•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion côtière : la Communauté maritime des Îles dépose son cadre d’intervention

Des falaises de grès rouge sont érodées par la mer.

Les falaises du secteur Belle-Anse aux Îles-de-la-Madeleine sont rongées par l'érosion. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La Communauté maritime des Îles a déposé mardi soir son cadre d'intervention en érosion et en submersion côtières. Le document transmis aux ministères des Affaires municipales et de la Sécurité publique du Québec vise « à prévenir plutôt que guérir » en matière de protection des berges.

L’idée du cadre d’intervention, c’est de montrer quels sont les besoins, ce qui s‘en vient, ce qui est important de protéger et, idéalement, d’agir en prévention pour réduire la facture, résume le président de la Communauté maritime des Îles, Antonin Valiquette.

En 2020, les élus madelinots ont réclamé 80 millions de dollars sur dix ans pour aider l'organisation municipale à protéger ses côtes face aux événements météorologiques extrêmes.

Le gouvernement du Québec avait alors demandé à la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine de présenter un cadre d’intervention avant de délier les cordons de la bourse.

Le cadre qu’on présente au gouvernement va nous permettre d’être capables d’avoir une planification pour nous permettre d’agir en prévention et de ne pas attendre qu’il y ait une tempête qui va nous forcer à agir en urgence.

Une citation de Antonin Valiquette, président de la Communauté maritime des Îles

Chaque dollar investi en prévention peut équivaloir à 13-15 dollars investis en urgence, ajoute M. Valiquette.

L'élu croit que le cadre d'intervention en érosion et en submersion côtières est en cohérence avec l’orientation du gouvernement, qui a récemment annoncé la création d’un bureau de projet en érosion et submersion côtières pour l’Est-du-Québec.

Une falaise détruite par l'érosion. Un tuyau s'est rompu.

La facture pour réparer les dégâts causés par l'érosion ne cesse d'augmenter. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

85 sites inventoriés

La rédaction du cadre d'intervention en érosion et en submersion côtières a nécessité plusieurs mois de travail de la part de l’administration municipale et des membres de la Commission permanente sur l’érosion et la submersion côtières.

Le conseiller Gaétan Richard a d'ailleurs qualifié de colossal le travail effectué.

Le document inventorie 85 sites considérés vulnérables dont certains avaient déjà été ciblés par la Chaire de recherche en géoscience côtière de l'UQAR et le consortium Ouranos.

Une grille de 11 critères ayant des pondérations différentes permet de coter chacun des sites pour évaluer l’importance de les protéger.

Parmi les critères, on retrouve le degré de sensibilité à l’érosion et à la submersion côtière du site, la présence d’infrastructures et de routes, la vulnérabilité des populations qui fréquentent le site ainsi que la présence d’écosystèmes et de milieux naturels.

Objectifs du cadre d'intervention en érosion et en submersion côtières :

  • Révision complète du territoire et des sites identifiés comme étant vulnérables en 2017;
  • Création d’une grille d’analyse multicritère basée sur des critères humains, sociaux, économiques, environnementaux, de sensibilité de la côte aux aléas côtiers et d’imminence de danger;
  • Identification et priorisation objective des sites les plus vulnérables;
  • Identification de solutions potentielles d’adaptation et estimation sommaire des coûts;
  • Identification des besoins du territoire en matière d’adaptation à l’érosion et à la submersion pour les 10 prochaines années.

Source : Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

Encore trop tôt pour connaître les sites prioritaires

Le cadre d'intervention en érosion et en submersion côtières n'a pas encore été rendu public. Il devra auparavant être approuvé par les instances gouvernementales.

Le parc de Gros-Cap.

Plusieurs bâtiments sont menacés par l'érosion aux Îles-de-la-Madeleine. (Photo d'archives)

Photo : Luc Miousse

Lorsqu’on se sera entendu sur une version finale, en accord avec les ministères, on communiquera plus de détails publiquement, indique Antonin Valiquette. On pourra alors parler précisément des sites retenus, de la priorisation des sites, des montants affectés et des moyens d'intervention pour s'adapter à l'érosion et la submersion côtières.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Gaspésie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Gaspésie.