•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les progressistes-conservateurs promettent de recruter plus de travailleurs de la santé

Kevin Klein, devant un micro, dans un parc de Winnipeg, près de l'hôpital Grace.

Kevin Klein indique que le Parti progressiste-conservateur s'est engagé à dépenser plus d'argent pour le recrutement de travailleurs de la santé.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Les progressistes-conservateurs du Manitoba ont fait leur première promesse en matière de soins de santé, lundi, pour la campagne électorale. Ils promettent d'investir plus d'argent dans le recrutement du personnel de la santé.

La candidate qui représente ce parti dans la circonscription Riel, Rochelle Squires, a annoncé que le PC du Manitoba dépensera 30 millions de dollars par an à cet effet. Les deux tiers de cette somme seront consacrés à la région sanitaire de Winnipeg.

Rochelle Squires rappelle que le Parti progressiste-conservateur a embauché plus de 2000 travailleurs de la santé au cours des derniers mois, dont 300 professionnels philippins formés à l'étranger.

Tous sont des professionnels de la santé qui ont été formés dans la province du Manitoba. Beaucoup d'entre eux sont de nouvelles recrues et plusieurs viennent d'autres États, grâce au plan de recrutement que nous avons lancé au début de notre mandat, a déclaré Mme Squires.

Elle ajoute que l'arrivée de certains des travailleurs originaires des Philippines au Manitoba se fait encore attendre.

Élections au Manitoba 2023

Consulter le dossier complet

Palais législatif du Manitoba

Après la pandémie de COVID-19, les niveaux de dotation en personnel dans les établissements de soins de santé continuent de causer des tensions dans tout le système. Des groupes militants pour un meilleur système de santé estiment que la pénurie de médecins dans la province a atteint un niveau record cette année.

L'engagement du Parti progressiste-conservateur intervient deux semaines après le début d'une campagne au cours de laquelle le Nouveau Parti démocratique a fait une annonce sur les soins de santé presque tous les jours.

Le candidat du PC dans la circonscription de Kirkfield Park, Kevin Klein, soutient que le NPD est trop inexpérimenté pour remédier aux problèmes liés aux soins de santé.

Nous nous souvenons tous de ce qui se passe avec un plan néo-démocrate. Les jours où le NPD gouvernait de façon habituelle sont révolus. Nous avions les pires temps d'attente au Canada, a déclaré M. Klein.

Uzoma Asagwara au milieu de deux candidats parle dans un micro derrière un podium près de l'hôpital Grace de Winnipeg.

Uzoma Asagwara affirme que ses adversaires progressistes-conservateurs ont eu deux mandats pour améliorer les soins de santé.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Uzoma Asagwara, qui tente de se faire réélire sous la bannière du NPD dans la circonscription Union Station, a affirmé que le PC a eu deux mandats pour améliorer le réseau de la santé.

Il est intéressant de noter que la première ministre Heather Stefanson et la ministre de la Santé, Audrey Gordon, n'ont pas pris la peine de se présenter à l'annonce qu'elles ont faite aujourd'hui sur les soins de santé. La première ministre et la ministre de la Santé ont caché leur bilan en matière de soins de santé, a ajouté Uzoma Asagwara.

Lundi, le Nouveau Parti démocratique s'est engagé à créer 12 lits d'appoint à l'Hôpital Grace de Winnipeg.

S'il est élu dans deux semaines, le NPD veut ainsi réduire le temps d'attente à l'urgence, qui atteignait 17 heures dimanche.

Le chef du NPD, Wab Kinew, estime que cette mesure coûterait 3,6 millions de dollars.

Par ailleurs, Heather Stefanson n'a pas pris la parole lors de l'annonce que le PC a faite le matin parce qu'elle participait plus tôt à un débat radiophonique.

Un centre de traitement des dépendances

Lundi après-midi, la première ministre sortante a annoncé que si élu, son parti financerait la construction d’un centre de traitement des dépendances géré par des personnes autochtones.

Une somme allant jusqu’à 10 millions de dollars serait allouée au centre de traitement Quest Health, un projet qui compterait 180 lits destinés aux hommes et femmes autochtones.

Le centre, géré par la Première Nation crie de Chemawawin, offrirait un traitement culturellement approprié de trois mois dans deux établissements qui seraient construits à Winnipeg, explique le chef de la Première Nation, Clarence Easter.

Ce soutien financier s’inscrit dans le cadre de l’engagement du PC envers la réconciliation, estime Heather Stefanson.

Cette annonce des progressistes-conservateurs a été faite alors que des rassemblements ont eu lieu, lundi, dans 17 villes canadiennes pour dénoncer la décision de la cheffe du parti de ne pas financer les fouilles de la décharge de Prairie Green, où pourraient se trouver les restes de deux femmes autochtones victimes d'un tueur en série présumé.

C'est pour empêcher que ces choses, ces horribles tragédies ne se produisent, a déclaré Mme Stefanson au sujet de l’annonce, tout en réitérant la position de son parti.

Avec les informations de Bartley Kives et de La Presse canadienne.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Manitoba

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Manitoba.