 $ par semaine du fonds syndical d'entraide au lieu de leur salaire habituel.

General Motors, dont 18 sites supplémentaires sont affectés, a accusé les dirigeants de l'UAW de manipuler le processus de négociation pour leur propre intérêt. Même accusation du côté de Stellantis qui se demande s'ils n’ont jamais eu l'intention de trouver un accord à temps.

Nous avons des plans d'intervention pour différents scénarios, a affirmé GM, qualifiant de propositions économiques historiques ses cinq offres successives présentées au syndicat.

Stellantis a qualifié sa dernière offre, présentée jeudi, de très compétitive.

Concernant Ford, Shawn Fain a noté du mouvement, mais de sérieux problèmes persistent.

Selon lui, le constructeur a notamment accepté de rétablir des mesures liées au coût de la vie supprimées en 2009, dans le sillage de la crise financière. Il a aussi validé la révision du système de partage des bénéfices et le droit de grève en cas de fermeture d'usines.

Nous n'en avons pas terminé avec Ford, a fait valoir le syndicaliste, ancien électricien chez Stellantis, reconnaissant que Ford affichait une volonté sérieuse de parvenir à un accord.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.