•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès du peintre et sculpteur colombien Fernando Botero

L'homme est photographié de profil marchant devant une peinture montrant un toréador mort sur un taureau.

Fernando Botero en 2018 devant l'une de ses peintures exposée à Aix-en-Provence, en France.

Photo : afp via getty images / BORIS HORVAT

Agence France-Presse

Le peintre et sculpteur colombien Fernando Botero, célèbre pour ses personnages aux formes voluptueuses et considéré comme l'un des plus grands artistes du XXe siècle, est décédé à l'âge de 91 ans. 

Fernando Botero, le peintre de nos traditions et de nos défauts, le peintre de nos vertus, est mort, a annoncé vendredi sur le réseau X (ex-Twitter) le président colombien Gustavo Petro

Le peintre de notre violence et de notre paix. De la colombe mille fois rejetée et mille fois placée sur son trône, a ajouté le chef d'État, en référence à l'un des animaux emblématiques de l'œuvre de l'artiste. Il n'a donné aucune précision sur le lieu de son décès. 

Un homme aux cheveux gris qui porte des lunettes rondes, assis dans un studio de peinture.

Le peintre et sculpteur dans le film documentaire «Botero» (2018), du réalisateur canadien Don Millar

Photo : Hogan Millar Media

Le plus grand artiste colombien de tous les temps 

Fernando Botero, né en 1932 à Medellín, dans le centre de la Colombie, est considéré comme l'un des plus grands artistes du XXe siècle.

Selon la presse colombienne, qui saluait vendredi matin à l'unisson le plus grand artiste colombien de tous les temps, le maître, souffrant d'une pneumonie, avait vu son état de santé s'aggraver ces derniers jours.

Je pense souvent à la mort et cela m'attriste de quitter ce monde et de ne plus pouvoir travailler parce que je prends beaucoup de plaisir à mon travail, avait déclaré le maestro à l'AFP lors d'un entretien à l'occasion de ses 80 ans en 2012.

Fils d'un représentant de commerce, il s'initie à l'art très tôt. À l'âge de 15 ans, il vendait déjà ses dessins de tauromachie aux portes des arènes de Bogota.

Quand j'ai débuté, c'était un métier exotique, en Colombie, qui n'était pas bien vu et n'offrait aucun avenir. Lorsque j'ai dit à ma famille que je comptais me consacrer à la peinture, ils m'ont répondu : "Bon d'accord, mais nous ne pouvons pas t'aider", racontait l'artiste colombien le plus coté au monde.

Après une première exposition individuelle à Bogota dans les années 1950, il part pour l'Europe, séjournant en Espagne, en France et en Italie où il découvre l'art classique. Son œuvre est aussi influencée par l'art précolombien et les fresques du Mexique, où il s'installera plus tard.

Sa carrière décolle dans les années 1970 lorsqu'il rencontre le directeur du Musée allemand de New York, Dietrich Malov, avec lequel il organisera plusieurs expositions à succès. Totalement inconnu, sans même un contrat avec une galerie de New York, j'ai alors commencé à être contacté par les plus grands marchands d'art du monde, racontait-il.

La sculpture de couleur foncée représente une femme assise sur un animal.

La sculpture El rapto de Europa de l'artiste Fernando Botero.

Photo : AFP/Getty Images / EMMANUEL DUNAND

L’art de la démesure 

Les dimensions hors du commun de son art, qui deviendront sa marque de fabrique, se révèlent en 1957 dans le tableau Nature morte avec mandoline. Il peint alors l'ouïe centrale (ouverture) de la mandoline trop petite, en comparaison avec la taille de l'instrument.

Ainsi, expliquait-il, entre le petit détail et la générosité du tracé extérieur, une nouvelle dimension apparaît, plus volumétrique, plus monumentale, plus extravagante.

Pour l'artiste, le qualificatif de gros ne convenait pas à ses personnages. Amoureux de la Renaissance italienne, il se disait défenseur du volume en art moderne. Sa sculpture, également marquée par le gigantisme, a occupé une place très importante dans sa carrière, développée essentiellement à Pietrasanta, en Italie.

Il a partagé pendant des années sa vie entre ce coin de Toscane, New York, Medellín et Monaco, où il continuait de créer.

Le peintre se tient devant une peinture de Jésus sur la croix, dans le style de Botero avec des formes voluptueuses.

Botero en 2017, à Rome, devant sa version du Christ sur la croix

Photo : afp via getty images / TIZIANA FABI

Une œuvre marquée par la guerre 

L'artiste, qui disait ne jamais savoir ce qu'il allait peindre le lendemain, s'est inspiré de la beauté, mais aussi des tourments de son pays, marqué par un conflit armé de plus d'un demi-siècle.

En 1995, une bombe placée au pied de sa sculpture L'oiseau avait tué 27 personnes à Medellín. Cinq ans plus tard, il avait fait don d'une réplique baptisée L’oiseau de la paix.

Son œuvre met en scène guérillas, séismes et maisons de passe. Il a aussi peint une série sur les prisonniers du pénitencier américain d'Abou Ghraib, en Irak.

L'artiste a aussi été un grand mécène, avec des donations estimées à plus de 200 millions de dollars. Il a donné aux musées de Medellín et de Bogota nombre de ses œuvres et des dizaines de tableaux de sa collection privée, dont des Picasso, des Monet, des Renoir, des Miro...

Pour ses 90 ans, sa ville natale lui a consacré une exposition pour lui dire merci.

Extérieur. Jour. Trois personnages sculptés par Fernando Botero se tiennent debout dans un stationnement.

La galerie Gary Nader, à Miami, présente plusieurs œuvres de Fernando Botero.

Photo : Crédit: Stéphan Bureau

Ses œuvres sont aussi visibles en plein air dans de nombreuses villes du monde, l'artiste estimant que les expositions dans les espaces publics sont un rapprochement révolutionnaire de l'art avec le public.

Une idée qu'il avait étrennée en 1992 sur les Champs-Élysées à Paris, puis près du Grand Canal de Venise et face aux pyramides d'Égypte. Ses statues ont aussi voyagé jusqu'en Chine en 2015.

Marié trois fois, la dernière à la sculptrice grecque Sophia Vari, le maestro a souffert de la mort de l'un de ses enfants, à l'âge de quatre ans, dans un accident de voiture.

Son œuvre, de plus de 3000 tableaux et 300 sculptures, démontre son insatiable appétit de création. La seule idée d'abandonner les pinceaux me terrorise plus que la mort, disait-il.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Radio-Canada et moi

Une infolettre qui vous ressemble, remplie de découvertes et de sujets choisis selon vos champs d’intérêt.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Radio-Canada et moi.