•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toponymie raciste : des changements se font attendre au Nouveau-Brunswick

« C’est vraiment honteux », juge l’ancienne commissaire sur le racisme systémique du Nouveau-Brunswick.

Une route de campagne et au loin une montagne.

Le Nouveau-Brunswick a entrepris de changer le nom péjoratif d’une communauté et d’une montagne dans le Restigouche. Ces changements et d'autres du même genre se font attendre depuis des années.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Les noms d’au moins sept endroits au Nouveau-Brunswick comprennent toujours un mot misogyne ou raciste envers les Autochtones malgré les demandes répétées pour corriger la situation.

Ces noms irritent bien des Autochtones, selon le chef de la communauté de Sitansisk, Allan Polchies.

Lorsque votre esprit est bouleversé, cela ne vous donne pas un très bon sentiment. Nous voulons nous assurer que ces noms de lieux seront changés, affirme-t-il.

Allan Polchies interviewé dans son bureau.

Le chef de la communauté autochtone de Sitansisk, Allan Polchies, souhaite un changement des noms péjoratifs au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Ed Hunter

Le gouvernement provincial a entrepris des démarches pour changer le nom péjoratif d’une communauté et d’une montagne dans la région du Restigouche. Il a lancé un appel de soumission pour de nouveaux noms. Au moins cinq autres endroits portent ce nom péjoratif.

L’organisation Mi'gmawe'l Tplu'taqnn, qui représente plusieurs communautés mi’kmaw, estime que tout processus de rétablissement d’un nom d’origine autochtone devrait être dirigé par des Autochtones plutôt que par la Couronne, qui consulte simplement les Mi’kmaq. L'organisation compte proposer des noms pour ces endroits au Restigouche.

Le gouvernement s'explique

Le gouvernement provincial explique qu’il faut changer les noms péjoratifs un à la fois en tenant compte de plusieurs facteurs historiques et géographiques et en consultant des historiens, des linguistes et des experts en connaissances traditionnelles.

Le gouvernement s’est engagé à changer les noms formés de mots péjoratifs, rappelle la porte-parole du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Leigh Watson. Cette dernière ne précise pas d’échéancier pour ces modifications.

Même si gouvernement décrit ce dossier comme prioritaire, le ministère n’a prévu que 7800 $ cette année pour faire ce travail, selon des documents obtenus en vertu d’une demande d’accès à l’information.

C’est vraiment honteux. Il n’y a vraiment pas d’autres mots pour cela, affirme l’ancienne commissaire sur le racisme systémique, Manju Varma.

Manju Varma.

Manju Varma, ancienne commissaire sur le racisme systémique du Nouveau-Brunswick, juge que la province devrait avoir honte d'attendre si longtemps pour changer des toponymes racistes.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Quand les questions de racisme manifeste ne sont pas gérées immédiatement, il est difficile de croire que la lutte contre le racisme est une priorité, souligne Mme Varma dans son rapport publié en décembre 2022.

La commissaire se demande comment un si petit budget peut suffire. Elle souhaite la création d’un comité qui comprendrait plusieurs représentants autochtones pour contribuer à la sélection de nouveaux noms, ainsi que des fonds suffisants pour rémunérer ces personnes.

Saint-Jean attend aussi un changement de nom

Les autorités provinciales révisent le processus de changement depuis deux ans, selon le rapport de Manju Varma.

La Ville de Saint-Jean veut aussi faire changer un toponyme péjoratif envers les Autochtones depuis plus de deux ans. Selon la porte-parole Erin White, le conseil municipal a appris qu’il faut attendre la fin du processus de révision pour soumettre cette demande.

D’après un reportage de Karissa Donkin, de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.