•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 Sussex : la résidence du premier ministre risque de changer d’adresse

Le gouvernement évalue actuellement d’autres endroits pour construire une nouvelle résidence officielle.

Le 24 Sussex vu des airs.

La résidence officielle du premier ministre, le 24 Sussex

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Le gouvernement fédéral étudie de nouveaux endroits pour établir la résidence officielle du premier ministre du Canada et mettre fin à la saga entourant le 24 Sussex, a appris Radio-Canada.

Selon plusieurs sources, les agences fédérales qui gèrent le dossier ont identifié différents endroits pour construire une résidence officielle qui serait plus grande, plus sécuritaire et plus accessible que celle qui a servi les premiers ministres canadiens de 1951 à 2015.

Au-delà du fait que la résidence du 24 Sussex est vétuste, après avoir été négligée pendant des décennies, son terrain ne répond plus aux normes modernes en matière de sécurité, affirment plusieurs sources et experts.

Un des nouveaux endroits à l’étude se trouve dans le parc de Rockcliffe, un lieu idyllique situé le long de la rivière des Outaouais et qui accueille de nombreux pique-niques et mariages chaque été, indiquent plusieurs sources.

Une piste cyclable passe dans un parc.

Le parc de Rockcliffe à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Selon nos informations, un stationnement secondaire dans le parc de Rockcliffe, entouré d’un boisé, répond à de nombreux critères pour y construire une nouvelle résidence officielle. Il est plus loin de la rivière des Outaouais et des routes avoisinantes que le 24 Sussex, ce qui en fait une des options favorites des experts fédéraux en sécurité, affirment nos sources.

Le gouvernement a aussi évalué la possibilité d’utiliser un emplacement près du centre d’entraînement du Carrousel de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Toutefois, le terrain plat est plus visible de la route et les clôtures risqueraient d’y donner un air de forteresse, ajoutent des sources.

D’autres terrains qui sont la propriété du fédéral ont aussi été étudiés, de même que l’utilisation de la résidence officielle du chef de l’opposition, nommée Stornoway.

Le statu quo – c’est-à-dire d’utiliser en permanence la résidence temporaire de Justin Trudeau sur les terrains de la gouverneure générale à Rideau Hall – fait aussi partie des options.

Le gouvernement soutient qu’aucun choix final n’a été fait dans ce dossier.

Il n’y a pas une option qui fait l’unanimité, et il y a des pour et des contre pour chacune d’entre elles, explique une source au fait du dossier.

En pleine crise du logement et d’inflation élevée, la construction d’une nouvelle résidence officielle au coût de plusieurs dizaines de millions de dollars demeure un casse-tête politique pour le gouvernement fédéral, qui tergiverse depuis des années dans ce dossier.

C’est particulièrement gênant qu’un pays du G7 n’arrive pas à fournir une résidence sécuritaire au chef du gouvernement et à sa famille, lance Michael Wernick, le plus haut fonctionnaire au pays de 2016 à 2019.

Michael Wernick sourit en regardant la caméra.

Michael Wernick est l’ancien greffier du Conseil privé.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Le 24 Sussex a déjà fait l’objet de projets de rénovations se chiffrant dans les dizaines de millions lors du premier mandat de Justin Trudeau, entre 2015 et 2019, mais ceux-ci n’ont jamais été approuvés par le gouvernement en raison du coût exorbitant des mesures de sécurité.

Il serait impossible de rénover cette résidence et de la rendre sécuritaire pour la famille à un coût raisonnable, croit Michael Wernick, qui est l’ancien greffier du Conseil privé.

Une résidence aux nombreuses défaillances

Construit en 1868, le 24 Sussex a servi de résidence officielle pour une succession de premiers ministres depuis l’arrivée de Louis Saint-Laurent, en 1951, au départ de Stephen Harper, en 2015.

Au fil des années, les premiers ministres canadiens y ont accueilli de nombreux présidents américains, dont John F. Kennedy, des vedettes comme le chanteur irlandais Bono et plusieurs membres de la royauté, y compris la reine Élisabeth II, le roi Charles (quand il était prince) et la princesse Diana.

Nouvellement élu en 2015, Justin Trudeau a décidé de ne pas s’y installer, car la résidence nécessitait de nombreuses rénovations après des années de négligence, dont le remplacement de systèmes électriques qui constituaient un risque d’incendie.

La préférence au départ était de rénover le 24 Sussex, mais personne n’avait réalisé à quel point le bâtiment était vétuste, affirme une source qui a participé aux délibérations à l’époque.

Dans un rapport publié en 2021, la Commission de la capitale nationale (CCN) a estimé qu’il faudra dépenser 37 millions de dollars pour remédier au déficit d’entretien différé du 24 Sussex, sans compter les dizaines de millions nécessaires pour améliorer la sécurité.

Une caméra de sécurité sur une clôture métallique.

Une caméra de sécurité sur le portail d'entrée du 24 Sussex.

Photo : Radio-Canada

Parmi les problèmes du 24 Sussex, il y a le fait que la résidence est proche d’une rue passante qui expose les habitants aux dangers d’une attaque au camion explosif. De plus, la faible distance entre la route et la résidence limite le temps d’intervention des policiers en cas d’attaque-surprise.

Et pour parer aux attaques de drones, il faudrait mettre des plaques en acier sur le toit, ce qui implique l’installation d’un squelette en métal autour de la charpente. Bref, il faudrait en faire un bunker, selon plusieurs sources.

C'était en 1951 un bon choix d'installer notre premier ministre ici, mais maintenant l'édifice est vétuste. La sécurité a changé énormément au cours des 10 dernières années et, dans ce contexte-là, on doit repenser l’emplacement de la résidence du premier ministre, conclut Pierre-Yves Bourduas, un ancien haut gradé de la GRC qui a déjà été responsable de la sécurité des résidences officielles à Ottawa.

Incidents ayant visé des premiers ministres

  • 1995 : un homme s’introduit au 24 Sussex durant la nuit et tombe face à face avec Aline Chrétien, la femme du premier ministre Jean Chrétien, qui verrouille la porte en attendant l’intervention de la GRC.
  • 2020 : un homme armé enfonce les grilles de Rideau Hall à bord d'une camionnette et se dirige vers la résidence temporaire des Trudeau avant d’être vu par un employé et éventuellement arrêté par la GRC.

Face à la dégradation de la résidence inhabitée depuis 2015, le 24 Sussex a été mis hors service plus tôt cette année par la CCN. Les travaux pour enlever les systèmes de chauffage et électriques devraient commencer en septembre.

Au fil des années, il y a eu des problèmes de moisissure dans la piscine et le sauna du 24 Sussex, de la présence d’amiante, de même que des infestations de rongeurs.

Un panneau devant l'entrée du 24 Sussex vu de la rue.

Plus tôt cette année, le 24 Sussex a été mis hors service par la CCN.

Photo : Radio-Canada

Une patate chaude

Les arguments en faveur du déménagement de la résidence officielle sont nombreux, selon plusieurs membres du gouvernement. La confidentialité a été accordée à ces sources pour qu'elles puissent parler ouvertement d’un dossier qui demeure à l’étude.

Tout le monde sait que de tout rénover, ça peut coûter plus cher que de construire à neuf, affirme une source qui participe au processus décisionnel en cours.

Au-delà des questions de sécurité, il y a le fait que l'emplacement actuel n’est pas assez grand pour inclure un lieu de réception.

La plupart des dirigeants du G7 et du Commonwealth reçoivent des visiteurs officiels dans un espace réservé à ces fins. À l’heure actuelle, le Canada manque d’espaces réservés à cet usage, mentionne la CCN dans un rapport de 2022.

La résidence principale qui est sise au 24 Sussex occupe une superficie d’environ 12 000 pieds carrés.

Selon la CCN, pour répondre aux besoins actuels, la résidence officielle du premier ministre nécessiterait une superficie d’environ 16 000 pieds carrés, y compris l’espace pour les fonctions officielles, la sécurité et le personnel.

Le Carrousel et les écuries de la GRC à Ottawa vu des airs.

Le Carrousel et les écuries de la GRC à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

La CCN suggère des quartiers privés pour la famille de 4700 pieds carrés, qui comprendraient une chambre principale, quatre chambres à coucher pour les enfants, et trois chambres pour accueillir des parents, amis ou autres invités.

La CCN estime que la résidence officielle du premier ministre devrait pouvoir accueillir à tout le moins un groupe de 15 à 30 personnes pour des rencontres professionnelles.

Résidences officielles à travers le monde

  • Le palais du Quirinale à Rome (Italie) : 1,2 million de pieds carrés
  • Kantei à Tokyo (Japon) : 269 000 pieds carrés
  • Le Palais de l’Élysée à Paris (France) : 120 000 pieds carrés
  • Le 10 et le 12 Downing Street à Londres (Royaume-Uni) : 71 000 pieds carrés
  • La Maison-Blanche à Washington, D.C. (États-Unis) : 56 000 pieds carrés
  • Objectif pour la résidence officielle du Canada : 16 000 pieds carrés
  • Le Lodge à Canberra (Australie) : 9700 pieds carrés

Source : Commission de la capitale nationale

Pour l’instant, Justin Trudeau et ses enfants habitent à Rideau Cottage, situé sur les terrains de la résidence de la gouverneure générale.

La situation se voulait temporaire lors de leur arrivée en 2016. En particulier, l’idée que le premier ministre habite une maison secondaire sur le même site que le représentant du roi au Canada soulève des questions symboliques.

Ça n’a pas de bon sens que le premier ministre habite dans la cour du gouverneur général, affirme un ancien conseiller de Justin Trudeau.

Les journalistes pratiquent la distanciation physique lorsqu'ils assistent à la conférence de presse du premier ministre Justin Trudeau sur la pandémie de COVID-19 à Rideau Cottage, à Ottawa, le vendredi 17 avril 2020.

Justin Trudeau a tenu la majorité de ses points de presse devant sa résidence à Rideau Cottage, à Ottawa, durant la pandémie de COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

De plus, le site de Rideau Cottage n’est pas idéal en matière de sécurité, croient plusieurs sources.

L’objectif du gouvernement est de régler le dossier d’ici la fin de l’automne, mais le remaniement ministériel en juillet pourrait ralentir le processus de décision. Jean-Yves Duclos est le septième ministre des Services publics et de l’Approvisionnement sous Justin Trudeau, et il vient tout juste de prendre le dossier en main.

En point de presse mardi, le chef conservateur Pierre Poilievre a donné un appui conditionnel à la construction d'une nouvelle résidence officielle du premier ministre, affirmant que le budget doit être raisonnable. Ce dernier habite dans la résidence officielle qui est réservée au chef de l'opposition officielle à Ottawa.

Je crois qu'il devrait y avoir une résidence qui est sécuritaire pour la famille du premier ministre, mais qui n'est pas nécessairement chère pour les contribuables. Ce n'est pas nécessaire d'avoir des grands palais pour des réceptions, a dit Pierre Poilievre.

Un risque de controverse

La construction d’une résidence officielle dans le parc de Rockcliffe répondrait à de nombreuses exigences en matière de sécurité, mais risquerait de se heurter à l’opposition des utilisateurs des lieux.

Russell Gibson, le président de l’association des résidents du secteur de Rockcliffe à Ottawa, espère que le gouvernement arrivera avec des plans pour une résidence officielle dont nous pourrons tous être fiers. Pour y parvenir, dit-il, il sera important que la CCN consulte proactivement les membres de sa communauté avant de faire des choix finaux.

Une experte en patrimoine bâti au Canada, la professeure émérite de l’Université de Montréal Christina Cameron, fait partie de ceux qui militent pour le maintien de la résidence officielle au 24 Sussex.

La façade et la porte d’entrée – où tant de personnages importants sont passés – font partie de l’histoire politique du Canada, croit-elle.

Je pense qu'on devrait le garder, le sauvegarder, affirme Christina Cameron, une ancienne présidente du comité consultatif sur les résidences officielles à la CCN. Il y a beaucoup de potentiel pour faire une grande réhabilitation [de la résidence actuelle].

Elle critique la pensée à court terme des gouvernements qui ont refusé de prendre des décisions clés dans ce dossier.

La résidence du premier ministre appartient au peuple, ce n’est pas vraiment un projet personnel d’un premier ministre. C’est pour cela que je trouve cela frustrant, lance-t-elle.

En 2016 ou 2017, il aurait été plausible que Justin Trudeau lance un projet de rénovation du 24 Sussex et qu’il puisse par la suite y emménager avec sa famille lors d’un deuxième mandat.

Aujourd’hui, il est presque garanti que celui-ci ne sera plus au pouvoir si jamais une nouvelle résidence est construite, ce qui pourrait faciliter la prise de décision.

Rendu à ce stade-ci, ce sera pour quelqu’un d’autre, affirme une source libérale, qui ajoute que dans ce contexte, le premier ministre sera libéré d’un poids.

Michael Wernick note que de nombreux gros projets du genre se sont heurtés à un fort sentiment de pas-dans-ma-cour dans la région d’Ottawa. Il ajoute que les premiers ministres sont très frileux par rapport à l’apparence qu’ils se payent une grosse maison aux frais des contribuables.

C’est une décision difficile pour les premiers ministres. Il n’y a pas d’avantage à aller de l’avant, analyse-t-il.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.